TEDx Saclay, une contribution à l’université du XXIe siècle. Entretien avec Sylvie Retailleau

TEDxSaclayPaysage3
Suite de notre présentation de la première édition de TEDx Saclay, du 12 novembre prochaine, à travers un entretien avec Sylvie Retailleau, doyenne de la Faculté des sciences d’Orsay, qui a accepté d’en être la marraine. Connue pour son implication dans la diffusion de la culture scientifique, elle explique en quoi cet événement peut contribuer au rapprochement entre sciences dites « dures » et sciences sociales et humaines.

- Quelle expérience aviez-vous des conférences TED et TEDx avant de participer à TEDx Saclay ?

Je connaissais, mais sans connaître vraiment, au sens où j’en ai déjà visionné plusieurs, sur le net, mais sans savoir toute l’organisation qu’il y a avait derrière, le cahier des charges sur lesquelles elles reposaient. Les conférences ont beau être faites par des spécialistes, elles sont toutes accessibles au grand public. Et pour tous ceux qui, comme moi, œuvrent à la diffusion de la culture scientifique, auprès de groupes scolaires, elles sont une source d’inspiration dans la préparation d’un atelier ou de tout autre intervention de ce type. Elles permettent de faire un point synthétique sur une question donnée.

- Comment en êtes-vous venue à participer au TEDx Saclay ?

J’ai été sollicitée par Assya Van Gysel, que je connaissais déjà pour l’avoir rencontrée à l’occasion de diverses manifestations organisées sur le campus Paris-Saclay, autour notamment, de l’entrepreneuriat innovant. Au regard de toute l’énergie qu’elle a mise dans ce projet de TEDx Saclay, je ne pouvais décemment pas décliner sa proposition d’en être la marraine. D’autant moins que le thème est en lien direct avec l’année 2015 de la lumière. La Faculté des sciences d’Orsay y avait consacré son colloque annuel, en croisant comme à son habitude l’apport des six disciplines qu’elle couvre. Des exposés avaient été proposés aussi bien en chimie et physique, qu’en biologie, etc. Assya, qui a assisté à ce colloque, a pu prendre ainsi la mesure de la diversité des approches. Ensemble, nous avons pu commencer à identifier des intervenants possibles. Les choses se sont faites aussi naturellement que cela.

- Une illustration au passage de ce qu’est Paris-Saclay : un écosystème qui facilite les rencontres entre des personnes d’univers différents…

Tout à fait ! Non seulement, il favorise les rencontres, mais encore, il permet de poursuivre l’échange au fil des nombreux autres événements qui y sont organisés. Suite au colloque que j’évoquais, Assya et moi, nous sommes revues régulièrement, que ce soit au PROTO204 ou dans le cadre de Curiositas, le festival arts et sciences, soutenu par La Diagonale Paris-Saclay.
Pour autant, monter un événement comme TEDx Saclay n’est pas simple. A fortiori dans des délais aussi courts (le principe n’a été acté qu’en mai de cette année !). Assya a entrepris toutes les démarches pour obtenir le label. Ensuite, il a fallu identifier des intervenants qui soient disponibles le 12 novembre. Or, les chercheurs ont des agendas compliqués. Plusieurs des intervenants pressentis ont décliné. Je pense en particulier à Alain Aspect qu’Assya avait pu rencontrer à l’occasion de Curiositas. Résultat, la plupart des intervenants de cette première édition sont extérieurs à Paris-Saclay !

- Mais, après-tout, Paris-Saclay n’a-t-il pas vocation à s’ouvrir sur l’extérieur ?

Si, en effet. D’ailleurs, dès le départ, notre attention était de combiner des chercheurs du campus Paris-Saclay et d’ailleurs. Un tel événement n’a d’intérêt que s’il permet de faire connaître Paris-Saclay au grand public, ce qui s’y fait, mais aussi les liens multiples qu’il entretient avec d’autres campus. Celui de Paris-Saclay n’a pas vocation à être replié sur lui-même. Ce n’est pas en tout cas l’image qu’il faudrait en donner.
Saisissons donc l’opportunité qu’offre TEDx Saclay de mettre en lumière les échanges entre des spécialistes de différentes disciplines, le melting pot serais-je tenté de dire, que constitue la communauté scientifique. Et quand je dis communauté scientifique, j’y inclus toutes les sciences, y compris les sciences sociales et humaines (SHS). A cet égard, le thème choisi pour cette première édition est plutôt heureux : il intéresse pratiquement toutes les disciplines, tout en se prêtant à une certaine transversalité. En plus d’exposés de physiciens, de chimistes, etc., le public pourra entendre des représentants des SHS, pour engager des réflexions touchant plus à des enjeux de société, mais aussi des artistes, des designers, des entrepreneurs.

- Un peu dans l’esprit encyclopédique des… Lumières ?

Exactement ! Les grands philosophes du XVIIe siècle voulaient « éclairer » les esprits et les sortir des ténèbres de l’ignorance. A sa façon, TEDx Saclay propose lui aussi de partager les savoirs pour apporter un éclairage neuf sur les enjeux de notre siècle. Nous considérons que ce peut même être une contribution à cette université du XXIe que doit être l’université Paris-Saclay. Une université fédérant établissements universitaires, écoles d’ingénieurs et de commerce, et organismes de recherche, mais aussi le monde de l’enseignement et de la recherche, et celui de l’entreprise. Car lui aussi recèle des connaissances et des compétences sur le thème des lumières comme de bien d’autres !

- En quoi l’événement est-il complémentaire avec ce qui se fait déjà sur le Plateau de Saclay ?

De fait, Paris-Saclay propose déjà de nombreuses manifestations qui œuvrent au rapprochement entre science et grand public, ne serait-ce que dans le cadre des projets portés par La Diagonale Paris-Saclay. Disons que TEDx Saclay renforcera une dynamique déjà existante. En diversifiant l’offre, cet événement permettra de toucher un plus large public, à commencer par ceux qui sont justement amateurs de conférences données par des spécialistes, dans un domaine donné. TEDx Saclay, ce sera aussi un outil supplémentaire à notre disposition pour faire sortir encore davantage la science des laboratoires.

- A vous entendre, Paris-Saclay a tout à gagner à accueillir un événement comme TEDx, ne serait-ce qu’en termes de visibilité ; en même temps, le terreau a été favorable à la tenue d’un tel événement…

Oui, en effet. Paris-Saclay compte de nombreux scientifiques reconnus au plan mondial, dans des domaines très divers, mais aussi une expérience et des outils en matière de médiation scientifique. Une conférence TEDx n’est certes pas une conférence ordinaire, comme les scientifiques en donnent devant leurs pairs. Il s’agit encore une fois de rendre un sujet pointu accessible au grand public, de surcroît en un temps relativement bref (les conférences TEDx font 15 minutes maximum). Leur préparation exige donc un effort particulier de la part des intervenants. Mais de nombreux scientifiques du campus Paris-Saclay ont déjà une expérience d’intervention devant un grand public, ne serait-ce qu’à travers les événements de La Diagonale, par exemple. En bref, TEDx Saclay permet et permettra de valoriser un savoir et un savoir-faire tout en l’enrichissant à travers une méthode éprouvée dans le monde entier.

A lire aussi les entretiens avec Assya Van Gysel (cliquer ici) et Cédric Villani (cliquer ici).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>