Pour que le trajet domicile-travail ne soit plus le parcours du combattant

Parc d'activités de Courtabœuf
Vue aérienne du Parc d'activités de Courtaboeuf
Comment améliorer l’accès des salariés à leurs entreprises ? C’est l’enjeu des Plans de Déplacement Inter-Entreprise dont la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne s’est saisi en organisant en septembre dernier une manifestation qui fut l’occasion de rendre compte d’initiatives et… du chemin restant à parcourir.

Il est 8 h, une navette de votre société vient vous chercher à deux pas de votre domicile. Un quart d’heure plus tard, vous arrivez sans encombres ni bouchon à votre bureau situé dans le parc d’activités de Courtabœuf. Au choix, vous aviez aussi la possibilité de vous y rendre à vélo, en empruntant les pistes cyclables aménagées le long de la N118 ou en covoiturage via le site mis en place conjointement par les entreprises du parc. Dans un cas comme dans l’autre, finis les embouteillages, les émissions de CO2, sans oublier les dépenses de carburant et les coûts de maintenance et d’assurance. Car, depuis que vous avez adopté l’une ou l’autre de ces options, vous avez remisé votre véhicule personnel en ne l’utilisant plus que pour vos déplacements des week-ends.

Un rêve ? Malheureusement oui, pour la grande majorité des salariés, malgré les débats et mesures prises en faveur des Plans de Déplacement Inter-Entreprise (PDIE). Pour mémoire, Courtabœuf, c’est 25 000 emplois, 12 000 visiteurs par jour, en l’absence de desserte ferroviaire (si on excepte la relative proximité de la gare de Massy-Palaiseau). Pour beaucoup, la voiture reste le moyen de déplacement le plus efficace quand elle n’offre pas tout simplement la possibilité d’un sas entre le domicile et le travail (ce que les spécialistes appellent du joli nom d’autosolisme).

Les enjeux des plans de déplacement entreprise

Mais les choses bougent !

L'exemple d'Ipsen Innovation

Pour les besoins des salariés de son site installé aux Ulis, Ipsen Innovation (260 personnes) a mis en place, dès 2006, un service de navette depuis la station de RER Massy-Palaiseau, qu’il a ensuite mutualité en 2011 avec Hewlett Packard (avec trois rotations le matin + 4 le soir). La même année, il mettait en place un service de covoiturage.

En témoigne la manifestation organisée en septembre dernier, dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre), à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne sur ces PDIE en vue d’« améliorer l’accessibilité des territoires ».

Nul besoin de longs discours pour convaincre de l’intérêt du PDIE : en plus de contribuer à la réduction des émissions de CO2, il permet de réduire les coûts de transport pour les entreprises et les salariés. Il est aussi l’occasion de se livrer à une lecture fine et représentative des conditions de déplacement depuis/vers les entreprises et de mettre en musique les autorités compétentes (Stif, départements, intercommunalités…).

Sans oublier les enjeux liés à la sécurité routière ! Car, faut-il le rappeler, les déplacements domicile-travail et professionnels exposent encore à des accidents de la route. Et si le report modal vers les modes doux et les transports en commun est une bonne chose, il n’élimine pas ces derniers. D’après les chiffres de la DDTE, en Essonne, les deux-roues sont les plus exposées, suivis par les jeunes et les piétons/cyclistes. Les jeunes en particulier représentent un tiers des tués sur la route alors qu’ils ne représentent que 9% de la population.

Comme le rappelle la Caisse régionale d’assurance maladie d’Ile-de-France (Cramif), les conséquences des accidents de la route ne sont pas seulement immédiates, elles peuvent être aussi différées. A l’échelle de la France, on estime à entre 1 et 2 milliards d’euros les coûts indirects liés notamment aux séquelles des accidentés.

Des initiatives à mutualiser

Les initiatives ne manquent pas, tant du côté des collectivités que des entreprises :

- du côté des collectivités, la Communauté d’agglomération Europ’Essonne (10 communes, 8 500 entreprises) s’est mobilisée à travers ses schémas de déplacement (2010) et des circulations douces (2012), des relations contractuelles avec les transporteurs de bus, ou encore la gestion des gares routières de Massy. A quoi doivent s’ajouter la mise en place d’un réseau de navettes communautaires au titre de compétences déléguées par le Stif ou encore la gestion des parcs-relais de Massy et d’Epinay. Un développement dont Clément Molina, chef de projets transport-aménagement a reconnu la lenteur, mais pour mieux rappeler que la Communauté d’agglomération n’est qu’un maillon entre le Stif et les entreprises pour faire évoluer le schéma de transport. Le sait-on ? les gares routières n’ont pas vocation à recevoir des navettes privées. Europ’Essonne a cependant aménagé des espaces à une proximité suffisante à leur attention.

- du côté des employeurs, des initiatives ont été prises comme l’illustrent Ipsen Innovation, le centre de R&D d’Ipsen (voir encadré) et JM Bruneau qui accueillait la manifestation dans ses locaux. Pour réduire les émissions de CO2 engendrées par ses livraisons de matériel, celle-ci s’est équipée de véhicules électriques. Par ailleurs, un logiciel (Winroute) permet d’optimiser les tournées des chauffeurs auxquels sont également proposés des cours d’éconduite. Pour les besoins des déplacements à l’heure du déjeuner, elle a mis à disposition un service de vélo (« Bureau bike »), la société ne possédant pas de cantine en propre, en raison des horaires atypiques de son personnel.

Au passage, les exemples d’Ipsen Innovation et JM Bruneau montrent qu’à chaque entreprise, ses spécificités liées à son activité et ses rythmes de travail. Reste cependant encore du chemin à parcourir. En préambule, Philippe Gaudias, de l’EPPS, a d’emblée souligné la nécessité d’appréhender l’enjeu à une échelle territoriale suffisante grande pour favoriser la mutualisation. « D’où l’importance de l’ »inter » affiché dans les Plans de Déplacement. Ceux-ci n’auront de réels effets sur le territoire que s’il s’inscrivent dans une démarche commune.»

Signe encourageant : plus d’une soixantaine de personnes avaient répondu présent pour suivre les interventions, parmi lesquelles des cadres d’entreprises, des élus, dont le maire de Villebon. Parmi les questions soulevées dans la salle, celle d’un entrepreneur qui se demande « s’il ne faudrait pas recruter en fonction du lieu de résidence ». Une idée qui part d’une bonne intention, mais qui pose question. Autre piste plus prometteuse, creusée par Antonin Michelet (de la Direction développement économique de l’EPPS) : articuler les PDIE au télétravail en aménageant des télécentres pour rapprocher aussi les lieux d’activités des domiciles. Preuve que le sujet est complexe, la réflexion s’est aussi engagée sur… les ronds-points que d’aucuns jugent inadaptés à la circulation pédestre ou en vélo (du moins pour les plus anciens d’entre eux) ou sur ces arrêts de bus qui bloquent la circulation, les trottoirs mal-entretenus qui dissuadent les salariés d’aller à pied à leur travail…

A l’issue de cette première rencontre, beaucoup en sont reparties avec leur véhicule. Mais avec l’intention de se revoir pour mieux mutualiser les initiatives en cours.

1 commentaire à cet article
  1. Bertrand

    Salut,
    D’après mes expériences, pour trouver un emploi en télétravail salarié actuellement, remonte presque du miracle, et les patrons veulent toujours avoir leurs employés sous la main, c’est pourquoi j’ai décidé de travailler pour mon propre compte.
    J’ai trouvé une formation sur le net qui explique comment avoir des revenus mensuels à l’aide du système d’amazon. J’ai pu gagner 2100 euros le premier mois en publiant que 60 ebooks, le gain est à vie, plus je publie d’ebooks et plus je gagne.
    Pas besoin de faire ni publicité ni de chercher des acheteurs car c’est Amazon qui s’occupe de tout en prenant une partie de la vente comme commission.
    Voici le lien de la formation: http://revenumensuel.com/
    La formation est livré avec plus de 600 000 ebooks et 7 vidéos qui vous expliqueront comment mettre en place le système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>