Opto Services, la J-E de l’IOGS. Entretien avec Audrey Sylla-Ginoul

fiesyllapaysage
Suite et fin de nos échos au 10e anniversaire de la Filière Innovation-Entrepreneurs (FIE), avec le témoignage d’Audrey Sylla-Ginoul, présidente d’Opto Services, la Junior-Entreprise de l’IOGS, qui mobilise notamment des élèves de cette filière.

- Si vous deviez pitcher Opto Services…

Il s’agit de la Junior-Entreprise de l’IOGS. Une structure qui, pour mémoire, a vocation à permettre aux élèves de mettre en pratique l’enseignement théorique qu’ils reçoivent – en l’occurrence, dans le domaine de l’optique, de l’électronique ou encore de l’informatique, menés à travers des projets professionnels, pour de vrais clients. Je précise encore que, de statut associatif, Opto Services est, comme tout autre Junior-Entreprise, labellisée sur la base d’un cahier des charges très strict, qui garantit la qualité de nos prestations.

- Quelles prestations précisément ?

Elles peuvent être très variées : elles vont de l’étude de faisabilité à de la conception, en passant par le prototypage de pièces, etc. Il peut s’agir aussi d’études économiques : nous nous appuyons alors tout particulièrement sur les élèves de la FIE, qui sont formés aux études de marché, à l’élaboration de business plan.

- Quels sont vos clients ?

Ce peut être de grands groupes (par exemple, Thales ou encore Novacyt – un fournisseur de matériel de laboratoire) aussi bien que des start-up ou des PME. Nous comptons aussi des particuliers aux profils très différents. Des artistes, par exemple, qui nous sollicitent pour mettre en valeur leurs créations, à l’occasion d’expositions, à travers des jeux de lumière, des effets 3D, etc.

- Dans une logique de co-création ?

Non, mais bien dans une logique de prestation. Les élèves cherchent d’abord à répondre aux besoins de ces artistes, en concevant des solutions techniques spécifiques. Nous pouvons travailler également avec des ONG, notamment sur des thématiques liées à l’énergie comme, par exemple, la conception de systèmes autonomes de production d’électricité, pour des lieux isolés.

- Répondez-vous à des sollicitations d’entreprises extérieures au Plateau de Saclay ?

Oui, bien sûr.

- En quoi l’écosystème de Paris-Saclay est-il favorable à l’activité de votre association ?

Opto Services a été créée en 1980, bien avant, donc, le lancement du projet de Paris-Saclay ! Cela étant dit, il est clair que l’écosystème en cours de constitution est un atout : ici, nous avons accès à l’ensemble des infrastructures, équipements et machines dont nous avons besoin. Paris-Saclay, c’est aussi des élèves et des étudiants, des chercheurs et des ingénieurs concentrés au même endroit, que nous pouvons aussi solliciter en cas de besoin. Au fil du temps, nous avons établi des relations privilégiées avec les laboratoires et les centres de R&D. Nous travaillons étroitement, par exemple, avec le laboratoire Charles Fabry, adossé à l’Institut d’Optique.

- Nous sommes ici, au Photonic FabLab, au milieu d’autres exposants. Est-ce à dire que la FabLab est une ressource sur laquelle vous vous appuyez ?

Oui. Pour la réalisation des études Opto Services, les élèves de l’IOGS ont accès  à l’ensemble de l’atelier mécanique ainsi qu’au grand parc matériel du FabLab.

- Et vous-même, êtes- vous issue de la FIE ?

Non. Je poursuis ma formation à l’IOGS, en 2e année. Cela étant dit, je côtoie les élèves de la FIE, ne serait-ce que pour les impliquer, selon les besoins, dans des prestations.

- Comme on l’imagine, votre expérience de la Junior-Entreprise a de toute façon pour vous valeur de formation à l’entrepreneuriat innovant…

Oui, tout à fait. Opto Services est, comme les autres Junior-Entreprises, encadrée par une confédération nationale, qui nous forme avec le concours de professionnels, à l’occasion notamment de ses congrès nationaux et régionaux.

- Au risque de vous surprendre, c’est une structure que nous n’avions pas encore perçue au sein de l’écosystème Paris-Saclay. A quoi cet apparent manque de visibilité tient-il ?

C’est vrai que malgré son ancienneté, notre Junior-Entreprise n’apparaît pas aussi visible que d’autres structures comme les incubateurs ou les FabLabs, en tout cas aux yeux du grand public. En revanche, nous sommes bien identifiés par les professionnels. Mais sans doute devons-nous communiquer davantage. Un partenariat a été conclu en ce sens avec dix neuf autres Junior-Entreprises appartenant à la Région Ile-de-France. Et puis, nous n’hésitons pas à aller à la rencontre du public comme, aujourd’hui, à l’occasion des dix ans de la FIE.

Pour en savoir plus sur Opto Services, cliquer ici.

 

Mots clés : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>