Quand la CCI Essonne consulte les entreprises. Entretien avec Emmanuel Miller

CCIEssonneEMiller2018Paysage
Le 10 avril dernier, la CCI Essonne présentait les résultats d’une grande consultation des entreprises essonniennes, menée par l’Institut BVA. Son président a bien voulu en tirer pour nous les principaux enseignements.

- Qu’est-ce qui vous a motivé à réaliser cette consultation ?

Entre la baisse drastique de nos moyens financiers (en cinq ans, nous avons perdu la moitié de nos recettes fiscales) et la loi NOTRe qui a attribué à d’autres acteurs (les Communautés d’agglomération notamment) des compétences que nous assumions jusqu’alors, nous devions revoir les modalités de nos actions, les prioriser tout en nous coordonnant avec ces nouveaux acteurs. Pour ce faire, il nous a paru utile de recueillir le point de vue de nos premiers interlocuteurs, les entreprises. Au total, pas moins de 600 chefs d’entreprises ont été interrogés, de septembre à décembre 2017, par l’Institut BVA – 500 par téléphone et une centaine en contact direct.

- Est-ce une initiative propre à la CCI Essonne ou vous êtes-vous inspiré d’autres CCI ?

A ma connaissance, nous sommes la première CCI à avoir entrepris une telle consultation. Elle est à l’image du mode opératoire adopté au cours de la mandature actuelle et consistant à travailler tout à la fois pour et avec les entreprises. Car, pour les aider au mieux, nous avons besoin qu’elles nous aident à cerner leurs attentes et leurs besoins.

- Quels sont les principaux enseignements ?

Le premier concerne la perception de la CCI et de son rôle. A cet égard, les résultats nous ont agréablement surpris. A la question de savoir à qui les chefs d’entreprise font appel en cas de problème, la CCI arrive en 2e position avec 21% des réponses (les chefs d’entreprise disent s’adresser d’abord à leurs homologues), loin devant toute une série d’acteurs : les collectivités locales, les organisations patronales,… Il est évident que notre volonté reste de travailler en coordination et coopération avec tous ces acteurs, y compris publics, car nous serons d’autant plus efficaces que nous saurons agir dans le même sens et en complémentarité, dans l’intérêt des entreprises.
Autre enseignement encourageant : celles qui ont sollicité nos services disent en avoir été satisfaites. Quant aux entreprises qui n’ont guère eu affaire à nous, elles disent avoir de notre CCI l’image d’une institution tout à la fois « méconnue » et « sérieuse ». Soit, au final, une image pas si négative qu’on pouvait le craindre.

- Quels autres enseignements mettriez-vous en avant ?

Concernant les services attendus par les entreprises, un tiers de celles que nous avons interrogées (soit un taux non négligeable) ont exprimé un besoin qui nous a quelque peu surpris, à savoir être davantage accompagnées dans leur développement commercial. Autrement dit, elles attendent de nous que nous les aidions aussi à faire croître leur chiffre d’affaires. Elles sont nombreuses à attendre que nous les aidions aussi à trouver des financements (26%), à identifier des partenaires (25%) ou encore à accéder et à décrypter l’information réglementaire (24%)… Des résultats qui nous incitent à revoir notre offre en passant d’un rôle de prestataire de services à celui d’une maison de l’entreprise et des entrepreneurs, en somme.

- La dimension territoriale de la CCI Essonne a-t-elle été pointée ?

Oui, fût-ce indirectement : parmi les autres demandes exprimées, les chefs d’entreprise mettent en avant la notion de proximité. Ils considèrent que leurs enjeux locaux, le contexte dans lequel ils développent leur activité doivent être pris en considération. Une demande à laquelle nous avons déjà entrepris de répondre en mettant en place un réseau de délégués territoriaux. Sans doute devrons-nous approfondir encore nos relations avec les intercommunalités. Car, bien naturellement, la CCI ne peut être présente sur tout le territoire et n’a pas vocation à l’être d’ailleurs au risque, sinon, de rentrer inutilement en concurrence avec ces dernières.

- Que ressort-il de cette consultation qui concernerait directement l’écosystème Paris-Saclay dont votre CCI Essonne est partie prenante ?

La consultation n’avait pas vocation à recueillir les attentes vis-à-vis de cet écosystème, quand bien même la CCI en est, comme vous le rappelez justement, une partie prenante et non des moindres. Cependant, elle livre des enseignements sur la perception que ces chefs d’entreprise ont du pôle d’innovation en cours de constitution. La plupart reconnaissent l’existence d’un réel dynamisme économique, en considérant qu’il ne peut aller qu’en s’amplifiant. Cependant, force est de constater un décalage entre ce qui se passe sur le Plateau de Saclay et la partie sud du département, pour lequel les chefs d’entreprises se montrent plus pessimistes. Ajoutons que cette même consultation a permis de bien mettre en évidence le dynamisme d’un autre pôle, celui d’Orly, étant entendu qu’il nous paraît évident, à nous comme aux chefs d’entreprise, que son développement est lié à celui du Plateau de Saclay et vice versa. Encore faut-il, toutefois, que les voies de communication soient améliorées en profondeur.

- Votre consultation s’est-elle faite l’écho des réactions des chefs d’entreprise aux récentes décisions concernant la ligne 18 ?

La consultation a été réalisée avant que la décision du report ait été prise par le gouvernement. On devine cependant la déception qu’elle a pu susciter chez les chefs d’entreprise, tous sans exception. Mais leur attente ne se focalise pas sur cette seule ligne. En réalité, c’est l’ensemble des moyens de transport public (RER B et C, bus,…) dont ils attendent une amélioration. Il en va de l’accessibilité de leurs sites ou bureaux et, donc, de la possibilité de recruter les personnels dont ils ont besoin. Ce n’est pas tout : ils ont aussi des attentes dans les infrastructures de télécommunication (la fibre optique, notamment). Des attentes dont notre consultation se fait l’écho, mais qui ressortent aussi des échanges que nous avons au quotidien avec eux.

Pour en savoir plus sur l’enquête CCI Essonne – Institut BVA, cliquer ici.

 Crédit photo : Olivier Desaleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>