Premier TEDx Saclay sur le thème des « Lumières » ! Rencontre avec Assya Van Gysel

TEDxSaclayPaysage3
On ne présente plus TED, le grand rendez-vous californien, qui s’est fait mondialement connaître à travers ses conférences très pédagogiques sur des sujets innovants, et ses déclinaisons dans le monde (TEDx). Le 12 novembre prochain, aura lieu le premier TEDx Saclay sur le thème des « Lumières ». A l’origine de cette initiative, Assya Van Gysel nous en dit plus sur les circonstances qui l’ont amenée à décliner ce concept sur ce territoire.

- Si vous deviez définir le concept TED ?

TED, c’est un événement organisé chaque année, depuis 1984, en Californie, avec pour principal objectif de favoriser le partage des idées innovantes, à travers des conférences de spécialistes de différentes disciplines. Ces conférences sont disponibles sous forme de vidéos. A peu près tous les sujets ont été abordés. Vous souhaitez, par exemple, en savoir plus sur les neurosciences ? Il vous suffit d’entrer « neurosciences » et « TED » dans votre moteur de recherche et, immanquablement, vous trouverez au moins une conférence sur ce thème, avec de surcroît une approche innovante. Devant le succès rencontré au plan mondial, ses organisateurs ont eu l’idée d’en autoriser la déclinaison sur une journée ou une demi journée, dans le reste du monde, sur la base d’un cahier des charges.

- Comment en êtes-vous venue à le découvrir vous-même ?

J’organise régulièrement des ateliers en m’appuyant sur des vidéos repérées sur le net, car je considère que c’est souvent pratique et efficace sur le plan pédagogique. J’en ai utilisé plusieurs issues de TED mais, au début, sans le savoir. Ce n’est qu’au bout d’un moment que j’ai compris qu’elles provenaient de la même source (toutes arboraient le logo de TED). Par curiosité, je suis remontée jusqu’au site. Personne ne m’en avait parlé avant, alors que, comme la suite devait le montrer, plusieurs de mes interlocuteurs en connaissent l’existence ! Depuis, je suis devenue une grande consommatrice des conférences TED et, pour tout dire, une fan. Ce que j’apprécie tout particulièrement, c’est que les idées qui y sont présentées sont effectivement toujours innovantes. Et puis les conférenciers savent parler en partant de leur expérience personnelle, ce qui ajoute une dimension émotionnelle à leur propos. Et ça, j’aime beaucoup ! Le tout en moins d’un quart d’heure, une durée que je trouve particulièrement adaptée, surtout pour le visionnage d’une vidéo.

- Comment en êtes-vous venue à décliner le concept à Paris-Saclay ?

Naturellement, j’ai partagé ma passion pour TED et TEDx (sa déclinaison à l’international) avec mon mari, Christian Van Gysel, qui n’est autre que le Business Angel, dont vous connaissez la passion pour le territoire de Paris-Saclay. Passion qu’il m’a d’ailleurs transmise en me le faisant découvrir. Depuis février de cette année, je m’y suis immergée à travers notamment ma fréquentation du PROTO204. J’ai pu ainsi prendre la mesure de sa richesse. On y trouve un nombre incroyable de pépites : des start-up, des laboratoires à la pointe de la recherche sur les neurosciences, les nanotechnologies…, sans compter tous les événements qui y sont organisés – conférences, séminaires, etc. Seulement, force est de reconnaître que toute cette richesse est encore méconnue, au plan mondial comme au plan national et même local. Moi-même, qui habite Orsay depuis 1996, je n’en avais pas pris toute la mesure.
C’est donc tout naturellement que l’idée de décliner TED à Paris-Saclay s’est imposée. Le concept me paraissait tout à fait adapté pour mieux faire connaître Paris-Saclay. Des TEDx y ont déjà été organisées – par HEC et l’X – mais elles étaient spécifiques à ces écoles. Cette fois, il s’agissait de mobiliser l’ensemble de la communauté de Paris-Saclay.

- Quel accueil votre projet a-t-il reçu ? Cela a-t-il été simple de l’organiser ?

Avec Christian, nous nous étions donnés le mois d’avril pour savoir si un TEDx Saclay pouvait justement intéresser les membres de Paris-Saclay et en vérifier la faisabilité. Pour ce faire, nous avons pris contact avec des intervenants potentiels à commencer par Cédric Villani. C’est alors qu’a commencé une série de « synchronicités ». Christian venait à peine de lui adresser un email que je le rencontrais dans une boulangerie d’Orsay. Je lui ai alors expliqué de vive voix notre projet, pour lequel il a aussitôt manifesté un intérêt. Autre synchronicité : j’ai reçu une invitation à un colloque organisé par l’Université Paris-Lumières. Le thème m’intéressant, j’ai pris une journée de congé pour y assister. Bien m’en a pris. J’y ai croisé Sylvie Retailleau, doyenne de la faculté des sciences d’Orsay, qui a manifesté à son tour beaucoup d’enthousiasme. Et puis, au cours d’un débat, j’ai posé une question. La personne qui se trouvait devant moi s’est retournée pour me faire part de son approbation. Elle se trouvait être l’épouse de Costel Subran président de l’année internationale de la Lumière en France, qu’elle m’a présenté juste après. Autant de synchronicités qui m’ont fait dire qu’on tenait le bon bout…

- Voulez-vous dire que le terreau était favorable ?

Oui. En discutant du projet autour de moi, je me suis rendu compte que beaucoup de gens avaient déjà en tête l’idée de faire un TEDx à Paris-Saclay, mais sans avoir encore saisi l’opportunité de le faire. Restait, ensuite, à identifier des sponsors potentiels. La première entreprise que nous ayons contactée a été Air Liquide, qui s’est montrée très enthousiaste. Comme elle avait déjà défini son plan de communication pour l’année 2015, elle nous a mis en contact avec l’association Ile de Science, présidée par Laure Reinhart, qui intervient déjà à Paris-Saclay. Et ainsi de suite avec d’autres rencontres fortuites et… synchronicités. Manifestement l’idée séduisait. J’ai donc sauté le pas en prenant contact avec l’organisation TED. Une confcall a été programmée – c’était un soir, à minuit, compte tenu du décalage horaire – au cours de laquelle j’ai pu poser toutes les questions relatives à l’organisation pratique et à ce que cela impliquait en termes d’engagement. Puis j’ai rempli un formulaire pour une demande officielle de licence. Laquelle m’a été accordée pour TEDx Saclay.

- De quelle marge disposez-vous pour organiser un TEDx sur ce territoire ?

TEDx est par définition un événement indépendant de la grande messe américaine. Mais il se doit de se conformer à un guideline, précisant la durée des conférences, la tonalité de leur contenu (ce doit être innovant), les modalités de diffusion, etc. Charge à moi, ensuite, à constituer une équipe et à identifier les intervenants et les sponsors. J’ai déjà pour projet d’en faire un par an. C’est vous dire si je compte respecter le concept TEDx à la lettre.

- Quel est l’intérêt d’un tel événement pour le territoire ? Un gain de notoriété ?

Oui, Paris-Saclay va bénéficier de la notoriété de TED, un événement mondialement connu. Ceux à qui je l’ai fait découvrir son convaincus de son intérêt, à la première vidéo visionnée. Chaque intervention sera disponible sur la chaine Youtube de TED dès lors qu’elle répondra aux exigences de qualité. Paris-Saclay va ainsi accéder à une large communauté mondiale.

- De quels moyens disposez-vous ?

D’abord, du concours de nombreux bénévoles, mais aussi de quelques professionnels pour le coaching des intervenants, la conception et la création du site Web ainsi que la production vidéo. Tous des passionnés par TED. Sans oublier, donc, les sponsors. Je précise que l’événement est à but non lucratif : les recettes sont censées couvrir les coûts.

- Un mot sur le programme ?

Il est bien sûr bouclé, mais nous ne le dévoilerons que progressivement histoire de faire un peu de teasing ! Comme vous le savez, nous avons déjà procédé au « save the date » via twitter et Linkedin. Nous sommes agréablement surpris par l’intérêt immédiat que cela suscite.

- A défaut de nous dévoiler le programme, pouvez-vous dire où se déroulera l’événement ?

A l’Institut d’Optique. Nous avons dès le départ pensé à lui car il est directement concerné par le thème de TEDx Saclay. Et voici une autre histoire de synchronicités : quelques semaines après notre premier rendez-vous avec lui et Gilles Piaulat (directeur de recherche du CNRS), François Balembois (directeur général adjoint de cette école) nous suggérait de nous rapprocher d’un certain Romain Pennec. Lequel, président du BDE à  l’Institut d’Optique, avait l’intention de monter un TEDx au sein de l’école ! Une belle opportunité de co-organiser l’événement.

- Et où pourra-t-on assister aux conférences ?

En dehors de l’IOGS, les personnes pourront visionner par petits groupes la retransmission en direct dans différents lieux innovants de Paris-Saclay : grandes écoles, start-up, grands groupes et PME, incubateurs, etc. Le but de TEDx Saclay est aussi de favoriser la connexion de ces lieux. Là encore, la liste n’en sera présentée que progressivement.

- De source bien informée, il y aura le PROTO204…

Je ne peux vous démentir…

3 commentaires à cet article
  1. Ping : Connecteur devant l’Eternel

  2. Ping : TEDx Saclay, une contribution à l’université du XXIe siècle. Entretien avec Sylvie Retailleau | Paris-Saclay

  3. Ping : Les lumières, plus que jamais… | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>