Une CCI à l’heure de la RSE. Rencontre avec Bruno Malecamp (1/2)

CCIEssonne2017Paysage
Il était intervenu le 11 juillet dernier au séminaire du WAWlab sur la bienveillance, pour témoigner de la charte élaborée au sein de la CCI dont il est le Directeur général. Il a bien voulu nous en dire plus, au fil d’une visite des lieux, qui a donné à voir des traductions concrètes dans l’aménagement des espaces de travail.

CCI Essonne 2017 - 4PaysageLa table ronde à laquelle avait participé Bruno Malecamp dans le cadre du séminaire du WAWlab organisé le 11 juillet dernier sur le thème de la bienveillance, avait déjà été l’occasion d’en savoir plus sur la charte élaborée au sein de la CCI Essonne dont il est le Directeur général. Nous souhaitions cependant connaître les circonstances qui avaient présidé à son élaboration. RDV a donc été pris au siège de la CCI, située à deux pas de la Gare d’Evry Courcouronnes. De prime abord, l’impression est mitigée. L’espace accueil est aménagé dans un grand hall dont on s’interroge d’emblée sur la manière dont il doit être chauffé. Sans compter le bruit assourdissant. De ce côté-là, l’aimable hôtesse nous rassure : c’est exceptionnel – le temps d’une intervention de maintenance. Notre hôte est ponctuel. Mais avant de nous accueillir, il prend le temps de saluer chaque salarié rencontré sur son chemin. Un principe de civilité de base qui fait partie des principes de la charte.

De la «Bulle »…

CCI Essonne 2017 - 5PaysageL’entretien débute par la visite des lieux, qui dissipe le sentiment mitigé. Certes, le bâtiment n’est pas très «durable» dans sa conception. Mais on imagine le potentiel. Surtout, il a été l’objet de plusieurs aménagements qui, petit à petit, lui donnent un autre air qu’une CCI classique
Première illustration, la salle que Bruno Malecamp met un point d’honneur à nous faire visiter : la « Bulle », c’est son nom, est un espace de travail pour les collaborateurs de la CCI, propice aux échanges plus informels et à la créativité. Quelques 30m2, avec une grande baie vitrée, et qui se prolonge sur une terrasse. Il n’osera le dire aussi ouvertement, mais on sent que c’est un peu son bébé, qui lui a été inspiré lors d’un voyage d’étude à New York et Boston, organisé par le développement économique de l’ex-EPPS, aujourd’hui EPA Paris-Saclay. « Lors de la visite du MIT, j’avais été frappé par ce dynamisme ambiant et tous ces lieux de travail, tout à la fois professionnels et conviviaux, propices à la créativité et à des échanges plus informels. » Le même : « De transversalité, on parle beaucoup. Seulement, cela ne se décrète pas. Mais de nouveaux espaces, plus ouverts et collaboratifs, peuvent contribuer à faire évoluer les habitudes. » Créer de tels espaces au sein de la CCI de l’Essonne, c’est ce qu’il s’appliquera à faire à son retour de son voyage d’étude.
La « Bulle » est la première traduction concrète de cette volonté. Equipée d’un écran, pour les besoins de visioconférences, on y trouve aussi un tableau blanc avec des feutres, un mobilier aux couleurs vives, des ouvrages… Autant de choses censées inciter aux échanges informels et à la créativité. « On peut aussi y dispenser des formations. »
Son entrée en service remonte à il y a un an. Soit plusieurs mois après le voyage d’étude… C’est qu’on ne crée pas un lieu comme celui-ci du jour au lendemain, a fortiori au sein d’une CCI où elle rompt avec l’ordinaire. « De manière générale, constate Bruno Malecamp, quand on ouche à l’humain, on ne peut imposer quoi que ce soit trop rapidement. Si donc plusieurs mois se sont écoulés avant la concrétisation du projet, c’est qu’il a fallu le temps de l’appropriation par les collaborateurs. » Le même : « Je ne voulais pas non plus que cela apparaisse comme la salle du DG ! ».

… à la « Capsule »

CCIEssonne201-6PaysageDe fait, cet espace sera, comme les suivants, conçu par des collaborateurs participant au groupe «bien-être et convivialité», qui s’est constitué au sein de la CCI – celui-là même qui participera à la rédaction de la charte. Il arrêtera jusqu’au choix du mobilier et des couleurs. Et Bruno Malecamp d’insister : « Un tel espace est peu courant dans un lieu comme une CCI et pour tout dire en rupture avec les habitudes. Il fallait que la création de la “ Bulle ” soit comprise, acceptée et considérée comme utile et non comme un simple gadget. Les salariés ne comprendraient pas qu’on dépense de l’argent futilement. Ils considèrent à juste titre qu’elle doit apporter un réel plus dans la manière de travailler. » Manifestement la « Bulle » a été adoptée, même si Bruno Malecamp aimerait qu’elle soit davantage utilisée. Le jour de notre passage, le panneau de réservation indique cependant qu’elle doit être prochainement occupée.
La visite se poursuit. Nous voilà, toujours au premier étage, dans un couloir avec vue plongeante sur le rez-de-chaussée. De là on perçoit un autre espace aménagé pour des réunions et échanges informels : espace dit du « Ficus » en raison de la présence d’un spécimen de cette espèce. Reste un sentiment dominant, que Bruno Malecamp admet volontiers : tout ce volume, du rez-de-chaussée à la verrière, est décidément loin d’être « durable ».
Retour à ce rez-de-chaussée avec visite d’un autre espace tout aussi original, du moins au regard de l’idée qu’on se fait d’une CCI : la « Capsule », une trentaine de m2, réaménagés l’an passé, dans l’ancienne salle de documentation, à l’intention de personnes extérieures en quête d’un espace de travail transitoire. « Ce qui n’empêche pas, s’empresse de relever Bruno Malecamp, nos collaborateurs de l’utiliser le temps d’une réunion. » Durant tout l’été, elle est restée ouverte matin et après-midi.
D’autres lieux ou dispositifs ont vu le jour ou ont été revus : un abris bus… pour les fumeurs ; une cuisine collective, etc. Avant d’entamer l’entretien sur la charte, dans son bureau, Bruno Malecamp ne résiste pas à l’envie de nous faire découvrir une 3e salle : équipée d’ordinateurs portables, elle est dédiée à la formation. Une des dernières à y avoir été dispensée a porté sur la cybersécurité – un enjeu s’il en est – à l’attention de cadres dirigeants mais aussi d’élus.

De l’importance des parties prenantes

Si ces différents lieux doivent beaucoup au voyage d’étude sur la côte Est des Etats-Unis, ils s’inscrivent aussi dans un processus ancien de management qualité et de démarche RSE (dont la CCI fêtait les dix ans ce 27 novembre 2017 et pour laquelle elle s’est vu décerner le Certificat ISO 9001 : 2015 ainsi que le Label Engagé RSE). Bruno Malecamp : « La notion de parties prenantes est un élément essentiel dans l’atteinte de nos objectifs. Et parmi ces parties prenantes, il y a bien sûr au premier chef les collaborateurs, dont on doit se préoccuper du bien-être et, donc, de l’organisation et des espaces de travail. » Et Paris-Saclay, dans quelle mesure nourrit-il cette dynamique ? Sert-il de référence dans la reconfiguration des manières de travailler ? Après tout, l’écosystème n’a guère à envier au MIT : on n’y compte plus les lieux qui s’emploient à innover en la matière – qu’on songe à l’EDF Lab, à la Cité de l’Innovation de Nokia Paris-Saclay, etc. « Il est clair que ces initiatives m’ont aussi beaucoup conforté dans ma démarche. »
Compte tenu des enjeux dont nous débattons au fil de notre visite – à commencer par cette démarche RSE ou la durabilité du bâtiment -, nous engageons à prendre date à la première occasion pour en rediscuter. Bruno Malecamp nous indique les interlocuteurs idoines : Pierre-Olivier Viac, que nous avons déjà eu l’occasion d’interviewer au sujet de DRIM’in Saclay [pour accéder à l’entretien, cliquer ici], et le chef de projet qualité et développement durable. Mais avant de les solliciter, place à l’entretien relatif à la charte.

Pour accéder à cet entretien, cliquer ici.

Pour en savoir plus sur le séminaire WAWlab sur la bienveillance, lire notamment l’entretien avec Thierry Roussel (pour y accéder, cliquer ici).

1 commentaire à cet article
  1. Ping : Une charte pour le bien-être au travail. Rencontre avec Bruno Malecamp (2/2) | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>