HEC, l’X et Paris-Sud bien placées dans les classements internationaux

Deux classements internationaux - le QS Rankings et celui du Financial Times - viennent de publier leurs résultats. Les trois établissements d'enseignement supérieur du Plateau de Saclay s'y distinguent.

Les classements internationaux d’établissements d’enseignements supérieurs se suivent et ne se ressemblent (presque) pas.

Après le classement dit de Shanghai dont les résultats ont été publiés en août dernier (cliquer ici), le QS World University Rankings (QS pour Quacquarelli Symonds, qui l’a lancé en 2004, soit un an après son « concurrent » chinois) confirme la surreprésentation des universités anglo-saxonnes et la montée en puissance des pays asiatiques. Cinq établissements français figurent dans le Top 200, dont deux implantés sur le Plateau de Saclay : l’Ecole polytechnique (au 41e rang, comme l’an passé)  et l’Université Paris-Sud (qui passe du 218e au 189e rang), les trois autres établissements français étant l’ENS Paris (28e), l’Université Pierre-et-Marie Curie (112e) et l’ENS Lyon (158e).

Comme le classement de Shanghai, celui-ci n’est pas exempt de critiques. Parmi les 800 établissements qu’il évalue, il ne prend pas en compte les institutions de recherche de type CNRS (ou CERN, en Suisse). Cependant, ses critères prennent davantage en considération la formation et les débouchés professionnels : l’encadrement des étudiants compte pour 20% de la note finale et la réputation auprès des employeurs pour 10%. Les autres critères concernent la réputation académique auprès des universitaires (40%), les citations de recherche (20%), le nombre d’étudiants internationaux (5%) et l’ouverture internationale (idem).

De son côté, le Financial Times vient de publier les résultats de son dernier classement mondial (cliquer ici pour y accéder), qui porte, lui, plus spécifiquement, sur les écoles de management. Les critères sont tout autres puisqu’ils concernent le salaire des diplômés et leur progression de carrière, en plus de la dimension internationale de la formation, de la place des femmes, etc. La grande école de Jouy-en-Josas, HEC, s’y maintient à la 4e place. Une réelle performance quand on songe au chamboulement intervenu depuis l’an passé, entre les écoles qui dégringolent dans le classement et celles qui y progressent ou font une entrée fracassante !

Prochaine échéance : le classement du Times Higher Education auquel le QS Rankings fournissait à l’origine les données…

2 commentaires à cet article
  1. Ping : HEC, l’X et Paris-Sud bien placées...

  2. Ping : HEC, l’X et Paris-Sud bien placées...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>