Habiter le mouvement avec des hyperlieux mobiles

Conférence-Forum organisée à l’initiative de l’Institut pour la Ville en Mouvement (IVM).

De 9h30 à 21h30, à la MAIF Social Club, 37 rue de Turenne, Paris IIIe.

Argumentaire :

L’ambulant, le colporteur, le valet portant les messages, les cirques, le théâtre, le rémouleur, le dentiste, l’écrivain public itinérant incarnent des figures universelles, anciennes, et pourtant très contemporaines dans leurs nouvelles variantes.

On les rencontre partout dans le monde, dans des versions plus ou moins rustiques ou au contraire sophistiquées, comme petite compensation à la misère ou à l’isolement, ou bien au contraire comme élément cumulatif de services dans des zones intenses, attractives et chic.

Le cas des foodtrucks est l’arbre qui cache la forêt : une extraordinaire diversité de dispositifs nomades ou ambulants, ou à la demande parcourent des territoires les plus variés et contribuent même à « faire territoire, faire ville, faire milieu ».

Rien de nouveau sans doute, mais l’équipe internationale animée par l’Institut pour la ville en mouvement est allée regarder plus près pour identifier les mutations en cours : car la démultiplication des réseaux sociaux, des applications de géolocalisation en temps réel est un accélérateur formidable pour le développement de dispositifs flexibles, depuis des sortes de « flashmobs », rassemblements spontanés de services et d’activités sur roue, jusqu’aux habitats mobiles en réponse aux situations d’urgence.

Plus de 250 cas d’activités mobiles existantes ont été recensés, certains d’entre eux étudiés de manière approfondie. L’équipe s’est également plongée dans les imaginaires plus ou moins récents pour regarder comment ces activités mobiles participent aussi d’un rêve nomade ancien, dans les cultures, l’art, la science-fiction, le cinéma, l’architecture et l’urbanisme.

Certains dispositifs semblent être les précurseurs d’un bouleversement dans nos pratiques mobiles, liées autant à notre « hyper connectivité » qu’à l’arrivée annoncée du véhicule autonome, qui, nous libérant de l’obligation de conduire, rend envisageable de repenser radicalement notre rapport au temps dans les déplacements, et notre rapport à l’espace dans ces nouveaux types de véhicules.

Demain des micro-espaces urbains en mouvement et connectés au monde ? Demain des villes nomades ? Demain des milieux éphémères, mouvants ? Mais toujours plus et mieux connectés ? demain une « hyperhybridation » des fonctions et des usages ? Jusqu’où peut-on imaginer ces hyperlieux mobiles, et pour quels bénéfices ?

Cette Conférence-Forum est le rendez-vous public de la première étape de ce programme d’enquête : y seront présentées et débattues les diverses activités mobiles étudiées, la diversité des points de vue (experts transports publics, logistique, urbanisme, art, business, design, sociologie des télécommunications, professionnels mobiles), et les typologies de situations spatiales et temporelles dans lesquelles ces activités se déploient.

La journée sera donc à la fois un moment de bilan et de synthèse ainsi que le point de départ de la seconde étape : élaborer des projets d’hyperlieux mobiles, scénariser des situations urbaines, expérimenter des dispositifs en partenariat avec des acteurs locaux et des territoires.

Pour en savoir plus et s’inscrire : www.mobilehyperplaces.com/events

Mots clés :

Les commentaires sont fermés.