Recherche artiste intéressé par les nanoparticules. Rencontre avec Anaïs Lehoux

IconoBichromaticsPaysage
Suite de nos échos à la soirée de présentation de l’appel à projets Coup de pouce de La Diagonale de Paris-Saclay, qui s’est déroulée le 17 janvier dernier, à travers le témoignage d’une jeune chercheuse, qui s’est lancée dans la création d’une start-up dans le domaine des nanoparticules

- Si vous deviez vous présenter en quelques mots ?

J’ai fait une thèse au Laboratoire de Chimie-Physique de Paris-Sud. Je suis actuellement ingénieure de recherche à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et l’Université Paris-Saclay. Avec d’autres chercheurs – Olivier Pluchery, Delphine Schaming et Hynd Remita – , intéressés tout comme moi par les nanotechnologies, je me suis lancée dans la création d’une start-up, Bichromatics. Nous mettons à profit nos compétences en matière de synthèses et de caractérisations, pour développer des nanoparticules ayant des propriétés optiques originales en matière de couleur et de réaction à la lumière, et qui pourraient à ce titre être exploitées commercialement. Notre start-up devrait voir formellement le jour en avril prochain, sous réserve de trouver les financements dont nous avons besoin pour recruter nos premiers salariés.

- Qu’est-ce qui vous a amenée à assister à la présentation de l’appel à projets Coup de pouce ?

Nous avons besoin de communiquer sur notre concept et il nous a semblé que la meilleure façon de le faire est d’en proposer une application concrète, susceptible de retenir l’attention du grand public. Nous recherchons donc un artiste, qui partagerait notre intérêt pour la conception de lumière et couleurs à base de nanoparticules bichromatiques.

- Connaissez-vous l’Institut d’Optique qui a mis récemment en place une nouvelle filière Arts et Sciences  [pour en savoir plus, cliquer ici] ?

Non. Mais, justement, si je suis venue ce soir, c’est pour identifier des partenaires potentiels sinon des personnes qui pourraient m’en recommander d’autres…

- Sachant que c’est une course contre la montre : les dossiers doivent être déposés avant le 5 février prochain… Cela étant dit, j’ai cru comprendre, à vous voir discuter avec différentes personnes présentes à la soirée, que la récolte a été fructueuse…

Oui, je repars avec déjà une liste de plusieurs personnes à contacter. Ce que je vais m’employer à faire dès demain, en prenant le temps de m’assurer que notre projet peut effectivement les intéresser.

- Trouver un artiste correspondant au profil que vous souhaitiez aurait pu revenir à chercher une aiguille dans une botte de foin… Comment expliquez-vous que la prise de contact ait été aussi efficace ? Y voyez-vous une confirmation du fait que l’écosystème Paris-Saclay fonctionne et est propice à des connexions entre artistes et chercheurs ?

Cela fait moins d’un an que je retravaille à l’Université Paris-Saclay – j’y suis arrivée en février 2017 – et en découvre donc encore l’écosystème. D’ores et déjà, je constate qu’il y a un vrai accompagnement aussi bien des start-up que de tout autre projet qui sort de l’ordinaire, situé aux confins de disciplines scientifiques et artistiques. Personnellement, je trouve bien de permettre aux chercheurs de ne pas en être réduit à publier des articles pour valoriser leurs travaux de recherche, de leur permettre de développement des applications concrètes.

- Comment êtes-vous venue jusqu’ici, à la Bouvêche ?

J’habite dans la Vallée de Chevreuse. Je suis venue en voiture pour ne pas être tributaire du RER B… Pour avoir eu à subir les trajets par ce mode de locomotion, j’ai fait le choix de me déplacer ainsi, mais en proposant mes trajets en covoiturage.

A lire aussi les entretiens avec : Marc-Williams Debono – membre du comité de pilotage de La Diagonale Paris-Saclay , que nous avons déjà eu l’occasion d’interviewer (pour accéder à ce nouvel entretien, cliquer ici) – et Aude Plassard, de Gengiskhan production, un studio qui a créé une structure dédiée à la réalité virtuelle, incubée au 104factory, l’incubateur du Centquatre (cliquer ici).

2 commentaires à cet article
  1. Ping : Que sait-on des effets de la réalité virtuelle ? Entretien avec Aude Plassard | Paris-Saclay

  2. Ping : Appel à projets Coup de pouce 2018. Entretien avec Marc-Williams Debono | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>