Il était une fois l’innovation… Entretien avec Bertrand Marquet

AffichesignaturePaysage
Jusqu’au 28 février, tout un chacun est invité à proposer une signature pour le cluster de Paris-Saclay, à même d’en résumer en quelques mots les atouts et l’ambition. Bertrand Marquet, qu’on ne présente plus, s’est déjà prêté au jeu, en déposant sa proposition. Il nous explique pourquoi il trouve l’initiative intéressante.

- Pourquoi cette initiative « Une signature pour Paris-Saclay ? » vous a-t-elle intéressé ?

Parce que je trouve qu’il est important pour un cluster d’avoir une signature qui en reflète l’ambition et les particularités. Tout le monde ne connaît pas forcément Paris-Saclay. Il faut donc une accroche, facile à retenir et à comprendre. Même une ville comme Paris a eu besoin de s’inventer une signature pour souligner ses ambitions en matière d’innovation. Actuellement, c’est « Paris, capitale des start-up ». Voyez aussi l’importance du label Métropoles French Tech, qui a valeur de signature pour des territoires qui veulent gagner en visibilité.

- Considérez-vous cependant qu’une telle signature s’impose plus particulièrement à Paris-Saclay que dans d’autres clusters ?

Oui. Il est clair qu’un cluster comme la Silicon Valley n’en a pas besoin. Tout le monde sait de quoi il retourne ! Pour Paris-Saclay, c’est plus compliqué. D’abord, c’est un territoire particulier, du fait de son étendue et de sa géographie constituée d’un plateau et de vallées.
Ensuite, beaucoup ne comprennent toujours pas le principe d’avoir associé Paris à Saclay. Autant Paris on connaît, autant Saclay… Certes, c’est un joli bourg, au cœur du plateau. N’empêche, on est en droit de se dire pourquoi le mettre autant en exergue.
Et puis, Paris-Saclay renvoie tout à la fois à un Etablissement Public d’Aménagement (EPA), à une université et à une communauté d’agglomération. Certes, quand on y regarde d’un peu plus près, le projet devient clair : Paris-Saclay est un projet d’aménagement visant à la constitution d’un grand campus à même d’attirer des étudiants, des chercheurs, des startuppers et des investisseurs du monde entier. Mais le projet est encore trop récent pour être compris de tous.
D’autant qu’on ne sait pas vraiment où il commence et où il finit exactement. Le périmètre de l’OIN (Opération d’Intérêt National) ne va pas de soi. Autant une ville est simple à appréhender – on en connaît les limites, ses habitants ont un nom – autant Paris-Saclay peut-paraître quelque chose de floue.

- A vous entendre, le défi est de taille. Pensez-vous qu’il peut être relevé ?

Oui, bien sûr ! Ici, ce n’est pas la créativité qui manque. Nul doute qu’elle se manifestera pour inventer une signature !

- Cette nécessité d’une signature, l’envisagez-vous d’abord à l’attention des personnes extérieures ou considérez-vous qu’elle ne serait pas inutile à ceux qui, comme vous, vivent déjà au quotidien ce territoire ?

Je pense qu’une telle signature sera utile autant à ceux qui y vivent et/ou y travaillent, y étudient, etc., qu’aux personnes extérieures, a fortiori si celles-ci vivent à l’étranger. Certes, une signature ne va pas tout régler, mais disons que le fait d’impliquer la population ne pourra que conforter un sentiment d’appartenance.

- Un mot justement sur le mode de sélection de la signature…

Je trouve bien qu’on prenne la peine de solliciter les gens eux-mêmes et qu’on leur permette de voter pour la signature qu’ils préfèrent, plutôt que de recourir à une agence de communication. Le fait de participer ne peut que conforter le sentiment d’appartenance. C’est dire si le processus de sélection compte presqu’autant que le résultat final.
Quant au choix d’inviter à déposer sa proposition sur une page Facebook (celle du PROTO204), on peut éventuellement en discuter la pertinence – a priori, il risque de favoriser les candidats disposant de réseaux sociaux importants ! – mais au moins est-il facile à mettre en œuvre [précisons que les candidats ont aussi la possibilité de participer par mail : contact@oin-paris-saclay.fr]

- Que vous inspire cependant cet autre parti pris de solliciter des suggestions individuelles plutôt que de susciter une démarche plus collective, à travers des ateliers de brainstorming ou de créativité ?

Au contraire, ce parti pris me convient parfaitement. Comme j’ai eu l’occasion de vous le dire dans un précédent entretien [pour y accéder, cliquer ici], je suis quelqu’un de plutôt introverti… Et puis, dans un atelier de créativité ou de brainstorming, tout le monde ne parvient pas toujours à s’exprimer autant qu’il le souhaiterait, par timidité ou parce que d’autres abusent de la prise de parole. Pour les timides ou introvertis comme moi, cette solution comme d’ailleurs les réseaux sociaux en général, est un bon moyen de s’exprimer !

- Vous-même vous êtes donc livré à l’exercice…

Oui, j’ai proposé : « Il était une fois l’innovation ». Je me garderai de la pitcher ici, préférant laisser les gens en comprendre le sens. Disons juste que, comme on peut le voir à travers les conférences TEDx Saclay [à l’organisation desquelles participe Bertrand Marquet], c’est une manière de rappeler l’importance de faire rêver, en racontant de belles histoires.

- Dans quelle mesure le prix (un coffret Smartbox valable pour un séjour de trois jours pour deux personnes dans une capitale européenne, pour les auteurs des quatre propositions les plus plébiscitées et des deux « coups de cœurs ») vous a-t-il motivé à participer ?

Ce n’est pas tant le prix qui m’a motivé, que la possibilité, pour les six participants sélectionnés, de participer à un atelier avec les élus du territoire, avant de défendre leur signature et de « pitcher » leur vision de Paris-Saclay lors d’un évènement festif organisé au PROTO204.

Pour plus d’informations sur les conditions de participation et la manière de faire connaître votre proposer, se rendre sur le site de l’EPA Paris-Saclay, en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>