Le travail en mouvement. Organisations, frontières, reconnaissances

Colloque organisé sous la direction d’Emilie Bourdu-Szwedek, de Michel Lallement, de Pierre Veltz et de Thierry Weil, du 13 au 20 septembre, au Centre culturel international de Cerisy.

Argument du colloque

Depuis quelques années, les indices d’une vaste recomposition du travail n’ont cessé de se multiplier. Outre la révolution numérique dont on commence à percevoir et à anticiper les nombreux effets, il faut compter avec de nouvelles formes de gestion des activités productives qui en appellent à toujours plus d’engagement au travail, de responsabilités sociales, de collaborations horizontales… À l’image des transformations qui affectent les lieux comme les temps des pratiques professionnelles, ce sont par ailleurs les frontières même du travail qui sont aujourd’hui en train de bouger.

Le colloque rassemblera dirigeants d’entreprise, directeurs des ressources humaines, syndicalistes, universitaires, acteurs publics ainsi que toutes celles et ceux intéressés par le thème du travail et de ses transformations autour de trois interrogations: 1) Quelles sont les nouvelles pratiques productives et les nouvelles formes d’organisation du travail? 2) Comment se transforment les frontières du travail? 3) Quelles sont les implications de ces changements pour les modes de reconnaissance au travail, du travail et par le travail?

Pour aborder toutes ces questions, le programme sera établi sur la base de communications ou de tables rondes suivies de débats, d’ateliers et de discussions autour de témoignages et de représentations du travail, par exemple cinématographiques. Les participants pourront proposer des thèmes d’atelier et décideront le premier jour à quel atelier ils souhaitent contribuer. Sont également prévues des visites d’entreprises locales illustrant des formes intéressantes d’agencement de collectifs de travail.

Pour en savoir plus sur le programme et s’inscrire : www.ccic-cerisy.asso.fr/travail18.html

Mots clés :

Les commentaires sont fermés.