Une année 2015 aux saveurs de Cocagne

jardins-cocagne
Le Réseau Cocagne nous donne de ses nouvelles en annonçant la publication d’un agenda qui devrait ravir les gourmands et les gourmets.

Depuis 2011, le rendez-vous est pris : le Réseau Cocagne édite un agenda avec une éphémeride composée de 52 recettes traditionnelles revisitées. L’édition 2015 est d’ores et déjà disponible.
Du « Chou vert farci au foie gras » au « Riz au lait et sa clémentine confite » en passant par le « Velouté de petits poids aux herbes », les « Magrets de canard aux figues rôties », les « Haricots verts à la sauce tomate et herbes fraiches », vous y trouverez de quoi composer un repas complet à partir du contenu de votre panier de Cocagne, riche, chaque semaine, de plusieurs légumes parmi une trentaine-quarantaine de variétés différentes. Quitte à devoir y ajouter d’autres ingrédients : foie gras et magrets de canard n’entrent pas encore dans la composition d’un « panier bio, local et solidaire » (ainsi qu’on l’appelle au sein du Réseau Cocagne) !
Pas plus que les fleurs. Mais, qui sait, celles-ci rentreront peut-être un jour dans la composition de recettes d’une prochaine édition. Pas seulement parce que c’est tendance, mais parce que le Réseau Cocagne compte depuis peu deux… Fleurs de Cocagne (des ateliers de production, conception et vente de bouquets bio). Rappelons qu’il compte aussi deux restaurants d’insertion « Planète Sésame » et un nouveau concept de restauration bio sur place et ambulant, « Table de Cocagne ». L’Agenda ne précise pas cependant si les recettes susmentionnées y sont proposées…
Mais gardons-nous de faire la fine bouche : le tout est complété d’un utile calendrier des légumes de saison, d’une brève présentation de ces Jardins de Cocagne, enfin, de « Paroles de jardiniers » du réseau
A l’attention de ceux qui n’auraient pas encore entendu parler de ces jardins particuliers ou qui les assimileraient aux Amap, rappelons qu’ils ont vocation à aider à la réinsertion économique des personnes sans ressources, à travers une activité maraîchère (ce qui les différencie précisément des Amap). Rappelons par la même occasion que le premier de ces jardins a vu le jour en 1991 dans les environs de Besançon et que le réseau en compte désormais 121, le dernier en date ayant vu le jour… sur le Plateau de Saclay, à la Ferme du Limon. Au final, le Réseau Cocagne offre un exemple de success story dans le domaine de l’entrepreneuriat social : parti de presque rien, il mobilise aujourd’hui pas moins de 4 000 jardiniers (salariés en contrat d’insertion), 700 encadrants, 22 000 familles d’adhérents-consommateurs…

Pour plus ample information, nous renvoyons à la rencontre avec Jean-Guy Henckel, fondateur et directeur national du Réseau Cocagne, que nous avions mise en ligne sur le Média Paris Saclay (pour y accéder, cliquer ici).

Pour en savoir plus sur les Agendas du Réseau Cocagne, cliquer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>