WeCashUp ou l’e-commerce en toute liberté. Rencontre avec Amandine Negoti

WeCashUp2018Paysage
Suite de nos échos à la célébration des « 20 ans d’innovations en Ile-de-France », organisée le 8 novembre dernier à l’EcoleSupélec, à travers le témoignage de cette étudiante de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, par ailleurs chargée de partenariats de Start in Saclay, et qui participe à l’aventure WeCashUp.

- Si vous deviez pitcher pour commencer le concept de votre start-up ?

WeCashUp est la première plateforme de paiement panafricaine, née au Cameroun et développée en France à l’initiative de Cédric Atangana. Elle permet aux sites de e-commerce d’intégrer tous les moyens de paiement disponibles en Afrique (espèces, cartes bancaires, mobile money,  cryptomonnaies) à travers une unique API et ainsi d’accepter des paiements de toute la population, qu’elle soit bancarisée ou non. Pour bien prendre la mesure de l’enjeu, je rappelle que le continent africain, c’est environ 1,3 milliard d’habitants – soit près de trois fois la population européenne. C’est encore 440 millions d’utilisateurs de l’internet via le téléphone mobile, un chiffre en constante augmentation. C’est dire si c’est un marché de choix pour les e-commerçants, mais aussi la nécessité pour eux de proposer une alternative à la carte bancaire. Autant celle-ci est largement diffusée en Europe (et en Amérique du nord), autant elle l’est peu en Afrique. En dehors des espèces, le paiement mobile y est plus largement répandu.

- Comment êtes-vous parvenus à cette solution ?

L’API développée par WeCashUp permet aux acteurs de l’e-commerce d’avoir accès à tous les opérateurs de mobile monnaie. Pas moins de six brevets ont été déposés. WeCashUp a par ailleurs déposé Mobile Money, une marque désormais connue à peu près partout dans le monde. Nous comptons déjà Amazon parmi nos clients.

- Quels sont vos liens avec l’écosystème de Paris-Saclay ?

Pour ma part, je suis étudiante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, mais, résidant dans le territoire de Paris-Saclay, j’ai été admise à rejoindre Start in Saclay. Si le PDG de WeCashUp est diplômé Etudiant Entrepreneur de PEPITE PACA, je suis, pour ma part, candidate au PEPITE PEIPS, auquel nous devons notre participation à l’événement organisé autour des 20 ans d’innovations en Île-de-France.

- Dans quelle mesure ce dispositif a-t-il été utile à son développement ?

Grâce à lui, le fondateur et CEO, Cédric Atangana, a pu faire un stage de fin d’année de master dans sa start-up puis créer sa société dans la foulée.

- Vous avez rejoint la plateforme Paris-Saclay Start-Up. En quoi vous sera-t-elle utile pour la suite du développement de votre start-up ?

Elle nous permettra de gagner encore en visibilité auprès d’investisseurs, mais aussi de nouer des liens avec d’autres startuppers et des clients potentiels ayant besoin d’un service comme le nôtre.

A lire aussi les entretiens avec : Jérémy Hervé, Chef de projets Attractivité et Entrepreneuriat, qui a porté, au sein de l’EPA Paris-Saclay, celui de la plateforme Paris-Saclay Start-Up (pour y accéder, cliquer ici)  ; Marc Laperche, cofondateur de CocoPlant, une start-up qui a mis au point une solution de filtration naturelle de l’eau pour aquarium, à base de… noix de coco (cliquer ici) ; Ruben Hallali, co-fondateur et CEO de HD Rain, une start-up qui propose de la prévision et mesure pluviométrique à très haute définition (cliquer ici) ; Aude Nyadanu, fondatrice de Lowpital, une entreprise de l’économie sociale et solidaire, qui a mis au point une méthodologie pour impliquer les citoyens dans l’amélioration de l’expérience patient en milieu hospitalier (cliquer ici) ; enfin, Laurent Goulenok et Sanna Zdoudou, cofondateurs de la coopérative Muuz, qui conçoit des produits à base de lait fermeté (cliquer ici).

Pour en savoir plus sur WeCashUp, cliquer ici.

5 commentaires à cet article
  1. Ping : Lowpital ou comment améliorer l’expérience patient au moindre coût. Rencontre avec Aude Nyadanu | Paris-Saclay

  2. Ping : HD Rain, de la prévision et mesure pluviométrique à très haute définition. Rencontre avec Ruben Hallali | Paris-Saclay

  3. Ping : De quoi aMUUZer les papilles. Rencontre avec Laurent Goulenok et Sanna Zdoudou | Paris-Saclay

  4. Ping : Paris-Saclay à l’heure du start-up relationship management. Entretien avec Jérémy Hervé | Paris-Saclay

  5. Ping : Cocorico dans nos aquariums. Rencontre avec Marc Laperche | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>