Happ’Ynnov 2018 : et les lauréats sont…

Happ'Innov18Paysage
Le 18 septembre dernier, Happ’Ynnov soufflait sa 3e bougie. Malheureusement, nous n’avions pas pu assister à cet événement. Mais Philippe Baud, qu’on ne présente plus, y était. Voici ses impressions et... le nom des lauréats des Prix du Jury et du Public.

« Trois ans déjà ! Happ’Ynnov est maintenant un des rendez-vous “incontournables”, de la CCI Versailles-Yvelines. C’est devenu aussi au fil du temps un moment important du cluster Paris Saclay dans son ensemble. On y parle de Las Vegas. Pas des machines à sous (encore que), ni des tapis de jeu ou des tables de poker, mais de start-up innovantes prêtes à traverser l’Atlantique pour assister à la prochaine édition du Consumer Electronics (CES), le plus important salon au monde, consacré à l’innovation technologique en électronique grand public.
Ce n’est pas non plus dans un casino, mais au café-théâtre le Royale Factory, un endroit très cosy à deux pas de la préfecture des Yvelines et de la mairie de Versailles, que se déroule cette finale.

Deux allers-retours Paris-Las Vegas en jeu

L’enjeu pour les candidats : un aller-retour à Las Vegas, financé par la CCI 78 et ses partenaires. Deux prix sont organisés. L’un décerné par le jury et le second par le public après l’audition de chacun des candidats présélectionnés.
Stéphane Parpinelli, qui officiait jusqu’alors a quitté la scène et troqué ses désormais fameuses baskets, mais est bien présent dans la salle en tant que représentant de la société Segula Technologies dont il dirige maintenant l’incubateur après avoir brillamment animé les éditions précédentes. Il a laissé la place à Celine Burier qui anime, depuis septembre au sein de la CCI, Open’Ynnov, le réseau d’innovation des Yvelines qui regroupe à ce jour près de 300 membres. Privé de réseau mobile ni wifi, la twittosphère est au repos et d’autant plus concentrée sur les orateurs et leur pitch. Elle se tient prête à user des bulletins de vote colorés qui lui ont été remis, en faveur du candidat qui aura le plus convaincu de l’intérêt de lui financer un voyage aux Etats-Unis.
Avant de dévoiler le prix du jury, comme à l’accoutumé, la CCI a eu l’heureuse idée d’inviter deux anciens lauréats à faire part de leur feedback et suggestions, dans deux configurations différentes. En effet, si la CCI et ses partenaires financent le voyage à Las Vegas, les lauréats restent libres de prendre un stand ou d’assister à l’événement comme simple visiteur.
Axel Gallian, fondateur de WePULSIT a fait le second choix, pour s’imprégner des technologies du marché, de la concurrence et nouer des contacts afin d’avoir une meilleure vision de son entreprise, plus globale et internationale. Ce qui lui a permis, dit-il, d’effectuer quelques mois plus tard un pivot et ce, dans d’excellentes conditions.
Quant à Timothée Le Quesne, fondateur de EnergySquare, il avait pris la décision d’exposer sa solution sur un stand Business France. Et pu ainsi roder son pitch devant un défilé incessant de visiteurs.
Que le startupper intervienne en mode visiteur ou en mode exposant, un même conseil majeur s’impose : il faut se préparer, programmer les rendez-vous à l’avance, avoir un pitch aussi clair que possible, car une opportunité ne se présente pas deux fois dans l’immensité des possibles d’un salon aussi gigantesque que le CES… Dans un cas, on use ses semelles et dans l’autre ça fait saliver, mais cela en vaut la peine. Nos deux “anciens” sont revenus enchantés de leur visite avec de nombreux contacts et de multiples informations à la clé, qui ont constitué un véritable levier dans leur business.

Un gilet connecté pour plus de sécurité

Happ'Ynnov18-5Après ces témoignages, place à la remise du Prix du Jury, qui revient cette année à… CAD.42. Une start-up, qui propose une solution de surveillance et protection des ouvriers sur les chantiers. Elle consiste en gilets connectés, permettant de les géolocaliser et d’anticiper ainsi les risques encourus dans les situations accidentogènes. Jean-Philippe Panaget, son cofondateur [à droite, sur la photo], s’expose à des risques d’une autre nature en montant sur les planches : outre un pitch, il doit se prêter au jeu des questions réponses. Mais tout se passe bien. Y compris pour les 5 entreprises finalistes concourant pour le Prix du Public :

- Anamnèse, qui développe des solutions de préparation de rendez-vous médicaux à partir d’une base de connaissance et de pré-diagnostic réalisé avec le patient et son smartphone.
- Carfit, qui propose, elle, une solution d’analyse des vibrations à hautes fréquences à l’intérieur des véhicules pour améliorer la maintenance préventive des pièces roulantes.
- Dann Tech, qui a conçu un mini lave-vaisselle dénommé Bob (en mémoire de Bob l’éponge !). Authentiquement Intelligent, c’est une réponse adaptée aux besoins de personnes résidant dans de mini appartements.
- Iconem, qui a conçu une solution d’analyse photogrammétrique à haute résolution des sites et monuments en danger.
- enfin, K-Invent, qui a imaginé pour les kinés une poignée de force pour la rééducation.

Deux ambassadrices de marque de Paris-Saclay

Happ'Ynnov2018-3Après les pitches, le vote. Cette année, les visiteurs restent assis et c’est un chapeau qui circule, chacun étant invité à y déposer le bulletin de son choix. Pendant que l’équipe organisatrice dépouille scrupuleusement les bulletins, Didier Baichere, le député de la 1ère circonscription des Yvelines, nous fait un retour rapide sur le projet de la loi PACTE dont le but est de faciliter la vie des entrepreneurs. Enfin, à l’issue des dépouillements, un représentant de Fidal annonce le résultat du vote du public. C’est… la société Anamnese ! Une société, précisons-le, accélérée à X-Up (cela en devient presque une habitude…). Nous sommes assurés que son fondateur Jérôme Bourreau [sur la photo, ci-dessus] suivra avec application les conseils de ses prédécesseurs en ayant soin de préparer sa mission comme il le fait pour les rendez-vous médicaux de ses clients.
Remerciements, mot de la fin de la CCI, séance photos et de networking, la soirée se poursuit autour d’un verre de l’amitié… Pour notre part, nous ne clorons pas ce témoignage sans souhaiter le plus de succès à nos deux pépites, dans leur développement technique et commercial, en leur étant aussi reconnaissant d’être de dignes ambassadrices du cluster Paris Saclay, à plusieurs milliers de km d’ici.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>