Un Paris-Saclaysien à la tête de l’Académie des technologies

bravoacademiepaysage
Créée en 2000, en vue de nourrir la réflexion sur la politique industrielle de la France, l'Académie des technologies (ici, en vue aérienne) vient de renouveler sa gouvernance en élisant à sa présidence Alain Bravo, dont la carrière a beaucoup de liens avec Paris-Saclay comme on peut le constater à la lecture de la notice biographique contenue dans le communiqué de presse diffusé ce 11 janvier 2016 et que nous reproduisons ici (en gras, les établissements et institutions participant au cluster).

« Alain Bravo est élu président pour un mandat de deux ans (2017-2018). Il succède à ce poste à Alain Bugat.
Diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole nationale des télécommunications, Alain Bravo a consacré toute sa carrière aux télécommunications et à l’économie numérique : au sein du ministère des postes et télécommunications, tout d’abord ; au sein d’entreprises – dont SFR et Abhexis, qu’il a fondées ; puis à l’école d’ingénieurs Supélec, qu’il a dirigée pendant 9 ans.
Expert de haut niveau en politique des télécommunications et, plus généralement, en stratégie de recherche et d’innovation, il s’est investi, souvent en tant que président, dans de nombreuses instances de gouvernance ou associations. En particulier au sein du CNPF, où, président de la commission télécommunications (1991-96), il défendra l’ouverture à la concurrence des télécommunications ; au sein de l’ANRT – où il pilote Futuris, prospective sur le système français de recherche et d’innovation (2003-2004) ; à l’Académie des technologies, enfin, où, élu délégué général (2013- 2014) puis vice-président (2015-2016), il coordonne les travaux sur l’industrie du futur et la stratégie nationale de la recherche.
Dans son discours inaugural, prononcé le 11 janvier en assemblée plénière, Alain Bravo a déclaré qu’il souhaitait, lors de son mandat « garder le cap » en restant en première ligne sur les thèmes prioritaires que sont notamment « l’enseignement professionnel, l’apprentissage et plus généralement la culture technologique et son positionnement par rapport à la culture scientifique. Ces thèmes sont au cœur de la stratégie nationale de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils sont au cœur de la Nouvelle France industrielle et de l’impact de l’innovation sur l’emploi ».

De Supélec à CentraleSupélec

X-Télécom, Ingénieur Général des Télécommunications, Alain Bravo a débuté sa carrière à France Télécom, où il dirigea le cabinet de Gérard Théry, directeur général des communications, avant de devenir, en 1980, directeur de la production.
En 1985, il rejoint la Compagnie générale des eaux, où il est nommé, en 1987, directeur général adjoint de la division télédistribution et crée la Société française de radiotéléphonie (SFR) dont il est PDG de 1988 à 1992. En 1992, il devient vice-PDG de la Compagnie financière du radiotéléphone – Cofira, filiale de la Compagnie générale des eaux. En 1995, il crée un nouvel opérateur de télécommunications, Siris, intégré par la suite dans le Groupe Numéricable-SFR.
Fin 1995, il rejoint Alcatel en tant que président de la division réseaux mobiles. Il devient directeur de la recherche et de la technologie en 1998 et conseiller du président, Serge Tchuruk en 2000.
Il quitte Alcatel en 2001 et crée Abhexis, société de conseil en transfert de technologie. A ce titre, il dirige notamment à l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) l’opération FutuRIS, prospective sur le système français de recherche et d’innovation (2003-2004).
Il est nommé directeur général de l’école d’ingénieurs Supélec en 2004 et exercera ses fonctions jusqu’en 2013 contribuant à la création de CentraleSupélec dont il sera le président de transition pendant le premier semestre 2015.
De mars à octobre 2007 puis de novembre 2008 à avril 2009, il préside la Fondation de coopération scientifique Digiteo-Triangle de la physique (devenue en 2011 Fondation de coopération scientifique Campus Paris-Saclay). Il est également président de la Société de l’Electricité, de l’électronique et des technologies de l’information et de la communication (SEE, 2006-09), vice-président de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI, 2008-2013), président de Pasc@line (2012-2013), une association qui a pour objet de promouvoir les métiers et les formations dans le domaine de l’informatique.
Alain Bravo est depuis 2014 président des conseils scientifiques des IRT Jules Verne à Nantes et M2P à Metz, instituts dédiés aux innovations industrielles dans les matériaux Depuis 2015 il est président du conseil de gouvernance de Télécom Saint Etienne – TSE. Il est également président du conseil scientifique et pédagogique du Data ScienceTech Institute, créé en 2015, à Sophia Antipolis.
Co-auteur du livre Avenirs de la recherche et de l’innovation en France (la Documentation française – 2005), il a présidé le groupe de travail du Conseil d’analyse stratégique, auteur du rapport La société et l’économie à l’aune de la révolution numérique (2009). Il a également présidé le panel d’experts européens qui a publié le rapport d’évaluation à mi-parcours du programme FP7 ICT : Catalyser la compétitivité européenne dans un monde globalisé (Catalysing European competitiveness in a globalising world.CEE, juin 2010, 42 p.).
Alain Bravo est officier de la Légion d’honneur et commandeur de l’Ordre national du Mérite. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>