Techinnov, un optimisateur de rencontres. Entretien avec Philippe Moreau

Techinnov2017Paysage3
Suite et fin de nos échos à l’édition 2017 de Techinnov à travers le témoignage de Philippe Moreau, le directeur d’IncubAlliance.

- Pourquoi est-il important pour IncubAlliance d’être présent à Techinnov ?

Techinnov, comme toute convention d’affaires, permet d’optimiser les rencontres, à travers des rdv programmés. Moi-même en ai toute une série [il montre le verso de son badge, où y figurent plus d’une douzaine de rdv]. En m’inscrivant, j’ai pu solliciter des participants tandis que d’autres m’ont sollicité. En milieu de matinée, j’avais déjà rencontré deux fonds d’investissement et un startupper.
Et puis c’est l’occasion de prendre le pouls de l’écosystème de l’innovation francilien et même français : Techinnov accueille des acteurs de l’innovation de toute la France et même de l’étranger. Tous les acteurs qui comptent sont présents. Voyez d’ailleurs autour de nous : GMBA, Bpifrance… On sent que l’information circule, que les participants ont plaisir à se revoir ou à faire connaissance. Les territoires répondent aussi présent : la trois agglomérations de Paris-Saclay sont réunies sur un même stand. Un signal fort s’il en est.

- Comme vous l’avez rappelé, les rdv sont programmés, étant entendu que l’événement permet aussi des échanges informels et fortuits…

Oui, bien sûr. Entre deux rdv, il est possible de circuler au milieu des stands répartis entre deux niveaux. Pas plus que je n’avais prévu cet entretien avec vous, je n’avais programmé mon échange avec Bertrand Marquet, qui voulait m’entretenir du projet des Garages [pour en savoir plus, cliquer ici].

- Quelle impression vous inspire cette édition 2017 comparée aux précédentes ?

C’est la 3e édition à laquelle je participe. J’ai le sentiment qu’il y a plus de monde que les années précédentes et que le climat des affaires est bien meilleur. De plus en plus de start-up réussissent des levées de fonds tandis que les grands groupes remportent d’importants marchés à l’international. Les entrepreneurs et investisseurs ont plutôt la banane. Je vois de plus en plus de projets se monter, rien qu’au sein de Paris-Saclay.

- Avez-vous le sentiment que Paris-Saclay est bien perçu à travers cet événement ? Fait-il sens au yeux des participants issus d’autres écosystèmes ?

Oui. Je n’ai plus besoin d’expliquer à mes interlocuteurs en quoi consiste ce projet. Paris-Saclay est une marque reconnue. Y compris à l’étranger. J’ai encore pu m’en rendre compte, ce matin même, en échangeant avec un partenaire hollandais.

- Et comment se porte IncubAlliance dans ce contexte ?

Très bien. Malgré le peu de moyens dont on dispose en matière de communication, sa notoriété ne cesse de grandir. Les efforts consentis depuis 4-5 ans commencent à payer. IncubAlliance figure parmi les premiers incubateurs sur n’importe quel moteur de recherche : en 3e sinon 4e position, juste après Agoranov – l’incubateur parisien – la page Wikipédia « Incubateur d’entreprises » et les « Accélérateurs et incubateurs du campus de l’Université Paris-Saclay » [ce que, vérification faite, nous confirmons].

- Est-ce à dire que vous bénéficiez de la dynamique de Paris-Saclay ?

Oui, assurément, tout en contribuant à cette dynamique : IncubAlliance a toujours joué la carte Paris-Saclay. Nous en faisons partie et en sommes fiers. Il conviendrait néanmoins qu’il y ait plus de transparence et de coordination entre les acteurs sur certains sujets stratégiques, comme l’innovation et l’entrepreneuriat. La gouvernance, malgré des périodes de crispation malheureusement récurrentes, devrait permettre d’y parvenir.

- Y aurait-il sens d’y transférer un événement comme Techinnov ?

Oui ! Personnellement, je milite depuis longtemps pour l’organisation d’un grand événement comme celui-ci à Paris-Saclay. Je me souviens d’en avoir défendu l’idée au sein d’un groupe de travail auquel j’avais été convié et ce, avant même que l’Université Paris-Saclay ne voie officiellement le jour. Je continue à penser que cela serait pertinent et m’en suis entretenu avec Christophe Pinon, le responsable service innovation au sein de la CCI, en charge de Techinnov. Reste cependant à trouver le lieu ! Je pense cependant que Paris-Saclay n’en manque pas de suffisamment grands. Cela dit, je reconnais que l’emplacement actuel – l’aéroport d’Orly – a le mérite d’être facilement accessible en voiture ou en transport en commun.

- Et n’est-ce pas aussi une manière pour l’écosystème Paris-Saclay de montrer qu’il est ouvert et sait aller à la rencontre des acteurs de l’innovation, entrepreneurs et investisseurs, là où ils se rendent et sont susceptibles de se croiser ?

Oui, mais qu’est-ce qui empêcherait de leur faciliter la vie en instaurant un service de navettes, entre Orly et le Plateau de Saclay. Et sans attendre l’arrivée du métro automatique de la ligne 18. Rappelons encore que des trains circulent déjà entre les aéroports parisiens et la gare de Massy TGV.

A lire aussi les entretiens avec : Antoine Baschiera, CEO d’Early Metrics (cliquer ici) ; Frank Zschiegner, responsable économie territoriale de Versailles Grand Parc (cliquer ici) et Bruno Duval, président de Finance & Technologie (cliquer ici).

3 commentaires à cet article
  1. Ping : Paris-Saclay côté Versailles Grand Parc. Entretien avec Frank Zschiegner | Paris-Saclay

  2. Ping : Quand notation rime avec innovation. Entretien avec Antoine Baschiera | Paris-Saclay

  3. Ping : Echos positifs de la 11e édition de Techinnov | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>