Le temps des optimistes… numériques. Rencontre avec Stanislas Berteloot

Stan2ePaysage
Le numérique peut être un outil efficace y compris pour de micro-actions locales. Depuis plusieurs années, Stanislas Berteloot en apporte la démonstration à travers son blog, monSaclay.fr. Le 23 juin prochain, il donne rendez-vous au PROTO204 pour une conférence autour de « l’optimisme numérique », à travers les témoignages d’hommes et de femmes qui, chacun à sa manière, parvient à fédérer des communautés sur le net pour mieux agir ensuite sur le terrain.

- Qu’entendez-vous par Optimistes Numériques ?

Par-là, je désigne ces personnes qui parviennent à fédérer des communautés virtuelles pour mieux agir ensuite sur le terrain. Elles ne se bornent pas à dénoncer, mais agissent en formulant des propositions concrètes, dans un esprit constructif. Plutôt que de se positionner « contre », de dénoncer, elles mettent leur énergie à montrer qu’il est possible d’agir en faveur d’un développement durable, des droits de l’homme, de la responsabilité sociale de l’entreprise,…

- Des exemples ?

Je citerai les personnes que j’ai conviées à la conférence : Marie Yard, responsable des campagnes France pour le mouvement citoyen mondial Avaaz et qui a notamment coordonné la marche parisienne pour le climat du 21 septembre dernier ; Marie Gervais qui a co-fondé en septembre 2015 une Ecole Dynamique à Paris (une école dans laquelle les enfants et adolescents sont auteurs et responsables de leur propre éducation) et fonde aujourd’hui l’Ecole Démocratique Paris-Saclay ; Aline Baudry-Scherer, qui, tout en partageant son expérience de jeune mère au foyer, à travers des billets d’humeur postés sur le net, a développé un webzine qui fourmille d’idées de sorties pour enfants. En septembre dernier, elle a publié un premier roman, auto-édité via Amazon. Son livre se vend très bien et a même des retombées presse, ce qui lui vaut d’être invitée dans des salons du livre.
Seront également présents Henry Peyret, un spécialiste de l’impact des technologies dans le monde des affaires ; enfin, quelqu’un que vous connaissez bien, puisqu’il s’agit de Julien Monier, co-créateur d’Essonne Info, en 2010. Je lui ai demandé de témoigner de sa double expérience de la presse en ligne et du crowdfunding (auquel il a eu recours pour financer le développement de son site).
Comme vous le voyez, ces personnes sont très différentes, mais toutes à leur manière incarnent cette génération Y au sens où ils cherchent à donner du sens à ce qu’ils font.

- Sont-ce des personnes qui se désignent elles-mêmes comme des « O.N. » ou votre démarche vise-t-elle aussi à révéler l’existence d’une communauté, qui pratiquerait de l’optimisme numérique comme Monsieur Jourdain de la prose ?

En effet, l’enjeu est aussi de révéler une communauté. Plutôt que de théoriser sur une notion – celle d’optimisme numérique, en l’occurrence -, je souhaite, à travers des exemples concrets, montrer au public que tout un chacun peut à son tour être un optimiste numérique ou se reconnaître comme tel, qu’on peut déjà commencer à agir près de chez soi, grâce au numérique. J’ai la conviction que chacun d’entre nous a une part de créativité, qui a juste été muselée par le modèle éducatif dominant, et que cette part ne demande qu’à s’exprimer pour faire évoluer les choses, à son échelle.

- Vous retrouvez-vous aussi dans la notion d’empowerment ?

Oui, même si, de prime abord, on peut y voir une notion à la mode et pour tout dire abstraite. En réalité, le numérique concourt à lui donner corps, en élargissant les moyens d’action des individus, ici et maintenant. Et je crois que c’est précisément ce qu’ont compris les O.N. : il est possible non seulement de redonner du pouvoir aux individus en les fédérant au sein de communautés sur le net, pour mieux agir ensuite sur le terrain.
A contrario, les ressources du numérique tendent à bousculer la notion de gouvernement au profit de celles de gouvernance et de leadership. Aujourd’hui, les gouvernements n’ont plus de capacité à entraîner le plus grand nombre. Le véritable leadership est du côté des foules connectées et des nouveaux médias en émergence.

- Que dites-vous à ceux qui objecteraient le fait que la valorisation de ces O.N. risque d’aggraver la fracture numérique en laissant au bord de la route tous ceux qui n’y ont pas accès ?

Je répondrai que cela est bien au cœur des préoccupations des O.N. : s’ils fédèrent des communautés en ligne, c’est pour mieux venir en soutien, à travers des actions sur le terrain, des laissés-pour-compte. Le fait même d’agir sur le terrain altère les risques de fracture numérique. Prenez le cas d’Avaaz, qui, à travers des pétitions en ligne, arrive à sensibiliser bien au-delà de la communauté des internautes. De même, c’est à travers un blog (et plusieurs ouvrages) que Marie-Gervais a pu maturer son projet d’école qu’elle duplique actuellement sur Paris-Saclay.

- Comment vous-même en êtes-vous venu à vous intéresser à ces O.N. et à organiser cet événement ?

Cela est probablement né de la convergence de plusieurs constats que j’ai pu faire au travers de mes diverses activités professionnelles et autres. Un premier constat est que, même dans une économie digitale, la confiance et la réputation restaient des valeurs cardinales. C’est quelque chose dont m’a fait prendre conscience Henry Peyret, que j’ai cité tout à l’heure – c’est l’un des intervenants à la conférence du 23 juin.
Ensuite, force est de constater qu’il est possible, toujours grâce au net, de renouveler les modes d’actions y compris micro-locales. C’est plus qu’un constat, la conviction que j’ai acquise à travers monSaclay.fr, qui, à cet égard, s’est imposé pour moi comme un vrai laboratoire d’expérimentations.
Et puis, il y avait tout ce qui se dit depuis quelques années autour de la génération Y et qui a été éclairant pour moi. A l’évidence, il y a bien une toute nouvelle génération, qui pense et agit différemment de celle des papy-boomers, avec pour particularité d’être plus en quête de sens. C’est ce triple constat qui m’a amené à parler d’Optimistes Numériques.

- Est-ce que votre fréquentation des pays anglo-saxons a pu jouer dans cette culture d’un tel optimisme ?

Peut-être, mais je doute que cela ait eu plus d’influence que cela. Après tout, pas besoin de traverser la Manche ou l’Océan Atlantique pour rencontrer des O.N. La preuve : tous ceux que je convie le 23 juin prochain sont Français.

- Quand l’idée vous est-elle venue ?

De mémoire, c’était au début de cette année. Je précise que pendant six ans, j’ai dirigé et organisé KDS Now, une conférence internationale réunissant plus de 900 professionnels de l’industrie du voyage d’affaires à Paris. Je n’appréhendais donc pas l’idée d’organiser une manifestation.
D’emblée, j’ai voulu une conférence qui favorise l’échange. Chaque intervenant disposera donc de 10-15 mn (le temps moyen d’attention d’un auditeur) pour présenter sa démarche. Le public pourra ainsi se faire une idée de la manière dont on devient O.N., même sans le savoir. Je souhaite qu’en résulte ensuite un vrai débat. Le tout sera suivi d’un buffet pour des échanges plus informels.

- Comment avez-vous sélectionné les intervenants de cette première conférence ?

J’en connaissais certaines pour les avoir déjà rencontrées. C’est le cas de Henry Peyret et de Julien Monier. Les autres, je les ai découvertes en suivant l’actualité ou en surfant sur le net. Je souhaitais un panel aussi varié que possible, y compris au regard des parcours, des formations, en restant ouvert aux rencontres fortuites. Par-delà leurs spécificités, tous répondent aux critères de l’O.N.

- Hormis Julien Monier, aucun n’est de Paris-Saclay.

Non, effectivement. Ils sont Parisiens ou de province (Aline Baudry-Scherer vit en Bretagne). Malheureusement, l’appel à contribution que j’ai adressé n’a pas eu d’échos du côté de Paris-Saclay. Peut-être suis-je victime du trop-plein d’événements qu’y sont organisés ! Quoi qu’il en soit, je ne désespère pas de trouver des O.N. à Paris-Saclay. Le contraire serait bien étonnant, ne serait-ce qu’en raison de la concentration de startuppers et autres entrepreneurs sociaux.

- Comment s’est fait le choix du PROTO204 ?

Même à l’heure des visioconférences, il me semble important de se rencontrer dans un espace tangible. De ce point de vue, le PROTO204 était le lieu adapté : il a vocation à connecter des communautés. Et puis ma proposition a été bien accueillie par Ronan James, son responsable.

- Que dites-vous à ceux qui doutent de pouvoir être encore optimistes devant le flot de mauvaises nouvelles que nous rapportent quotidiennement les médias ? N’y a-t-il pas un risque d’optimisme numérique « béat » ?

C’est effectivement le risque. Mais, justement, le propre des O.N. est, aussi utopistes qu’ils puissent paraître de prime abord, de traduire leur volonté en acte, avec les autres et, encore une fois, sur le terrain. Pour être optimistes, ils n’en sont pas moins lucides, réalistes, pragmatiques. Tous ne sont pas encore parvenus au bout de leur rêve (je pense encore à Marie Gervais qui vient tout juste de lancer son Ecole Démocratique Paris-Saclay), mais ils savent se montrer patients.

Pour en savoir plus sur l’événement, cliquer ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>