Bonnes vacances autour de nourritures jardinières

CerisyPaysage
Du 6 au 13 août, un colloque est organisé au Centre Culturel International de Cerisy (dans la Manche), sur le thème des « Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées ». Plusieurs acteurs de Paris-Saclay y interviennent.

Jardins de Cocagne, jardins potagers, jardins familiaux et collectifs (héritiers des jardins ouvriers), fermes urbaines, sans oublier les Amap,… on ne compte plus les initiatives qui visent à produire fruits et légumes à proximité des (voire dans) les villes. Ces initiatives sont-elles à la mesure du double défi alimentaire auquel est confrontée la planète du fait de la poursuite de sa croissance démographique, mais aussi, suite aux crises sanitaires de ces dernières années, d’une exigence accrue des populations en matière de qualité ?

C’est la double question que va explorer un colloque organisé au Centre Culturel International de Cerisy (CCIC), dans La Manche, du 6 au 13 août (soit 7 jours !), sous la codirection d’Edith Heurgon (prospectiviste et directrice du CCIC) et de l’auteur de ces lignes, avec le concours de nombreux intervenants, de différents horizons disciplinaires, professionnels et/ou géographiques.

Ce colloque fait suite à un précédent, organisé deux ans plus tôt, sur le thème du « Renouveau des jardins : clés d’un monde durable ? » (pour accéder au programme, cliquer ici) qui avait été l’occasion de s’interroger sur le pourquoi du regain d’intérêt pour les jardins, quels qu’ils soient, à partir de l’hypothèse suivante : et si ce renouveau participait de l’exigence d’un développement durable, les jardins y concourant à leur façon par les nouveaux rapports qu’ils instaurent aussi bien aux autres, qu’au temps et à la nature ?

Ce colloque, dont les actes viennent de paraître aux éditions Hermann (cliquer ici), avait débouché sur une interrogation : pour être dignes d’intérêt, ces jardins sont-ils pour autant à la mesure des défis du monde actuel, notamment sur le plan alimentaire ? Interrogation à laquelle va donc tenter de répondre ce nouveau colloque.

Quel rapport avec Paris-Saclay ?, vous demandez-vous peut-être. Outre le fait que la problématique concerne tous les territoires, celui-ci sera particulièrement à l’honneur à travers la contribution de plusieurs de ses acteurs :

- Le Réseau de Cocagne, qui a fait le choix de s’installer sur la Ferme du Limon. Son directeur, Jean-Guy Henckel, déjà intervenu lors du précédent colloque, témoignera de la manière dont il envisage de changer d’échelle en se positionnant comme un « acteur de la réconciliation » entre les pouvoirs publics, le monde associatif et celui des entreprises, dans une démarche d’entrepreneuriat social. Jean-Guy Henckel que nous avons eu l’occasion d’interview pour les besoins du site (pour accéder à la première partie de l’entretien, cliquer ici).

- Terre et Cité, dont Marion Bruère exposera la vocation et la contribution pour la préservation des activités agricoles et des qualités paysagères du territoire, mais aussi la promotion de pratiques innovantes dans la logique des circuits courts (pour mémoire, son président, Thomas Joly, nous a accordé un entretien ; pour y accéder, cliquer ici).

- Le Vivant et La Ville, dont plusieurs représentants interviendront dans le cadre du Forum d’expositions et d’initiatives, conçu par Gilles Zamo (paysagiste) et Romain Rioult (de l’école d’Angers). Cette association dont nous avons eu l’occasion d’interviewer le président, Xavier Laureau, par ailleurs fondateur de La Ferme et des Jardins de Gally (cliquer ici), est une grappe d’entreprises (bureaux d’études, TPE-PME, filiales de multinationales), constituée sur la base d’un appel à projets lancé en 2009 par la Datar. Parmi ses projets en cours : un démonstrateur d’agriculture urbaine installé sur une ancienne friche polluée, à Saint-Cyr l’Ecole.

- L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage (ENSP) Versailles – Marseille, à travers la participation de son directeur Vincent Piveteau, et du responsable du potager du roi, Antoine Jacobsohn, qui avaient déjà contribué au précédent colloque. Le premier (que nous avions rencontré peu après sa prise de fonction ; entretien disponible en cliquant ici), interviendra à la table ronde finale qui sera l’occasion de faire un point sur les initiatives examinées au cours du colloque au regard des défis alimentaires de la planète ; le second retracera l’histoire des jardins et potagers et fruitiers associés aux demeures des élites.

Pour accéder au programme complet du colloque, cliquer ici.

Nous ne manquerons pas de vous rendre compte de ce colloque et des contributions de ces différents acteurs de Paris-Saclay. A défaut de vous y rencontrer, nous vous souhaitons de bonnes vacances, en espérant vous retrouver vers le 25 août, date de reprise de l’activité du site Média Paris Saclay.

Légendes des photos : la Bibliothèque du château du Centre Culturel International de Cerisy (CCIC) où se déroulent la plupart des communications (en illustration de l’article) ; le Château (en Une, grand format) et la serre du potager (en Une, petit format).

2 commentaires à cet article
  1. Ping : Bonnes vacances autour de nourritures jardini&e...

  2. Ping : Echos de Paris-Saclay à Cerisy-la-Salle | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>