Une science informatique au service de la société. Rencontre avec Nozha Boujemaa

© Inria - Photo J.-M. Ramès - Paysage
Quel peut être l’impact de la recherche en informatique sur la société ? Éléments de réponse par Nozha Boujemaa, une spécialiste en indexation et recherche d’information par le contenu visuel, qui s’est vue confier en 2010 la direction du centre de recherche Inria Saclay Île-de-France. L’occasion de revenir aussi sur la création de l’Institut de la société numérique, dont elle a pris l’initiative pour mieux éclairer le législateur comme le grand public, en promouvant une approche pluridisciplinaire.

Le numérique et l’informatique, des univers d’hommes ? Nozha Boujemaa apporte un démenti à cet a priori, sinon un contre-exemple de choix. Sa nomination à la direction du centre de recherche Inria Saclay Île-de-France ne doit rien au hasard ni même à un souci de parité. « Mathématicienne et physicienne de formation, je me suis de longue date intéressée à l’optique et, petit à petit à l’imagerie médicale, par résonance magnétique, ce qui m’a naturellement amenée au traitement d’image ». Thème auquel elle devait consacrer sa thèse avant une Habilitation à la Direction de Recherche (HDR) sur les moteurs d’information multimédia. Depuis 2000, cette spécialiste en indexation et recherche interactive d’information par le contenu visuel, qui a contribué à l’émergence de moteurs de recherche multimédia de nouvelle génération, dirigeait les travaux de l’équipe-projet IMEDIA (contraction d’image et de multimédia). Des travaux qui l’ont conduite à assurer la coordination scientifique de plusieurs projets européens et de nombreuses missions d’expertise scientifique auprès d’institutions françaises, européennes et américaines. Toujours dans ce souci de faire gagner en visibilité les recherches dans ses domaines de prédilection, elle a participé à la fondation des désormais renommées ACM (International Conferences on Multimedia Retrieval). Elle est general chair de la conference ACM Multimedia 2013. Membre de la commission d’évaluation Inria (2004-2008), elle avait été déjà membre de l’équipe de direction d’un centre Inria, celui de Paris – Rocquencourt. Depuis 2010, elle assure celui de Saclay Île-de-France. Elle nous a accordé un entretien la veille de l’inauguration des DigiteoLabs en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso (voir article sur le site en cliquant ici). Malgré un emploi du temps chargé, elle nous accueillait avec un air enjoué. Toutes les occasions sont manifestement bonnes d’exposer les thèmes de recherche du centre et ses enjeux pour la société. Car, malgré la sécurisation de l’accès du DigiteoLabs de Palaiseau où se trouve son bureau, elle n’entend pas être de ces chercheurs enfermés dans leur tour d’ivoire. En plus d’éclairer la décision du législateur, elle tient à nourrir les débats de société sur l’impact de l’informatique, à travers les travaux de l’Institut de la société numérique, qu’elle a créé en y associant d’autres acteurs des STIC présents sur le Plateau de Saclay.

Pour accéder à la suite de la rencontre avec Nozha Boujemaa, cliquer ici.

Crédits photos : Inria/Kaksonen (photo en une) ; Inria/J.-M. Ramès (photo grand format) ; Inria/S. Tetu – La Company (photo petit format).

2 commentaires à cet article
  1. Ping : Pour une approche pluridisciplinaire du numérique | Paris-Saclay

  2. Ping : Le futur en chantier(s) | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>