Les Digiteo Labs sur les fonts baptismaux

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche lors de l'inauguration des bâtiments de Digitéo
Digitéo Crédit  L.GodartCEA - Paysage
Ce jeudi 12 septembre, Geneviève Fioraso, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche inaugurait, sur le Plateau de Saclay, les Digiteo Labs, des bâtiments innovants, dédiés aux Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication.

A peine 4 ans, c’est le temps qu’il aura été nécessaire pour ériger les bâtiments de Digiteo sur le Plateau de Saclay (commencés en 2009, les travaux ont été achevés au cours de l’année 2012), et constituer ainsi le premier parc de recherche français dédié aux Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC) : il peut accueillir un millier de personnes, sur une surface totale de 22 000 m2. Et encore, ne s’agit-il que de la première phase d’un programme immobilier, qui doit en comporter une seconde avec de nouvelles extensions.

A peine plus de temps aura été nécessaire à la concrétisation du programme, si on prend en compte le temps de gestation du projet. Celle-ci débute en 2006, avec la création de Digiteo, un Réseau Thématique de Recherche Avancée (RTRA), constitué à l’initiative de six établissements et organismes de recherche ou d’enseignement supérieur du Plateau (le CEA, le CNRS, l’Ecole polytechnique, l’Inria, Supélec et l’Université Paris-Sud) avec le soutien des collectivités locales, pour renforcer la recherche aussi bien fondamentale qu’appliquée dans les STIC.

Des bâtiments à l’heure du bioclimatique

Celles-ci disposent désormais de bâtiments non seulement flambant neuf, mais à la pointe du développement durable : les Digiteo Labs ont été conçus selon les principes de l’architecture bioclimatique par l’agence d’architecture franco-allemande BRS en association avec le spécialiste allemand Transsolar. Si, de l’avis de certains, l’apparence extérieure semble en pâtir (outre des contraintes  budgétaires, elle découle aussi des exigences techniques imposées par la climatisation et l’éclairage naturels), en revanche, l’intérieur est des plus conviviaux : conçu comme un atrium, à la fois coloré et végétalisé, il est manifestement agréable à vivre, si on en juge par la manière dont les premières équipes de recherche se sont appropriées les lieux, depuis la livraison des bâtiments, en 2012.

Au nombre de trois, les Digiteo Labs ont été construits à plusieurs centaines de mètres de distance, sur autant de secteurs du Plateau de Saclay : le Moulon, Saclay et Palaiseau, avec pour chacun un maître d’ouvrage spécifique, soit respectivement : le CNRS, le CEA et l’Inria. Chaque site s’est vu par ailleurs attribuer des activités scientifiques (la robotique, les interfaces homme-machine, etc. au Moulon ; la sécurité, les architectures de calcul, etc. à Palaiseau ; enfin, les capteurs, les systèmes d’intelligence artificielle, à Saclay).  Hormis quelques particularités dans l’aménagement, on y retrouve la même ambiance. Il est vrai que les maîtres d’ouvrage ont pris soin de se regrouper pour organiser un seul appel à candidature et choisir le même lauréat.

Cependant, à l’heure où on met en avant la nécessité de mutualiser les équipements, on est en droit de s’étonner de ce qu’ils aient opté pour cet éclatement sur trois sites. Comme l’expliquent les architectes que nous avons eu l’occasion d’interviewer (interview à venir), cette apparente contradiction s’explique aussi par les exigences de l’architecture bioclimatique, laquelle s’adapte mal à des bâtiments de trop grande échelle. Totalisant chacun de l’ordre de 300 personnes, chaque Digiteo Labs conserve une taille humaine à même de garantir le fonctionnement des systèmes d’aération. Qui plus est, si l’aménagement intérieur est conçu pour favoriser la circulation et les échanges informels, inciter les chercheurs à ne pas rester confiner dans leurs bureaux, l’éclatement dans trois endroits distincts peut aussi favoriser la circulation entre les campus (Polytechnique, CEA…), et donc les possibilités de rencontres fortuites dont on sait désormais combien elles peuvent être utiles à l’éclosion d’idées et de projets.

Les trois batiments ont été inaugurés ce jeudi 12 septembre, en présence d’une centaine de personnes, des chercheurs et des étudiants, mais aussi de nombreux représentants des institutions partenaires de la future Université Paris-Saclay. Si l’importance d’une inauguration se mesure au nombre des élus qui ont souhaité faire un discours, alors celle de nos Digiteo Labs est à ranger parmi les plus importantes de celles intervenues ces derniers mois sur le Plateau de Saclay. Présidents de la Caps et du Conseil général, représentante du Conseil Régional,… ils ont été nombreux en effet à vouloir dire quelques mots avant le discours du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso. Il est vrai que ces différentes collectivités ont pris part au projet Digiteo, aux côtés des membres fondateurs.  Geneviève Fioraso (qui, par cette nouvelle visite sur le Plateau témoigne de son attachement à la double dynamique du cluster et de l’IDEX) aurait pu rappeler pour sa part la contribution de l’Etat à travers les Investissements d’Avenir. Elle a tenu à rappeler plusieurs thèmes qui lui tiennent à cœur : la valorisation de la recherche et la diffusion de l’innovation, mais aussi la création d’entreprise, l’inscription de la recherche dans une perspective européenne, l’importance du parcours du chercheur à l’international, la simplification de l’offre de master, etc. Sans perdre de vue le motif de sa venue. Car, comme elle l’a souligné, tout se tient : la recherche made in France sera d’autant plus dynamique et attractive qu’elle s’appuiera sur des lieux comme le cluster de Paris Saclay, à la fois agréable à vivre et ouvert sur l’international. Et Geneviève Fioraso de s’attarder sur un détail, mais qui, de l’aveu de tous les étudiants et chercheurs, a son importance : le rôle essentiel des cafés et autres bistrots dans l’animation d’un campus comme d’un pole de recherche et d’innovation. A cet égard, force est d’admettre qu’ils en manquent encore singulièrement sur le Plateau. Mais à quelques centaines de mètres du Digiteo Lab de Palaiseau, où se déroulait l’inauguration, un panneau planté à proximité de la Maison des Ingénieurs, annonce la construction prochaine d’un Lieu de vie… Patience, donc.

1 commentaire à cet article
  1. Ping : Une science informatique au service de la société. Rencontre avec Nozha Boujemaa | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>