Une filière Data Science made in Ensae ParisTech

ENSAE Paysage
Trois questions à Julien Pouget, Directeur de l’ENSAE ParisTech à propos de la nouvelle filière Data Science mise en place par son école pour relever le défi de la croissance des données disponibles. Il souligne à cette occasion le contexte favorable que constituent le cluster et le Campus Paris-Saclay.

- Vous venez de mettre en place une nouvelle filière Data Science, à quels besoins répond-elle ?

On assiste depuis plusieurs années à une très forte croissance du volume de données disponibles, dans des domaines très divers (marketing, finance, mais aussi génétique, neurosciences ou climatologie par exemple). Et l’ENSAE ParisTech forme des ingénieurs, statisticiens-économistes, qui possèdent tout à la fois les compétences techniques nécessaires à l’analyse de ces données et la capacité à en saisir les enjeux stratégique. Il s’agissait donc de faire évoluer notre offre de formation pour répondre encore mieux à ces nouveaux besoins, générateurs d’innovation, de croissance et d’emplois. Une étude remarquée de McKinsey, parue il y a deux ans, estime à cet égard qu’il manque, sur le seul territoire des Etats‐Unis, entre 140 000 et 190 000 statisticiens et experts en méthodologie, capables d’analyser la masse d’information et de données produites chaque année, et 1,5 million d’analystes capables de prendre des décisions à partir de ces données. En France, les pouvoirs publics se sont également saisis des enjeux associés aux Big Data, en en faisant l’un des 34 plans prioritaires de reconquête industrielle, ou bien encore l’une des 7 ambitions mises en avant par la Commission Innovation 2030.

- Concrètement, en quoi va consister la formation et quels en sont les débouchés ?

Nous avons voulu construire une filière qui non seulement forme nos élèves aux techniques statistiques d’analyse des données massives, les fameuses Big Data, mais les prépare aussi, plus largement, à  « faire parler les données » notamment pour aider à la décision. Concrètement, la formation contient donc un tronc commun en statistique (machine learning, datamining,…), informatique (avec en particulier les outils nécessaires au traitement des Big Data) et économétrie, puis 3 parcours de spécialisation : marketing quantitatif et aide à la décision ;  statistique et apprentissage ;  économie et sociologie quantitatives. Cette filière permet donc, entre autres, d’acquérir les compétences attendues pour les postes de Data Scientist et Chief Data Officer qui émergent avec le développement des Big Data. Mais les profils polyvalents qui en seront issus pourront occuper aussi bien des postes d’experts que des postes décisionnels ou d’encadrement en entreprise. Le caractère transversal des méthodes quantitatives présentées dans cette filière devrait en effet permettre aux étudiants d’accéder à une large palette de secteurs d’activité (conseil, industrie, recherche fondamentale et appliquée, etc.). Les données du e-commerce ne sont pas les seules données dont l’exploitation génèrera de la valeur ajoutée ! Les secteurs de la banque et de l’assurance sont aussi très intéressés par cette révolution. C’est également le cas de la biologie avec les données issues de la génétique ou encore des télécommunications, avec l’explosion des données géolocalisées.

- En quoi le cluster et le campus Paris-Saclay sont favorables au développement d’une telle filière ?

Au sein du campus Paris-Saclay, l’ENSAE ParisTech devrait trouver des interactions particulièrement fructueuses avec les autres écoles, universités et les organismes de recherche qui s’attachent également à faire progresser la gestion, l’utilisation et l’exploitation des bases de données massives. La plus-value de l’ENSAE ParisTech, c’est l’analyse statistique, en articulation avec des problématiques économiques ou financières notamment et dans une perspective d’aide à la décision. En amont, la gestion des systèmes d’information, la collecte et le stockage de ces données numériques soulèvent des questions importantes : Paris-Saclay comprend des établissements phares dans ces domaines. Plus largement, l’ENSAE ParisTech et son centre de recherche le CREST bénéficieront des atouts de ce campus : un vivier d’étudiants français et étrangers sans équivalent en France, un potentiel extraordinaire d’interdisciplinarité permettant de couvrir tous les domaines d’application de l’économie, de la statistique et des sciences sociales, et enfin des liens étroits avec tous les acteurs de la vie économique.

Propos recueillis par Shauna Grew et Sylvain Allemand

Photos en Une : 1) petit format : Julien Pouget, Directeur de l’ENSAE ParisTech ; 2) grand format : maquette du futur bâtiment, à Paris-Saclay.

3 commentaires à cet article
  1. Ping : 3 questions à Julien Pouget, Directeur d...

  2. Ping : 3 questions à Julien Pouget, Directeur d...

  3. famibelle

    Merci pour cet article,
    En quel année sortiront les premiers diplômés ?
    @medhi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>