Le Top Ten des technologies de demain… selon la Technology Review

De gauche à droite : Pierre Veltz, Dominique Vernay, David Ros et Jason Pontin
Paris-Saclay Nouvelles perspectives
Le rédacteur en chef de la Technology Review du Mit, Jason Pontin est venu en personne exposer les dix technologies émergentes de l’année 2012 devant un parterre d’une centaine d’acteurs du Plateau de Saclay. De quoi entretenir le rêve de voir une technologie made in Paris-Saclay figurer dans le prochain top ten.

Directeurs de l’innovation, entrepreneurs, chercheurs… ils étaient près d’une centaine à avoir assisté à la matinée autour des « Nouvelles perspectives du Plateau de Saclay », organisée le mercredi 14 novembre dernier, conjointement par l’EPPS, la Fondation de Coopération Scientifique (FCS) Campus Paris-Saclay et l’Agence pour l’Economie en Essonne, dans le bâtiment du Thales Research & Technology. Lequel avait déjà reçu la semaine passée la visite de Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour la remise des insignes de la légion d’honneur à deux des plus éminents représentants de son Unité Mixte de Physique Thales/CNRS (le Prix Nobel Albert Fert et Agnès Barthélémy, Professeur à l’Université Paris-Sud).

Au programme de cette matinée : la présentation des 10 technologies émergentes, par le rédacteur en chef de la Technologie Review. Malgré le lien organique de cette revue avec le MIT, une seule de ces technologies est issue de la prestigieuse université, en l’occurrence un nouvel algorithme conçu par une équipe de mathématiciens, à même, peut-on lire dans la présentation qui en est faite, de rendre « le monde numérique encore plus rapide ».

Les autres technologies ont été conçues à Boston, en Caroline du Nord, en Californie, à New York City. Autrement dit toutes aux Etats-Unis hormis deux d’entre elles (l’une « née » à Oxford, l’autre dans un laboratoire indien). Les champs abordés sont cependant très divers. Qu’on en juge. Les technologies émergentes vont de l’énergie (avec de nouvelles générations de cellules photovoltaïques plus performantes ou des batteries conçues à partir de matériaux permettant d’en allonger les capacités de stockage) à la médecine (comme cette méthode de séquençage de l’ADN à partir de prélèvement de pores ou cette découverte qui permet de regénérer les ovaires de femmes ayant atteint les limites de l’âge de procréation à partir de la transplantation de cellules souches), en passant par les services avec ce site web facilitant la valorisation de projets aux start-up auprès des investisseurs. Ou encore la lutte contre la pauvreté grâce à ces micro réseaux solaires permettant à des villageois indiens de s’éclairer et de recharger leur téléphone portable !

On ne peut que saluer l’éclectisme de ce panel. Et la modestie dont a su faire preuve son rédacteur en chef qui, en préambule, s’est livré à un exercice toujours difficile pour un prospectiviste : à savoir une rétrospective des inventaires précédents. Si des technologies identifiées au cours de ces dernières années comme émergentes ont effectivement rencontré le succès et pénétré notre quotidien, d’autres ont en revanche ont déçu.

Comme on l’a vu, la Technology Review a su aussi se montrer fair play en prospectant bien au-delà des laboratoires du Mit. Reste que, comme on l’a vu aussi, la plupart sont made in USA. Un américano-centrisme que le public n’a pas manqué de pointer. Jason Pontin l’a reconnu en rappelant le dynamisme d’autres parties du monde à commencer par l’Asie, mais aussi la Francophonie.

Un autre point d’interrogation a été soulevé au cours de l’échange avec le public  : des technologies émergentes d’accord, mais qu’est-ce qu’au juste une technologie au sens de la revue de Jason ? On peut effectivement se le demander au vu de la diversité de celles retenues dans le Top ten. Réponse de Jason Pontin : il s’agit en substance d’une invention ou d’une découverte qui apporte une solution à un problème donné (de santé, d’efficience énergétique…), en trouvant un débouché sur le marché. En ce sens, la technologie est aussi appelée à introduire des innovations de rupture en ayant le potentiel de transormer le monde. Ni plus ni moins.

Son intervention était suivie d’une présentation conjointe du projet par Dominique Vernay (Président de la FCS) et Pierre Veltz (EPPS) qui, dans un numéro de parfaits duettistes, ont rappelé la finalité de projet de Paris-Saclay. Dans la salle, on pouvait se prendre à rêver de voir des technologies made in Saclay recensées dans le prochain top ten de la Technology Review.

2 commentaires à cet article
  1. Ping : Paris-Saclay dans le Top 8 mondial des World Innovation Cluster | Paris-Saclay

  2. Ping : Paris-Saclay dans le Top 8 mondial des World Innovation Clusters | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>