V-Motech, l’essai réussi. Rencontre avec de jeunes entrepreneurs (1)

V Motech4
Lauréats du premier trophée de l’entrepreneuriat innovant d’Invest Paris-Saclay, Sébastien et Stéphane Olevier ont conçu, en association avec Nicolas Bion, spécialiste de la motorisation, une solution en passe de révolutionner le monde des tests et des essais dans l’industrie automobile. Nous avons voulu en savoir plus sur la genèse de cette innovation qui prend la forme d’un gros camion richement équipé, mais aussi la manière dont ils se sont décidés à sauter le pas de la création d’entreprise.

Aujourd’hui plus que jamais, l’heure est à l’externalisation pour l’industrie automobile. Un mouvement qui a gagné les activités d’essais. Jusqu’à récemment, les constructeurs et leurs équipementiers disposaient de leurs propres centres techniques pour tester leurs nouveaux moteurs ou tout autre équipement. Et puis la crise est passée par là. La tendance est désormais à leur externalisation auprès de centres techniques externes. Avantage : le constructeur ou l’équipementier n’assume plus les coûts de construction, d’exploitation et de maintenance attachés à ces centres. Ils ne paient plus qu’à l’usage. Mais même cette solution est loin d’être optimale : elle oblige en effet l’équipe projet, ses ingénieurs et techniciens, à se déplacer avec ce qui fera l’objet des tests. Ce qui engage des coûts, y compris en temps, non négligeables.

D’où l’idée de concevoir un banc d’essai… mobile. En clair, ce n’est plus l’entreprise qui se déplace sur un lieu spécifique, mais le banc d’essai. Autre avantage non négligeable : la confidentialité (l’objet n’est plus testé sous l’œil d’un concurrent potentiel qui fréquenterait le même centre technique…)

A l’origine de cette idée frappée au coin du bon sens, mais pas si simple à mettre en œuvre (il faut que le banc d’essai mobile soit configuré pour intégrer tous les équipements permettant des essais en contexte simulé), trois jeunes entrepreneurs : deux frères – Stéphane et Sébastien Olevier – associés à Nicolas Bion, un spécialiste de la motorisation.

Titulaire d’un BTS en électronique, complété par un DUT, Stéphane (35 ans) a débuté sa carrière au sein du Groupe PSA, en charge du « développement des calculateurs de contrôle moteur diesel », au centre technique de la Garenne-Colombes.

Sébastien, le frère cadet (bientôt 26 ans), a, lui, fait le choix d’un DUT mécanique et productique en aéronautique avant d’intégrer une formation en conception mécanique à l’Université Technologique de Belfort-Montbelliard (UTBM), puis de mettre le cap sur Montréal à l’Ecole de Technologie supérieure (ETS), le temps d’un master en gestion de l’innovation. « J’avais envie de parfaire ma connaissance du monde de l’entrepreneuriat, en ajoutant des compétences en gestion et management de projet à mes compétences techniques. »

Ces deux frères ont déjà une expérience de collaboration : dans le cadre de son cursus, Sébastien a effectué un stage avec Stéphane. « C’est, précise-t-il, à cette occasion que nous avons décelé des opportunités d’innovation en matière de tests de moteurs. »

Des mois durant, ils réfléchissent, avec leur futur associé, Nicolas Bion, 28 ans, un passionné de motorisation, diplômé de l’Estaca et que Stéphane connaissait depuis plusieurs années. « Il avait été un des directeurs de service – essais et développement de moyens d’essai – du centre technique dont j’avais pris la direction. »

Pour accéder à la suite, cliquer ici

Mots clés :
3 commentaires à cet article
  1. Ping : Etre entrepreneurs innovants à Paris-Saclay. L’exemple V-Motech (2) | Paris-Saclay

  2. Ping : Eco Solar Breizh à Versailles Satory | Paris-Saclay

  3. Ping : Retour sur l’édition 2014 de Paris-Saclay Invest | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>