Start-up Challenge : essai transformé. Rencontre avec Frédéric Devaivre

Techinnov2018Paysage2
Suite et fin de notre série consacrée à l’édition 2018 de Techinnov avec le témoignage du chef de projet de la CCI Essonne, en charge du Start-up Challenge.

Techinnov2018Paysage- Si vous deviez pitcher le Start-up Challenge ?

C’est un rdv que nous avons mis en place au sein de Techinnov, en réponse à la demande qui nous avait été adressée par des donneurs d’ordre, de pouvoir accéder à des solutions innovantes avec le concours de start-up. C’est la 2e fois que nous l’organisions, en partenariat avec plusieurs de ces donneurs d’ordre. Au total, 29 start-up ont été pré-sélectionnées dans quatre catégories, à savoir, cette année : Automative, Deeptech, Luxe et Retail et IoT, chacune de ces catégories étant parrainée par un grand compte (respectivement le Groupe PSA, le réseau des SATT, Carats et Ericsson).
Les start-up disposent de 4 mn pour pitcher avant de pouvoir échanger de manière plus informelle dans un salon privé. Une a été distinguée dans chacune des catégories : Electric Loading, pour ses bornes de recharges pour véhicules (catégorie Automative) ; Eikosim, pour son intégration des essais dans les simulations numériques (catégorie Deeptech) ; Daumet, pour son alliage d’or innovant (catégorie Luxe et Retail) ; enfin, Galanck, pour ses sacs à dos intelligent pour la mobilité (catégorie IoT).

- Comment les start-up ont-elles-mêmes répondu à cette opportunité ?

Leur intérêt ne s’est pas démenti d’une année sur l’autre. De fait, le Start-up Challenge leur offre l’opportunité de gagner en visibilité auprès d’industriels, d’investisseurs et d’autres partenaires. Il ne s’est pas démenti pas non plus du côté des donneurs d’ordre, qui trouvent là la possibilité d’initier des collaborations dans une logique d’open innovation. Pour nous, CCI de l’Essonne, c’est aussi un moyen de nous rapprocher d’autres acteurs de l’innovation, dans une perspective business.

- Quel est votre propre rôle ?

En tant que chef de projet de ce rendez-vous, j’interviens en amont pour accompagner les startuppers dans la préparation de leur candidature et de leur pitch. Rappelons qu’ils ne disposent que de 4 mn, ce qui exige de savoir être concis et de ne pas démultiplier les diapositives ! Une fois l’événement organisé, j’assure un suivi des prises de contact. Je réponds aussi aux sollicitations, y compris de grands groupes et de PME, pour d’autres mises en relation – nous transmettons sans difficulté les coordonnées et les contacts dont nous disposons. Nous relayons également les opportunités d’affaires ou les informations relatives à des solutions technologiques, auprès des entreprises dont nous savons qu’elles pourraient être intéressées. Bref, nous faisons profiter de notre veille et de nos carnets d’adresse. Si tous ces efforts doivent se traduire par des retombées positives pour l’écosystème de Paris-Saclay, tant mieux. Et si cela peut profiter à l’ensemble de l’Essonne, c’est encore mieux !

- Pourtant, Techinnov se présente comme un événement de dimension nationale voire européenne…

Ce qu’il est effectivement. Deux tiers des participants viennent de l’Ile-de-France, les autres du reste de la France ou de l’étranger (Benelux, Suisse, Espagne). Techinnov n’en est pas moins un levier de développement de l’Essonne et de Paris-Saclay. En voici d’ailleurs une illustration : suite au Start-up Challenge (dans la catégorie Deeptech), trois grands comptes m’ont sollicité : MBDA, qui intervient dans le secteur de la Défense, le groupe japonnais Toppan et le groupe d’assurance mutualiste Covea ; ils cherchent à se rapprocher de l’écosystème et à s’en faire connaître. Spontanément, je les ai mis en lien avec l’Université Paris-Saclay, une porte d’entrée sur bien d’autres acteurs de l’écosystème avec lesquels nous travaillons nous-mêmes, l’EPA Paris-Saclay, la Communauté Paris-Saclay, etc.

A lire aussi les entretiens avec Jean-Claude Chabin, Président fondateur de Techinnov (pour y accéder, cliquer ici) et Bruno Malecamp, Commissaire général de l’événement (cliquer ici).

Crédit photo : CCI Essonne.

2 commentaires à cet article
  1. Ping : Retour sur l’édition 2018 de Techinnov (suite). Entretien avec Bruno Malecamp | Paris-Saclay

  2. Ping : Le Meetic de l’innovation… Entretien avec Jean-Claude Chabin | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>