Echos de Paris-Saclay à Cerisy-la-Salle

Cerisy2Paysage
Comme nous l’annoncions, un colloque s’est déroulé du 6 au 13 août au Centre Culturel International de Cerisy (dans le Contentin), sur le thème des « Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées ». Pas moins d'une demi-douzaine d'acteurs de Paris-Saclay y participaient pour témoigner de leur contribution à de nouvelles pratiques jardinières, maraîchères et/ou agricoles en milieu urbain ou périurbain.

On ne présente plus le Centre Culturel International de Cerisy (CCIC),  qui, depuis 1952, s’est imposé comme un haut lieu d’échanges culturels et intellectuels à travers des colloques conçus dans l’esprit des « Décades de Pontigny ». Comme nous l’annoncions (cliquer ici), un des colloques de la saison 2014 s’est déroulé du 6 au 13 août sur le thème des « Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées ». Colloque auquel plusieurs acteurs de Paris-Saclay avaient été conviés pour témoigner de leurs expériences respectives dans le domaine du jardinage, du maraîchage ou de l’agriculture urbaine. Tous ont répondu présent :

- Jean-Guy Henckel, directeur du Réseau de Cocagne, que nous avions interviewé suite à la création de son 121e Jardin de Cocagne et l’installation du siège du réseau à la Ferme du Limon (pour accéder à l’entretien, cliquer ici) : il est venu expliquer comment son réseau entreprend un changement d’échelle en se positionnant comme un « acteur de la conciliation » entre les pouvoirs publics, le monde du travail social et celui de l’entreprise (et ce, pour surmonter les problèmes posés par la raréfaction des subventions publiques). Il a également expliqué en quoi le contexte du Plateau de Saclay, avec ses centres de R&D, ses laboratoires et ses grandes écoles, était propice à une dynamique d’innovation, elle-même en phase avec la logique d’entrepreneuriat social dans laquelle il s’inscrit.

Marion Bruère, de l’Association Terre & Cité, dont nous avions interviewé le président Thomas Joly (cliquer ici), a rappelé la vocation de cette association en montrant comment elle était parvenue par une gouvernance originale à associer les agriculteurs du Plateau de Saclay à ses autres acteurs pour promouvoir une agriculture urbaine, au service du paysage et de l’environnement.

- Laurent Rougerie, Nicole Brulard et Alexis Lefebvre de l’association en forme de grappe d’entreprises Le Vivant et de la Ville, venus présenter le démonstrateur de production maraîchage sur sols pollués, installé à Saint-Cyr, et dont nous nous étions fait l’écho à travers l’entretien que nous a accordé le président de l’association, Xavier Laurent, de la Ferme et des Jardins de Gally (cliquer ici).

- Antoine Jacobsohn, responsable du Potager du Roi de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage (ENSP) de Versailles-Marseille, qui a montré à partir d’une comparaison des plans de deux sources classiques de l’histoire des jardins en France – d’une part, le Traité théorique et pratique du jardinage (1710) de Dézallier d’Argenville, d’autre part, les Plans raisonnés de jardins (1823) de Gabriel Thouin – les changements importants intervenus dans le positionnement des jardins potagers et fruitiers associés aux demeures des élites. Changements qui peuvent s’interpréter comme l’esquisse d’une dissociation entre lieux de production et lieux de consommation, qui affectera la ville dans son ensemble.

Observons que l’ENSP Versailles-Marseille était décidément bien représentée puisqu’étaient également présents son directeur, Vincent Piveteau, qui a participé à l’élaboration du programme du colloque et à l’animation de tables rondes – et que nous avions également interviewé (cliquer ici)-,  et plusieurs de ses dipômés dont Gilles Zamo, co-responsable de l’Exposition Forum Initiatives organisée en parallèle aux conférences.

- Enfin, Olivier Marcouyoux, que nous avions omis d’annoncer dans notre précédent article et dont pourtant la contribution a plus que marqué l’auditoire : récemment installé à Bures-sur-Yvette, il est venu avec 5 moutons et 2 poules pour témoigner de son métier de… « jardinier-berger », car c’est ainsi qu’il se définit. Métier qu’il a notamment exercé à… Saint-Denis, au milieu de barres d’immeubles, non sans, comme on l’imagine, faire le «  buzz ». Nous n’en dirons pas plus, ici, car nous publierons prochainement son portrait.

Remerciements

Les photos qui illustrent cet article ont été gracieusement mises à disposition par une participante au colloque : Joëlle Hofmans, qui a participé à une table ronde avec notre jardinier-berger. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée. Son parcours et ses centres d’intérêt – dont la photographie – valent eux aussi le détour. Nous ne saurions donc trop vous recommander de consulter son blog : www.joellehofmans.be/

Cerisy en images.

 

3 commentaires à cet article
  1. Ping : Profession : Jardinier-berger. Rencontre avec Olivier Marcouyoux | Paris-Saclay

  2. Ping : Profession : jardinier-berger. Suite de la rencontre avec Olivier Marcouyoux | Paris-Saclay

  3. Ping : Recyclerie sportive : du rêve à la réalité. Rencontre Marc Bultez | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>