Un tremplin pour le CES de Las Vegas. Entretien avec Stéphane Parpinelli

StephaneCCIPaysage
Une participation au prochain Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas. C’est le prix à gagner lors de la première édition du concours Challeng’Ynn, une des déclinaisons de la plateforme Open’Ynnov lancée par la Chambre de commerce et d'industrie Versailles-Yvelines pour renforcer sa communauté des acteurs de l’innovation. Son responsable, Stéphane Parpinelli, nous en dit plus.

- Si vous deviez pitcher Challeng’Ynn ?

Challeng’Ynn est un concours organisé par la CCI Versailles-Yvelines en partenariat avec Bpifrance, KPMG, Banque Populaire Val-de-France, Fidal et BDO. Il s’adresse aux entreprises créées après le 1er janvier 2009 et proposant des produits, services ou logiciels innovants dans le domaine de l’électronique grand public. Deux lauréats seront distingués avec, en guise de prix, une mission d’accompagnement sur le prochain salon CES Las Vegas, qui se tiendra en janvier prochain. Les dossiers de candidatures sont à déposer au plus tard le 31 mai prochain. La sélection s’effectuera à la mi-juin, pour une remise des prix le lundi 4 juillet prochain au Royale Factory, à Versailles.
Je précise que Challeng’Ynn est une composante d’Open’Ynnov dont l’idée a germé dans l’esprit de Gérard Bachelier, le président de la CCI Versailles-Yvelines, et qui a pris forme l’automne dernier avec l’ambition de bâtir et de fédérer une communauté d’acteurs de l’innovation dans le département des Yvelines. Open’Ynnov s’adresse aussi bien aux startuppers qu’à des directions innovation de grands groupes, des représentants de laboratoires, d’établissements d’enseignement supérieur, sans oublier les responsables de FabLab et d’autres lieux innovants des Yvelines.

- A quel besoin sa création a-t-elle répondu ?

Force est de constater que les Yvelines ne dégagent pas spontanément une image de territoire tourné vers l’innovation. De fait, le département ne compte guère d’incubateur, à la différence d’autres départements franciliens sans oublier la capitale, qui a tendance à les concentrer, ce qu’on peut regretter. Pourtant, les Yvelines comptent de nombreux grands groupes qui investissent dans la R&D et l’innovation. Le département est même le 2e d’Ile-de-France pour le nombre de brevets déposés chaque année. Mais cela ne suffit pas à créer les conditions d’un vrai écosystème d’innovation. Encore faut-il que ceux qui innovent puissent se connaître, échanger. Open’Ynnov vise donc à contribuer à la constitution d’une communauté, dans une logique de marketing territorial. En temps normal, celui-ci incombe aux agences de développement économique. Seulement, notre département n’en possède pas. D’où l’initiative de la CCI Versailles-Yvelines.

- Comment se manifeste concrètement Open’Ynnov ?

Open’Ynnov est conçu à la manière d’un réseau social sur la base d’une plateforme collaborative, qui met, donc, en relation des individus plutôt que des organisations, de façon à leur permettre de nouer un premier contact et d’échanger sur les opportunités de collaborer autour d’un projet innovant. Comme son nom l’indique, le dispositif Open’Ynnov s’inscrit dans la logique de l’open innovation. A travers lui, la CCI Versailles-Yvelines se positionne en définitive comme un tiers de confiance, notamment entre les grandes entreprises et les start-up installées dans le département.

- Que dites-vous à ceux qui objecteraient le fait que l’innovation suppose la possibilité pour les acteurs de se rencontrer vraiment ? Avez-vous pour projet d’incarner Open’Ynnov dans un lieu ?

Il est clair que les échanges virtuels ne sauraient suffire. Nous savons pertinemment que ce qui fait la force d’un écosystème d’innovation réside, comme vous le dites, dans la possibilité pour les acteurs de se rencontrer vraiment, fût-ce de manière fortuite. A défaut d’envisager la création d’un lieu, nous avons imaginé une autre composante : Happ’Ynnov, appelée aussi les « sept-huit » de l’innovation, en référence bien sûr au département (le 78…) mais aussi parce que cela se déroule de 19 à 20 h (de 7 à 8 pm, donc…). Nous y invitons des start-up à pitcher leur concept et de grands comptes partenaires à présenter leur stratégie d’innovation en lien avec des entreprises innovantes (TPE-PME comprises). L’idée est bien de prolonger les échanges virtuels par des échanges dans le monde réel et ce faisant, favoriser le réseautage.
Le premier Happ’Ynnov a été organisé en avril dernier au vélodrome de Saint-Quentin. Faut-il y voir une simple marque de curiosité ? Toujours est-il que près de 140 participants ont répondu présent. Une belle affluence pour une première, de bon augure pour la suite. C’est dans le cadre du prochain Happ’Ynnov que sera organisée la remise des prix de Challeng’Ynnov.

- Un lieu dédié n’est donc pas programmé ?

Non, pas dans l’immédiat en tout cas. Nos manifestations se déroulent à chaque fois dans des lieux différents. Créer des rencontres physiques sur le mode de l’itinérance produit aussi quelque chose d’intéressant.

- A vous entendre, vous avez transformé vos contraintes initiales (l’absence d’incubateur et d’agence de développement économique) en atouts pour innover jusque dans la manière de faire vivre la communauté des innovateurs de votre territoire. Etiez-vous bien dans cet état d’esprit ?

La nature a horreur du vide, dit-on. La CCI Versailles-Yvelines n’a donc fait qu’occuper une place qui était à prendre. A en juger par les premiers retours des membres de notre communauté, et ceux des entrepreneurs en particulier, elle a répondu à un besoin. Plusieurs d’entre eux nous l’ont dit : en donnant corps à l’écosystème des Yvelines, Open’Ynnov les aide à identifier des partenaires possibles pour développer leur business.

- Et vous-même quel premier enseignement tirez-vous ?

Open’Ynnov met clairement en évidence l’importance de l’ancrage territorial de l’innovation, quelque chose que j’avais jusqu’à présent sous-estimée. Or, de fait, le sentiment d’appartenance à une communauté d’innovation, ancrée sur un territoire, concourt à faciliter les liens et les échanges entre des acteurs, fussent-ils par ailleurs concurrents. Les transactions inhérentes au processus l’innovation passent par des réunions plus ou moins régulières et impliquent, donc, une relative proximité entre les parties prenantes. Aujourd’hui plus que jamais à l’heure de l’Open Innovation. Les start-up comme les grands groupes, présents sur le territoire, demandent à être assurés quant à pouvoir trouver en proximité les compétences dont ils ont besoin.
Cela dit, il est encore trop tôt pour tirer d’autres enseignements. Notre dispositif est encore en phase d’amorçage. Il faut lui laisser le temps de s’installer.

- Où en êtes-vous à ce stade, en terme de fréquentation ?

Un peu plus de six mois après le lancement d’Open’Ynnov, nous comptons plus de 275 membres, ce qui est plus qu’encourageant. D’autant que nous partions de rien. Jusqu’alors nous ne disposions pas d’outil pour recenser les acteurs de l’innovation. Quand je suis arrivé à la CCI Versailles-Yvelines, j’avais demandé à pouvoir disposer d’une cartographie des start-up du département. Il n’y en avait tout simplement pas. Je procède donc de manière empirique et itérative. Pas un jour sans que je ne découvre de nouvelles start-up cachées au fin fond des Yvelines !

- Autrement dit, vous avez mis en place un dispositif qui concourt autant à créer une communauté qu’à la révéler…

Exactement. Open’Ynnov est un révélateur d’écosystème.

- Et vous appliquez à vous même les principes de l’innovation, en testant votre dispositif et ses composantes, sans exclure de les faire évoluer…

Oui, et c’est quelque chose que j’ai apprise de ma propre expérience de la création de start-up : quand on est entrepreneur, on navigue à vue ! On a beau avoir un cap (le business plan), qu’on essaie de tenir, ne serait-ce que pour rester crédible aux yeux des investisseurs, il faut savoir s’adapter voire pivoter, selon le terme en usage, au gré des écueils qui se présentent. Nous resterons donc agiles autant que faire se peut, soit en affirmant telle ou telle des composantes existantes, soit en en déclinant d’autres avec cependant toujours le même cap : cimenter un écosystème territorial autour de l’innovation.

- Dans quelle mesure vous projetez-vous dans l’écosystème de Paris-Saclay dont font partie les Yvelines ?

La question se pose en effet. Et la réponse est claire : Open’Ynnov entend contribuer à la dynamique d’ensemble de Paris-Saclay tout en s’appuyant sur celle-ci pour renforcer l’écosystème des Yvelines. Je ne me cantonne donc pas à mon département. Il m’arrive d’en franchir la « frontière » pour ne serait-ce que me rendre au PROTO204 ! Un lieu que je ne manque pas de faire découvrir à mes interlocuteurs, parce que je le trouve tout simplement formidable. Tout autant que Ronan, son responsable, j’estime être un connecteur de Paris-Saclay. Lui et moi sommes d’ailleurs naturellement devenus partenaires. Ce qui ne nous empêche pas de cultiver nos spécificités. Comme vous l’avez justement fait remarquer, Open’Ynnov ne s’incarne pas dans un lieu, à la différence du PROTO204.

- On peut aussi invoquer Paris-Saclay Invest que vous co-organisez avec la CCI d’Essonne ?

J’allais bien sûr y venir ! Paris-Saclay Invest est devenu un rendez-vous important. J’en profite d’ailleurs pour dire combien nous sommes attachés à continuer à créer et renforcer les liens avec le plateau de Saclay. Quand bien même j’insistais sur l’ancrage territorial de l’écosystème, je suis convaincu que cela a du sens de se projeter au-delà du département des Yvelines, à l’échelle de Paris-Saclay et même de l’Ile-de-France. Déjà, des PME et start-up franciliennes (de Paris, de Seine-Saint-Denis, du Val de Marne, des Hauts-de-Seine,…) manifestent un intérêt pour en rencontrer d’autres, des Yvelines. Rien que de plus naturel : les acteurs économiques ne s’imposent pas de frontières.

Pour plus d’information…

… sur Challeng’Ynn CES Las Vegas 2017, cliquer ici.

… sur  Open’Ynnov, cliquer ici.

1 commentaire à cet article
  1. Ping : Spécial Open Innovation pour la 3e édition de Smart Days. Rencontre avec Stéphane Parpinelli | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>