En direct du CERN. Rencontre avec Claudia Marcelloni

TEDxCERN s’est imposé comme une référence. Pour la première fois, il retransmettait TEDx Saclay. Sa responsable nous explique pourquoi, non sans nous livrer aussi à chaud ses premières impressions.

- Comment s’est faite la rencontre avec TEDx Saclay ?

C’est un physicien du CNRS, David Lunney, l’auteur de l’une des animations que TEDxCERN a fait en collaboration avec TED-Ed, la déclinaison éducative de TED (pour y accéder, cliquer ici), qui a attiré notre attention sur le TEDx Saclay. Comme le nôtre, il est bien dans l’esprit des TED au sens où il n’y est pas question que de science et de technologie. Peuvent y intervenir toutes sortes de gens dès lors qu’ils ont une idée à défendre, susceptible de transformer le monde. Mais à l’image du nôtre, il y a quand même une dominante scientifique et technologique. De là, donc, la suggestion de le retransmettre. La proposition venait à point nommé. Car, de notre côté, nous en étions à notre 5e édition avec une volonté de nous internationaliser. Nous l’avons fait à travers les quelques 70 Webcasts que nous avons réalisés à ce jour. Par ailleurs, nous travaillions déjà avec TED-Ed. Mais nous souhaitions aller plus loin à travers des collaborations avec d’autres TEDx, en privilégiant a priori ceux qui ont des contenus intéressants dans les domaines scientifiques et technologiques.

- Vous venez d’assister en direct à la 3e édition de TEDx Saclay. Quelles sont vos réactions à chaud ?

Ce n’est pas la première fois que j’assiste à des TEDx. Je parcours le monde pour en suivre et pense en avoir déjà plus d’une centaine à mon actif ! Je suis donc en mesure de vous dire que celui auquel nous venons d’assister est de très bonne facture ! Naturellement, j’ai été particulièrement intéressée par les talks ayant un contenu technologique ou scientifique. Le hasard veut qu’il y en ait auxquels j’avais déjà songé pour notre propre TEDx : Cédric Villani, évidemment, et André Choulika, que je connaissais et dont j’apprécie le travail. Mais il y eut aussi de très belles surprises. Je pense en particulier à Julie Grollier [directrice de recherche au CNRS/Thalès]. J’avais déjà entendu parler de ses travaux, mais ignorais ses talents de pédagogue ! Elle était bien dans l’esprit du TED avec un sujet – les ordinateurs bio-inspirés – à la pointe de la recherche, et beaucoup de passion dans la manière de le présenter. Bref, un vrai coup de cœur.

- Est-ce à dire que des talks plus éloignés de l’univers scientifique ou technologique – je pense en particulier à celui de la conteuse Sylvie Mombo – ont moins retenu votre attention ?

En réalité, j’avais un préjugé plutôt favorable pour ces talks parce que, comme je le rappelais, TEDx, c’est aussi cela : des intervenants qui ne viennent ni de l’univers des sciences ni de celui des technologies, mais qui n’en apportent pas moins, avec passion, un éclairage utile sur des enjeux qui intéressent les chercheurs. J’attendais cependant de voir, et je n’ai pas été déçue. Au contraire. La conteuse était d’autant plus agréable à entendre qu’elle a manifestement l’expérience de l’intervention devant un public.

- Quelle autre impression souhaitez-vous partager ?

Je retrouve dans TEDx Saclay bien d’autres choses qui font le charme des TEDx en général, à savoir : cet esprit d’équipe, ce sentiment de fierté de participer à l’événement.

- Vous avez donc découvert TEDx Saclay. Connaissiez-vous cependant déjà Paris-Saclay ?

Non, si ce n’est par ouï-dire. Hormis le CNRS, qui est partenaire du CERN, je ne savais pas exactement quels autres établissements de recherche ou d’enseignement supérieur s’y trouvaient. J’en sais maintenant beaucoup plus depuis le dîner organisé la veille à l’attention des partenaires. Bien que je n’aie pas eu le temps de visiter le territoire, j’ai maintenant l’impression qu’il est animé par une vraie communauté de gens d’horizons très différents, et qui ont plaisir à se voir et à travailler ensemble. J’ai aussi l’impression que TEDx Saclay contribue à renforcer cette communauté.

- Rendez-vous a été donné pour la 4e édition le 27 novembre 2018, à Saint-Quentin-en-Yvelines. Y serez-vous ?

Je ne demande qu’à revenir, mais aussi qu’à revoir Assya et Christian Van Gysel, chez nous, au CERN à l’occasion de notre propre TEDx qui aura lieu 5 jours plutôt, le 22 novembre !

- Gageons que le message sera entendu…

(Sourire).

A lire aussi les entretiens avec Sylvain Gasdon, Guillaume Monnain, Sylvie Mombo et Christian Van Gysel (pour accéder aux liens, se reporter au compte rendu que nous avons fait de la soirée – cliquer ici).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>