Retour sur le deuxième workshop du PROTO204

Proto 204 - Paysage
Le jeudi 23 janvier dernier, se déroulait le second workshop du PROTO204. L’occasion de préciser sa vocation, mais aussi d’entrer dans le vif du sujet en esquissant des réponses possibles aux besoins concrets des usagers du Campus Paris Saclay.

Vous avez entendu parlez du PROTO204, mais n’avez pas encore eu l’opportunité de vous y rendre physiquement, de le voir en chair et en os, ou plutôt dans ses murs ? Normal, son aménagement est toujours en cours. Cela ne l’empêche pas d’exister sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter), d’une part, et « hors les murs », d’autre part, à travers ses workshops organisés, pour le moment, dans les locaux de l’EPPS.

Le premier s’est tenu le 12 décembre dernier. L’occasion pour Ronan James, le porteur du projet, au sein de la Direction du développement économique de l’EPPS, d’en présenter le projet à un premier cercle de partenaires potentiels, acteurs de l’entrepreneuriat, de la création et du numérique, sur le territoire de Paris-Saclay ou d’ailleurs. Une trentaine de personnes avaient répondu présent et planché durant toute une journée (pour un compte rendu, cliquer ici).

Le second workshop s’est déroulé le 23 janvier dernier. Il a permis d’entrer un peu plus dans le vif du sujet, mais aussi de mesurer l’intérêt croissant suscité par ce concept de lieu collaboratif. Une cinquantaine de personnes avaient cette fois répondu présent, élargissant encore un peu plus la couverture du spectre de l’écosystème de l’innovation et de l’entrepreneuriat, avec la présence de représentants de Fab Lab, d’incubateurs (dont Incuballiance), de créateurs de start-up, de grandes écoles (HEC, Polytechnique,…), de réseaux (Opticsvalley)…

Parmi les nouveaux venus : le Creative People Lab de Renault ou encore Neo-Nomade (une start-up spécialisée dans la cartographie de tiers lieux dédiés au travail à l’échelle de l’Ile-de-France). Egalement présent, Siana, une structure qui s’emploie à promouvoir l’imaginaire des technologies à travers des manifestations culturelles. « Elle cherche un lieu de contact et de diffusion et est donc intéressée par le concept du PROTO204. » A sa façon, elle témoignait de l’élargissement du projet de Paris-Saclay au Genopole, située dans cette ville. Si la plupart des participants avaient été conviés par Ronan, certains commencent à frapper à la porte, ce qui est de bon augure. Ainsi du Cube, le centre de création numérique d’Issy-les-Moulineaux.

A défaut de rester toute la journée, tous ont pu prendre part aux travaux du matin ou de l’après midi. Les premiers portaient sur les « événements hybridateurs de communauté ». « L’enjeu, précise Ronan, est de favoriser le croisement des communautés à travers des événements. » Tout type d’événement : des manifestations culturelles, des showrooms, des petits-déjeuners… « On parle beaucoup de projets collaboratifs, mais l’expérience montre que pour que de tels projets voient le jour, ils doivent reposer sur une communauté et pour que celle-ci ne soit pas une simple incantation, il faut des événements. » CQFD. Les workshops participent de ces événements à même de faire vivre une communauté Paris-Saclay dont pourront germer des projets collaboratifs. Bientôt, l’existence d’un lieu physique permettra de l’incarner en permettant à tout un chacun de se voir autour d’un café. On sait combien, même à l’heure du numérique et du virtuel, c’est important.

Un lieu pour l’innovation… sociale

Les travaux de l’après-midi portaient, eux, sur les nouveaux usages de l’économie collaborative au service de l’innovation… sociale. Car l’innovation ne saurait être que technologique. Elle peut être aussi sociale au sens où elle répond à des besoins de population encore non satisfaits par les pouvoirs publics ou le marché. En l’occurrence les besoins de ceux qui fréquentent le Campus Paris Saclay.

Parmi ceux qui ont retenus l’attention : la mobilité, bien sûr ! L’enjeu était l’objet d’un des groupes de travail. Parmi les solutions esquissées :  un sticker à coller sur les véhicules pour identifier les conducteurs prêts à prendre des personnes en auto-stop. Une solution low tech, qui a, dit-on, déjà fait ses preuves sur le campus de Stanford et qui illustre, au passage, le fait que l’innovation sociale peut rimer avec simplicité.

La mobilité n’était pas le seul thème des échanges. Un autre groupe de travail s’est penché sur la manière de connecter les très nombreux sites webs créés par les différents organismes de recherche ou établissements d’enseignement supérieur du Campus Paris Saclay. Un autre encore a débouché sur l’idée de de faire du PROTO204 un observatoire des projets d’étudiants. Le Creative People Lab s’est d’ores et dit prêt à en accueillir en son sein pour leur faire bénéficier des compétences de ses créatifs. Nous avons cependant jugé utile de poser la question à Ronan : quelle garantie ces étudiants auront-ils de ne pas voir leurs idées reprises ? « C’est tout le risque du processus d’innovation créative et collaborative », reconnaît-il avant d’ajouter : « Parfois, il y a moins de risque à donner à voir son concept qu’à le garder pour soi, car cela peut susciter une collaboration avec d’autres personnes qui apporteront leurs compétence. Après tout, on prend des risques en s’affichant sur Facebook, mais, manifestement, beaucoup estiment que les risques encourus sont moindre que ce qu’ils gagnent à s’afficher.» Créer une ambiance collaborative où les gens n’éprouveront pas l’envie de se mettre des freins, telle est d’ailleurs aussi l’une des fonctions du PROTO204.

A l’issue de ce deuxième workshop, la vocation de ce dernier se précisait : être un lieu d’identification des besoins exprimés sur le Campus Paris Saclay et, à la manière d’un Fab Lab, un lieu de test de solutions possibles, dans une démarche collaborative. C’est dire s’il pourra intéresser les start-up en quête de partenaires ou de clients potentiels.

Rendez-vous le 4e jeudi de chaque mois

Pour faire tenir ensemble les participants dans la salle tout en longueur qui avait été mise à disposition ce jeudi 23 janvier, les tables de travail avaient été alignées, donnant une impression de… ruche. Chacune des tables accueillaient  indifféremment des étudiants, des dirigeants d’entreprises, de responsables d’incubateurs,… Et Ronan d’exprimer son émerveillement devant cette composition improbable. A l’issue de la journée, une remarque revenait d’ailleurs tel un leitmotiv dans la bouche des participants : ici, on voit des têtes nouvelles. « De fait, trop souvent, les acteurs de l’innovation restent dans un entre soi. Tant et si bien que, pour un dirigeant d’entreprise, la rencontre avec un étudiant peut confiner à l’expérience anthropologique ! »

Le RDV est désormais pris : les workshops se dérouleront le 4e jeudi de chaque mois. Le prochain aura donc lieu le 27 février et sera l’occasion d’une première puisqu’il se déroulera dans les murs du PROTO204 ! Naturellement, nous ne manquerons pas de vous rendre compte des résultats des futures cogitations.

1 commentaire à cet article
  1. Ping : Futur en seine en direct du PROTO204 ! | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>