Economie collaborative et innovation sociale à Paris-Saclay. Rencontre avec Halima Mrabti

111214Paysage
Ce jeudi 11 décembre se déroule au PROTO204 une journée dédiée à l’économie collaborative et innovation sociale à Paris-Saclay. Halima Mrabti, de la direction du développement économique de l’EPPS, qui l’organise avec la participation de la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) nous en dit plus.

- Pourquoi cette journée sur l’innovation sociale et l’économie collaborative ?

Aux origines du projet de Paris-Saclay se trouve la forte volonté des acteurs publics de développer un territoire depuis longtemps spécialisé dans la recherche scientifique et technologique. C’est ainsi que ce territoire a été estampillé « cluster de l’innovation du Grand-Paris ». Cette ambition fait de lui le fer de lance de la R&D publique française : il en représente déjà 15% aujourd’hui, une proportion appelée à augmenter encore grâce aux opportunités foncières qu’offre l’aménagement du campus urbain du sud du Plateau de Saclay et au renforcement des écosystèmes industriels. Nous pouvons donc facilement admettre que l’innovation est dans les gènes de Paris-Saclay. Cependant, avant de poser cette affirmation, il convient de nous interroger sur ce que signifie et représente l’ « innovation ».

De prime abord, celle-ci peut se définir comme l’introduction d’un procédé nouveau dans un processus donné. Elle induit une conduite du changement et l’élaboration de nouvelles normes. Dans l’imaginaire collectif, elle est avant tout technique et technologique. Elle représente la mise sur le marché d’un nouveau produit matériel (la voiture électrique par exemple) ou en apparence immatériel (internet). Le spectre des innovations est en réalité beaucoup plus vaste. Quiconque aura suivi un cours d’économie se rappellera de Joseph Schumpeter, célèbre économiste, qui théorisa cette notion en la définissant comme le résultat d’un processus de « destruction créatrice » : des biens et des modes de production disparaissent au profit de biens nouveaux (innovation technique), mais également de nouvelles méthodes de production et de nouveaux usages.

L'innovation sociale selon le CSESS

Le Conseil supérieur de l'économie sociale et solidaire (CSESS) définit l'innovation sociale ainsi : elle " consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et des usagers. Ces innovations concernent aussi bien le produit ou le service, que le mode d'organisation, de distribution, dans des domaines comme le vieillissement, la petite enfance, le logement, la santé, la lutte contre la pauvreté, l'exclusion, les discriminations... Elles passent par un processus en plusieurs démarches : émergence, expérimentation, diffusion, évaluation."

A ces innovations techniques et d’usages s’ajoutent cependant des innovations sociales qui ont pour objectif de répondre aux besoins des individus. De même, l’économie du partage, qui a connu un boom ces dernières années grâce à internet, introduit quant à elle des innovations sociétales fortes. Elle démultiplie les échanges et les collaborations et change notre rapport à la consommation.

Si Paris-Saclay a clairement fait ses preuves en matière d’innovations scientifiques et technologiques, les entreprises et porteurs de projets d’innovation sociale et d’économie collaborative restent moins visibles. Le territoire gagnerait pourtant à promouvoir ces autres types d’innovation en les associant à son dynamisme économique et scientifique. Les innovations technologiques ne peuvent que se nourrir d’autres innovations à finalité sociétale. A titre d’exemple, l’économie collaborative développe des outils qui peuvent appuyer la R&D. Si Paris-Saclay réussit ce challenge, le territoire deviendrait alors véritablement un cluster de l’innovation, au sens complet du terme ! C’est en tout cas ce que nous vous proposons de débattre lors de cette journée de réflexion qui aura lieu le jeudi 11 décembre, au PROTO204.

- Comment se déroulera cette journée ?

La journée est articulée autour de plusieurs axes. Il nous a semblé pertinent d’introduire les débats avec une intervention de Nadia Benqué, spécialiste de l’économie de la fonctionnalité, sur les nouveaux modèles économiques sous-jacents à l’économie collaborative.

Nous avons ensuite souhaité placer les lieux de l’innovation au centre des discussions. Les porteurs de projets innovants ont souvent besoin de s’installer dans des locaux dédiés, avec des ressources et des services qui les aident à se développer. Cette question est primordiale pour l’Etablissement Public Paris-Saclay (EPPS) qui mène actuellement une démarche sur les « Lieux Innovants » existant sur son périmètre d’intervention. Le SenseCube, accélérateur de start-up sociales, développé par MakeSense, nous sera présenté par Louis-Marie de Certaines.

Incontournable, la question du financement sera également abordée durant cette journée. Divers fonds sont développés par les acteurs économiques et publics pour soutenir l’innovation technologique. L’innovation sociale apparait parfois comme le parent pauvre de ces initiatives. Simon Nardin, de Bpifrance, viendra nous rappeler que des solutions de financement consacrées à ces porteurs de projets existent, en nous présentant les outils développés par son institution.

L’après-midi a été quant à elle co-construite avec la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) autour de la thématique de la consommation collaborative. Marie-Anne Dujarier, sociologue du travail, interviendra sur la notion de « consommateur producteur », qui sous-tend la notion de consommation collaborative. Un expert de la FING appuiera ces propos en nous exposant les résultats d’une « expédition » de plusieurs mois dans ce champ d’activités. De nombreux porteurs de projets, start-up, associations et Scop viendront par la suite étayer ces propos d’experts en nous présentant leur innovation.

Cette journée accueillera aussi de nombreux acteurs de Paris-Saclay et du reste de la Région francilienne, qui pourront ainsi confronter leurs projets et initiatives. La journée est ouverte à tous, il suffit simplement de s’inscrire sur notre page Evenbrite.

- En quoi Paris-Saclay est-t-il propice à une innovation sociale et une économie collaborative ?

La grande force de Paris-Saclay réside dans la taille et le dynamisme de sa communauté étudiante. La diversité des profils d’étudiants et la variété des formations académiques qui composent l’Université Paris-Saclay ne peuvent que favoriser la créativité et les innovations de tous types. Le Pôle Entrepreneuriat et Innovation Paris-Saclay (PEIPS), constitué des établissements de la nouvelle université et de partenaires sociaux économiques, comme l’EPPS, vient appuyer cette vitalité puisqu’il est voué à la promotion de l’entrepreneuriat. De nombreux outils pour faciliter la création d’entreprises par les étudiants sont actuellement développés. Un statut d’étudiant-entrepreneur est en cours d’élaboration ; il allègera les contraintes des étudiants qui souhaitent créer leurs entreprises en cours de cursus académique. Un réseau de lieux (incubateurs, fab-labs et tiers-lieux) est en train d’être développé pour faciliter l’accès aux différentes structures et leurs ressources. De nombreux événements sont organisés pour promouvoir l’esprit d’entreprendre et mettre en avant les start-up issues des établissements Paris-Saclay devant les investisseurs potentiels. En amont de ces démarches, l’innovation sociale a été ciblée comme un élément à ne pas négliger. Les retombées sociétales ont donc leur importance aux yeux des membres de PEIPS, qui ont intégré il y a quelques mois en tant que nouveau membre la YUMP académie, une association ayant vocation à aider les entrepreneurs de Seine-Saint-Denis à monter leur société. Aussi, PEIPS a permis à l’écosystème entrepreneurial de prendre de plus en plus de vigueur, ce qui bénéficiera grandement à tout porteur de projet qui pourra accéder aisément au réseau et à ses événements.

On l’aura compris : Paris-Saclay est un terreau fertile aux innovations sociales et à l’économie collaborative parce que l’écosystème scientifique et technologique peut les appuyer. C’est donc le lien entre ces deux mondes qui fera la particularité de Paris-Saclay par rapport aux autres territoires innovant socialement et en matière d’économie collaborative !

Enfin, un raccourci de l’esprit nous laisserait penser que, puisque le territoire de Paris-Saclay est généreusement doté en catégories sociaux-professionnelles élevées, il serait moins légitime qu’un autre, plus défavorisé, pour développer des initiatives sociales. Comme l’a si bien rappelé Dominique Fontenaille lors d’une journée sur les achats responsables organisé le jeudi 4 décembre dernier, par Atout PLIE 91, le département de l’Essonne dans lequel s’insère pour partie Paris-Saclay est beaucoup plus contrasté qu’on ne le pense sur le plan social (avec, d’un côté, une population hautement qualifiée, de l’autre, des personnes exclues du marché du travail). Il lui faut donc être innovant aussi bien sur le plan technologique que sur les plans économique et social.

3 commentaires à cet article
  1. Ping : Retour sur la journée dédiée à l’innovation sociale et l’économie collaborative | Paris-Saclay

  2. Ping : Appel à projets innovant pour le « . F », suite | Paris-Saclay

  3. Ping : Le sport à l’heure des recycleries. Rencontre avec Marc Bultez | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>