Orosound to be cool around. Entretien avec Agathe Géhin

orosoundPaysage
Suite de nos échos à l’édition 2017 de Paris-Saclay Connexion et de Paris-Saclay Invest à travers le témoignage de la responsable communication et marketing d’Orosound, une start-up qui a conçu des écouteurs anti-bruit intelligents permettant d’améliorer le bien-être au travail, notamment de tous ces salariés travaillant dans un open space.

- Si vous deviez pitcher Orosound…

Notre start-up, créée il y a deux ans, propose une nouvelle génération d’écouteurs permettant de différencier les sons utiles du bruit ambiant. Ils sont à destination des personnes qui travaillent dans des espaces de travail décloisonnés de type open space, et donc bruyants. Grâce à nos écouteurs Tilde, elles peuvent retrouver un peu de bien-être au travail, en parvenant à un juste équilibre entre s’isoler du bruit pour se concentrer et rester au contact des collègues qui les entourent et avec lesquels elles sont censées collaborer.

- Sur quelles compétences vous-êtes vous appuyés pour développer ces écouteurs ?

Au plan technologique, Orosound s’appuie sur des compétences dans le domaine de l’acoustique, d’une part, dans le traitement de signal, d’autre part. Des compétences que les deux cofondateurs, Pierre Guiu et Eric Benhaim, maîtrisent en complémentarité : le premier est ingénieur en acoustique et a déjà conçu plusieurs casques, qui sont aujourd’hui commercialisés ; le second est docteur en traitement du signal. Ensemble, ils ont développé et breveté la technologie d’annulation de bruit sélective intégrée aux écouteurs Tilde.

- Et vous-même ?

J’ai rejoint l’équipe il y a un an et demi, soit six mois après sa création, pour gérer les aspects communication et marketing.

- Comment avez-vous les uns les autres cultivé cette fibre entrepreneuriale ?

Pierre et Eric avaient déjà une expérience de l’entreprise avant de se lancer dans la création d’une start-up. Travaillant dans la R&D, ils avaient l’habitude de développer des idées d’applications, avec le même souci d’être vraiment utiles aux gens en mettant la technologie au service de l’humain. Ils ont fini par considérer qu’ils avaient de grandes chances d’y parvenir en alliant leurs compétences. Orosound est leur première expérience entrepreneuriale.

- Vous-même avez pris le risque de participer au développement de leur start-up…

Risque, c’est effectivement le mot car le succès d’une start-up, on ne peut jamais le prévoir à l’avance, quand bien même le produit est de qualité et répond à un vrai besoin. Dans le cas d’Orosound, le risque est mesuré. Pierre et Eric ont plus de dix ans d’expérience dans leurs métiers respectifs, ils maîtrisent parfaitement le développement et l’industrialisation d’un nouveau produit. Il existe par ailleurs une demande réelle. Et puis, j’estime que dans la vie, il y a des moments où il faut savoir se lancer. Le projet étant plus que motivant, je ne voulais pas passer à côté de l’opportunité de contribuer à son développement.

- Avez-vous intégré un incubateur ?

Oui, Agoranov, l’incubateur parisien du Ministère de la Recherche où nous étions encore il y a deux mois. Depuis, nous avons intégré une pépinière, Le Village by CA [Crédit Agricole].

- Quelles sont les prochaines étapes ? En êtes-vous encore au stade du prototype ?

Nous venons de terminer la phase de prototypage et nous sommes actuellement en phase d’industrialisation. Les premiers écouteurs seront disponibles sur le marché en septembre. Nous réfléchissons déjà au développement d’autres produits, qui seront, comme les écouteurs Tilde, au service de l’humain.

- Pourquoi était-ce important pour vous de participer à Paris-Saclay Connexion ?

Ce n’est pas le premier événement de l’écosystème auquel nous assistons. Il y a quelques mois, Pierre participait à un afterwork de Start in Saclay, l’association des étudiants et entrepreneurs de Paris-Saclay. Quoique situés à l’extérieur de l’écosystème Paris-Saclay, nous sommes en lien avec lui, d’autant plus que les deux fondateurs en sont issus : Pierre est centralien tandis qu’Eric est diplômé de Télécom ParisTech. Outre les compétences qu’il recèle, nous escomptons bien y trouver des clients.

Pour en savoir plus sur Orosound, cliquer ici.

A lire aussi les échos à l’édition 2017 de Paris-Saclay Connexion et Paris-Saclay Invest (pour y accéder, cliquer ici).

1 commentaire à cet article
  1. Ping : Retour sur l’édition 2017 de Paris-Saclay Connexion et Invest | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>