Paris-Saclay dans le top ten des clusters mondiaux ?

Discours du Premier Ministre lors du VIIe Forum de la Recherche et de l'Innovation
Crédits : Yves Malenfer/Matignon
Paris-Saclay était au centre des échanges du 7e forum de la Recherche et de l'Innovation qui s’est tenu hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, en présence du Premier Ministre et pas moins de trois Ministres, du président de la Région et de nombreux chefs d'entreprise.

Qui dit cluster pense à Silicon Valley (Californie), à Boston et sa Route 128 (Massachussets), à Cambridge (Royaume-Uni), à Bangalore (Inde), ou à Tsukuba (Japon), à Tsinghua (Chine) ou à Haifa-Tel-Aviv- et à son « Silicon Wadi » (Israël) et à quelques autres. Plus rarement à Paris-Saclay. Pourtant avec ses grandes écoles (Ecole Polytechnique, HEC, Supélec…),  l’Université Paris-Sud en bonne position dans le classement de Shangaï – totalisant 45 000 étudiants et 12 000 chercheurs et enseignants-chercheurs (dont deux Prix Nobel, des Médailles Fields, etc.) -, ses entreprises et ses start-up à haute valeur technologique, ses incubateurs, etc., le Plateau de Saclay présente de nombreux atouts pour s’imposer parmi les dix premiers.

Mais au juste qu’est-ce qu’un cluster et quelles en sont ses conditions de réussite ?

Un club au service de l'attractivité francilienne

Créée il y a vingt ans, à l'initiative de la CCI de Paris, Paris-Ile de France Capitale Economique rassemble des centaines d'entreprises françaises et étrangères installées dans la Région francilienne. Elle a vocation à attirer d'autres investisseurs et à renforcer l'attractivité du territoire en sensibilisant les décideurs économiques et politiques. Chaque année, depuis sept ans, elle organise ce Forum qui traite d'enjeux majeurs relatifs à la Recherche et à l'Innovation (Pöles de compétitivité, crédit impôt recherche...).

 C’est ce à que s’est employée à éclairer une étude du Cabinet Deloitte pour Paris-Ile-de France Capitale Economique en épluchant les données statistiques disponibles, en surfant sur le web et en conduisant une centaine d’entretiens auprès d’acteurs clés du monde de la recherche et du monde économique (chefs d’entreprises, créateurs de start-up,…).

De manière générique, le mot de cluster (on parle aussi de grappe) s’est imposé dans les années 90 pour désigner des territoires caractérisés par une forte concentration d’institutions de recherche et de financement, privés et publiques, fonctionnant dans une logique d’écosystème permettant de « faire passer l’idée au marché », concrètement, en transformant des inventions et des découvertes en innovation à forte valeur ajoutée. Cela étant dit, à chaque cluster, ses particularités, son histoire, son contexte institutionnel. Si des clusters ont émergé quasi « spontanément », d’autres ont bénéficié d’un soutien des pouvoirs publics.

Parmi les douze clusters retenus dans son panel, Deloitte distingue trois catégories:

- les clusters à fort dynamique entrepreneuriale : la « Silicon Valley » (Californie), Boston (Massachussets), Caltech (Californie), Cambridge (Royaume-Uni), la « Silicon Wadi » (Israël).

- les clusters efficacement soutenus par les pouvoirs publics : Stockholm-Kista (Suède), Munich (Allemagne), Zurich (Suisse), Singapour ;

- des clusters « à la croisée des chemins » au sens où ils sont guettés par un risque d’essoufflement : Bangalore, Inde), Tsinghua (Pékin, Chine), Tsukuba (Tokyo, Japon).

Cette même étude a permis de dégager au moins quatre facteurs-clés dans la réussite d’une vraie dynamique d’innovation :

- la présence d’au moins d’une université de premier plan disposant d’une taille critique suffisante ;

- une connexion directe avec les centres névralgiques et/ou décisionnels de la métropole, grâce à des moyens de transport efficaces entre eux et le cluster, mais aussi au sein du cluster ;

- un cadre de vie et un niveau de services comparable à celui d’une grande ville ;

- de bonnes conditions d’accueil des investisseurs, des étudiants et des chercheurs étrangers.

Ajoutons que si les clusters se livrent une compétition au plan mondial, l’erreur est de les imaginer ancrés dans des territoires clairement délimités. Ils s’insèrent en réalité dans des réseaux mondiaux en se développant par émulation. Bien des clusters sont nés en référence à de plus anciens érigés en modèle.

Malgré ses indéniables atouts, force est de reconnaître que Paris-Saclay n’apparaît pas toujours dans les radars des investisseurs internationaux comme des étudiants en quête d’une formation d’excellence ou des chercheurs de conditions de recherche dignes de ce nom.

Un groupe de travail mis en place par Paris-Ile de France Capitale Economique, composé d’une quarantaine de représentants de collectivités locales, d’entreprises et du monde de la recherche, sous la présidence d’Augustin de Romanet (ancien Directeur Général de la Caisse de Dépôts) s’est donc penché sur la question. Après plusieurs mois de réunions, il en est venu à formuler pas moins de dix propositions qui s’apparent à autant de commandements… Parmi les principaux :

- les acteurs du cluster tu réuniras autour d’une marque, qui sans être exclusive de marques particulières des institutions et entreprises présentes sur le territoire, permet aux acteurs de partager une vision commune et de rendre le Plateau visible au plan international ;

- le site de Paris-Saclay tu doteras d’un bâtiment emblématique. Paris a sa Tour Eiffel. Pourquoi le Plateau n’aurait-il pas ce qu’Augustin de Romanet n’hésite pas à appeler son « totem » (un learning center ou une tour d’observation par exemple) ?

- rapidement et définitivement, tu lanceras la construction de la ligne de transports en commun (métro léger, par exemple…) reliant Orly et Versailles, tout en déservant le Plateau.

Pour avoir connaissance des autres propositions/« commandements », voir le rapport disponible sur le site de Paris-Ile de France Capitale Economique.

Ils ont été manifestement entendus par le premier Ministre, Jean-Marc Ayrault venu avec pas moins de trois de ses ministres : le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (Geneviève Fioraso), le Ministre de l’Egalité des territoires et du Logement (Cécile Duflot) et son Ministre délégué chargé de la Ville (François Lamy), pour confirmer notamment les engagements pris par l’Etat en matière d’investissements dans le domaine des transports, y compris la ligne verte d’Orly à Versailles. Le développement du site ne pourrait se concevoir, a-t-il précisé,  « sans qu’un moyen de transport adapté ne desserve le Plateau et l’accompagne dans sa montée en puissance ».

Pour accéder au discours intégral du Premier Ministre, cliquez ici.
Pour accéder au discours intégral de Pierre Veltz,  Président-Directeur général de l’Etablissement public Paris-Saclay, cliquez ici.

Mots clés :
1 commentaire à cet article
  1. Ping : 6 heures dans les pas du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>