Visite de La Fibre Entrepreneur à travers des témoignages de startuppers

FibreentrepreneurPaysage
Le 19 avril dernier, l’École polytechnique inaugurait La Fibre Entrepreneur, un centre intégré en faveur de l’entrepreneuriat et de l’innovation. Nous nous en proposons une « visite » à travers les témoignages de quatre entrepreneurs innovants qui en ont rejoint l’incubateur ou l'accélérateur.

Sur 2 500m² de surface, réparti sur deux niveaux, dans un tout nouveau bâtiment, fonctionnel et élégant, La Fibre Entrepreneur rassemble l’ensemble des activités du Pôle Entrepreneuriat et Innovation (PEI) de l’École polytechnique, créé en 2014. Il propose un espace original de création, d’expérimentation et de prototypage, d’enseignement, d’incubation et d’accélération, et d’échange entre startuppers, étudiants, chercheurs, investisseurs…

Un incubateur (X-Tech), un accélérateur (X-Up), un espace de prototypage (X-F4B, composé d’un fablab, d’un e-lab, d’un Atelier de Fabrication Numérique Avancée – AFNA ), des espaces d’échanges (de co-working et d’accueil d’événéments), enfin un espace de formation (accueillant notamment les trois masters de l’école dédiés à l’entrepreneuriat et à l’innovation) : La Fibre Entrepreneur est ainsi tout cela à la fois.

Tout situé qu’il soit au cœur du campus de Polytechnique, elle se veut en interaction avec des incubateurs partenaires (Télécom ParisTech, HEC…) et avec les institutions de valorisation présentes sur le campus de Paris-Saclay, et ouverts à des non polytechniciens. Nous avions déjà eu l’occasion de vous le présenter à travers un entretien avec Matthieu Somekh, son responsable (pour y accéder, cliquer ici), peu avant son ouverture effective.

Le 19 avril dernier, il était inauguré en grande pompe, en présence de Patrick Drahi, son donateur (dont le nom figure d’ailleurs dans le nom complet : La Fibre Entrepreneur – Drahi X – Novation Center). Malheureusement, nous n’avions pu assister à cette inauguration. Qu’à cela ne tienne, avions-nous dit, nous y reviendrons pour le faire découvrir une fois en activité, à travers des entretiens avec des entrepreneurs qui y seraient accueillis. C’est chose faite avec quatre d’entre eux :

Julien Fleury, de la start-up Weeroc et dont nous avions déjà eu l’occasion de recueillir le témoignage en juillet 2014, du temps où il était incubé au sein d’IncubAlliance (pour accéder à cet article, cliquer ici) – pour accéder au nouvel entretien, cliquer ici.

- Denis Fompeyrine, de Myndblue, une start-up, qui a créé un bracelet pour détecter la dépression – pour accéder à l’entretien, cliquer ici.

- Yannick Vinay dont la start-up, « VitOnJob » a, comme son nom l’indique (Vite en situation d’emploi, en français) se propose de faciliter la mise en connexion d’employeurs et de personnes en quête de missions de courte durée – pour accéder à l’entretien, cliquer ici.

- Enfin, Julien Sorin, dont la start-up SpinalCom a développé une plate-forme logicielle intelligente et décentralisée pour déjouer les risques que font courir l’explosion des données hébergées dans le cloud. Un témoignage qui réserve un surprise illustrant les vertus de l’ « indisciplinarité »… – pour y accéder, cliquer ici.

4 commentaires à cet article
  1. Ping : Des emplois en quelques clics. Rencontre avec Yannick Vinay | Paris-Saclay

  2. Ping : Solide comme un roc, malgré tout. Rencontre avec Julien Fleury | Paris-Saclay

  3. Ping : Quand un sage-femme accouche… d’une start-up | Paris-Saclay

  4. Ping : Rencontre avec Denis Fompeyrine | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>