Le quartier de l’Ecole polytechnique

© Philippe Guignard

Le projet de développement du quartier de l’Ecole polytechnique avance. Après la fin de la concertation préalable, le conseil d’administration de l’Etablissement public a adopté en mars 2013 la modification du dossier de création de la zone d’aménagement concerté.

Actualité

Enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique relative au projet d’aménagement de la ZAC du quartier de l’Ecole polytechnique

L’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique du projet se déroulera du jeudi 19 septembre au samedi 19 octobre 2013 inclus sur les communes de Palaiseau, Saclay, Orsay. Le commissaire-enquêteur, domicilié pour la durée de l’enquête en mairie de Palaiseau, est Monsieur Alain Clerc, suppléé par Monsieur Charles Pitie.

Le public peut consulter les documents relatifs au projet accompagnés des registres d’enquête dans les mairies concernées, aux horaires d’ouverture habituels. Le commissaire enquêteur assurera les permanences suivantes :

Mairie de Palaiseau

  • Jeudi 9 septembre 2013, de 9h à 12h
  • Vendredi 11 octobre 2013, de 14h à 17h30
  • Samedi 19 octobre 2013, de 9h à 12h

Mairie de Saclay

  • Mardi 15 octobre 2013 de 14h à 17h30

Mairie d’Orsay

  • Vendredi 11 octobre 2013 de 9h à 12h30

 

Mots clés :
Je participe à la concertation
Sommaire
  • Présentation du projet

    ...
    Lire la suite
  • Documents de la concertation

    ...
    Lire la suite
  • Vos avis

    Vous désirez vous exprimer sur la concertation ? Faites-le ici et retrouvez aussi tous les avis des internautes.
    Lire la suite

    Le quartier de l’Ecole polytechnique

    10 avis sur cette concertation
    • Nom

      J’ai déménagé à Palaiseau pour l’espace, la campagne maintenant je commence déjà à étouffer.
      08/02/2013 08:48:20
    • Nom

      Transports : maintenir absolument la gare du métro « Camille Claudel »
      08/02/2013 08:49:46
    • Carantino

      Il est bien sur nécessaire de créer des logements afin de densifier la zone et de créer une ambiance de campus, mais il ne faut pas non plus construire une vraie ville : un des grands atouts de l'espace actuel est qu'il est ouvert sur une très belle nature et possède de nombreuses infrastructure de sport en plein air : il faut renforcer cela : aménager la forêt de Palaiseau en un parc plus fréquentable, garder les terrains au delà du lac peu ou pas construits, et donner à travers une trouée dans les arbres une vue depuis tout le quartier sur l'ensemble du plateau qui est un paysage agricole magnifique. Il faut construire bas, à la hauteur des actuelles constructions étudiantes qui sont à hauteur d'homme, et ne pas privilégier la rentabilité : il faut un projet aéré, ou l'on puisse circuler avant tout à pied en en vélo et qui ne soit pas troué de grandes voies de circulation de voitures comme actuellement : enfin, il faut un espace central ou puissent s'implanter bars, superettes, et éléments d'ambiance : ce coeur ne doit pas être sur l'actuel parking des laboratoires, trop excentré des logements étudiants, mais plutot sur l'actuel terrain d'athlétisme qui sépare Polytechnique de l'ENSTA, qui est véritablement le lieu autour duquel vont graviter les différentes écoles. Enfin il faut mettre en valeur la cour des cérémonies de l'Ecole Polytechnique, en en faisant un lieu de promenade face au lac qui soit agréable, apaisant , et ouvert à tous comme un des lieux centraux du campus : cette froide place des cérémonies à tout pour devenir un lieu de passage central et agréable : point de contact entre l'urbain et le rural.
      26/02/2013 21:38:33
    • Nom

      Si la France souhaite conserver son rang au seins des grandes nations de ce monde, il est impensable que sa plus prestigieuse école soit noyée au milieu d'un projet urbanistique qui a un potentiel de laideur affolant. L'architecture actuelle de l'école étant déjà à la limite de l'aceptable pour une institution sensée représenter la grandeur de la France.
      Le projet Paris-Saclay se doit de mettre en valeur toutes ces Grandes Ecoles et Universités pour créer un pôle de développement scientifique d'excellence. En aucun cas ce projet ne doit nuire à l'image des écoles et à leur implantation.
      Il me semble qu'empiéter par des logements sur les campus des écoles est une erreur grave, et risque même d'être de la prévarication de la part des décideurs si toute la portée de ce projet censée être un espoir pour la croissance et l'excellence française de demain est mis à mal pour avoir voulu caser à tout prix des logements là où ils n'avaient que faire.
      La plus grande minutie et circonspection doit être portée sur ce projet s'il veut se révéler à la hauteur.
      26/02/2013 22:22:20
    • Licciardi

      Je suis élève à l'X et à mon avis, ce n'est pas une bonne idée de construire des logements dans l'enceinte même de l'Ecole, car c'est un lieu de vie étudiante et l'on ne saurait mettre des familles ou autres habitants si près de notre lieu de vie et de nos activités, qui nous sont propres. Aucun problème cependant pour accueillir d'autres écoles et d'autres étudiants.
      27/02/2013 21:52:31
    • KM

      Le jour où l'X a quitté Paris, elle a perdu l'attrait qu'elle avait d'être à Paris-Centre. Mais c'est une utopie que de croire que l'on recréera Paris-Centre à Palaiseau. Au contraire, l'attrait que l'École a perdu en se déplaçant a été compensé par celui de l'espace disponible, des infrastructures sportives et de la place que le plateau de Saclay offrait.
      Aujourd'hui, si les infrastructures sportives dont dispose l'École sont confortables, les réduire en prévoyant de tripler la population présente dans la zone inquiète quant à la place qui sera accordée au sport dans cette usine à cerveaux que se veut être le projet Paris-Saclay. Et après avoir perdu l'attrait de la ville, l'École Polytechnique perdra celui d'être à la campagne ; et ce n'est pas la pseudo-ville recréée autour qui la consolera.
      Implanter des logements (non étudiants) sur le campus même créerait de plus un impensable déséquilibre entre les préoccupations des élèves et celles des habitants de ces villes-dortoirs.
      L'avantage de l'isolement relatif de l'École est multiple, mais il permet entre autres aux élèves de bien se connaître entre eux, ce qui favorise l'esprit de promotion, mais surtout crée une émulation entre eux, profitable ensuite à l'État Français qui les emploie, tant les capacités intellectuelles et créatives des élèves sont dynamisées par la proximité avec leurs pairs. En diluant cet esprit de Corps par une surpopulation au sein du campus même, c'est toute la formation polytechnicienne qui en pâtirait.
      Toutefois, une densification de la zone est bien entendu souhaitable afin d'accroître la puissance de ce pôle scientifique ; mais, et c'est ce qui m'a occupé ici, ce serait se tirer une balle dans le pied que de le faire à l'intérieur même du campus de l'École Polytechnique, et de supprimer des terrains de sport qui seront déjà limités si la population autour de l'École s'accroissait effectivement comme prévu.
      L'École Polytechnique fait de son mieux depuis plus de deux siècles pour former des ingénieurs et des dirigeants pour la France, elle ne mérite pas d'être noyée dans des projets dont les conséquences premières sont utiles mais dont le long terme est dévastateur.
      03/03/2013 18:16:35
    • Conseil de quartier du Plateau de Palaiseau

      Bonjour,

      Nous nous étonnons que la concertation prenne fin le 11 mars 2013 alors que le compte rendu des interventions du public à la réunion du 21 novembre 2012 n'a pas été mis en ligne.

      De plus apparait sur les plans de l'étude d'impact une zone urbanisée (logements familiaux) au nord du lac non présente sur la première présentation qui mériterait un nouveau débat public ...
      07/03/2013 11:49:56
    • GF

      Je viens de prendre connaissance du projet de l'EPPS et suis effaré par la densité de l'urbanisation projetée sur le campus de l'Ecole polytechnique.

      Depuis que l'Ecole a quitté le quartier latin dans les années 1970, elle a bénéficié d'un cadre exceptionnel de verdure propice à la réflexion et à l'épanouissement personnel des futurs cadres supérieurs de la Nation. De nombreux terrains de sports offrent un vaste choix de disciplines sportives de plein air, allant du rugby au golf en passant par l'équitation, ce qui a permis d'intégrer le sport comme une dimension à part entière de la formation polytechnicienne, source d'équilibre psychologique et de connaissance de soi.
      Je constate que dans le projet présenté, prairies naturelles et terrains de sport seront intensément construits et que tout ce secteur sera trop densément urbanisé. Le modèle pédagogique de l'Ecole polytechnique n'aura plus sa place dans un tel environnement car il sera dénaturé.

      L'objectif initial de l'Université de Paris-Saclay était de créer un pôle d'excellence scientifique et technologique de tout premier plan mondial et d'intensifier la recherche dans un cadre de qualité exceptionnelle.
      Avec la densité de bâtiments projetée, la vue ne portera jamais à plus de 20 ou 30 mètres alors qu'actuellement il y a un magnifique paysage verdoyant. Quel sera l'attrait d'un tel site pour un prix Nobel américain habitué aux vastes espaces ? Entre un Berkeley et une ville nouvelle trop bétonnée, son choix sera vite fait !

      Certaines dispositions sont même caricaturales : le projet prévoit une zone non aedificandi de 20 m de part et d'autre de la RD 36, cette largeur évoque plutôt une contre-allée parisienne et elle est ridicule par rapport à la zone non constructible actuelle, il faudrait au minimum 50 m, voire 100 m ! Et la lecture de l'étude d'impact montre que le sort des amphibiens parait bien plus important que l'attractivité du campus pour des chercheurs d'envergure internationale.
      07/03/2013 21:46:40
    • Rnée Delattre

      Risques Technologiques (RT)
      Avis sur « L’étude d’impact de la ZAC du quartier de l’Ecole Polytechnique »


      J’interviens en tant que membre de l’Institut Français des Formateurs Risques Majeurs et Protection de l’Environnement (IFFO-RME) faisant partie de la Commission Locale d’Information (CLI) mentionnée page 130.

      D’une façon générale les risques technologiques sont minimisés pour, semble t’il, ne pas entraver l’énorme développement urbain programmé.

      Pour compléter la réponse de l’EPPS à l’Autorité Environnementale page24  « La protection du public et de l’environnement contre les risques technologiques et naturels a été prise en compte dès la conception des installations du CEA », précisons que l’implantation du CEA à son origine avait été choisie à l’extérieur de toute urbanisation avec une zone non-aedificandie (ZNA) tout autour des clôtures.
      De plus suite à l’accident de Fukushima, une série de nouvelles mesures importantes est imposée au CEA.

      Pour mémoire, je rappelle que dans le Schéma Directeur du Plateau de Saclay, les élus du District avaient décidé de limiter le nombre de logements à construire dans le secteur Polytechnique-Thomson en raison des RT dus au nombre important de laboratoires de recherche à risque potentiel, et peu surveillés.
      Dans l’étude d’impact ces RT sont confirmés et pourraient être en augmentation. Page 49 est mentionné dans les effets permanents du parti d’aménagement : « Le développement urbain du quartier de l’Ecole Polytechnique soumettra plus de personnes à un éventuel risque technologique même si celui-ci est peu probable. Les activités de recherches arrivant sur le plateau pourront aussi ajouter un risque technologique.»
      La nouvelle décision des élus, passant outre le principe de précaution choisi par leurs prédécesseurs, est irresponsable en voulant crée, rien que dans cette ZAC, une ville nouvelle de 10000 habitants (population identique à celle de la commune voisine d’Igny), et avec des immeubles à grande hauteur jusqu’à 45mètres augmentant encore les risques.

      Par ailleurs, il est surprenant de constater que selon les chapitres, les nombres des RT indiqués pour un même site sont différents. Par exemple dans le résumé non technique page 25 il est indiqué:« Autour du site 18 installations sont classées ICPE » L’analyse de l’état initial du site et de son environnement signale page 126 :« Sur les communes de Palaiseau, de Saclay, d’Orsay, de Saint-Aubin et de Gif-sur-Yvette, on recense 16 ICPE qui sont soumises à autorisation…dont 7 ICPE sont liées au CEA » Par contre dans la réponse à l’avis de l’Autorité Environnementale, l’EPPS page 5 écrit « Concernant les risques industriels, le site est concerné par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA ) qui exploite sur le centre de Saclay, situé à 2,8km du site, 8 installations nucléaires de base (INB ) et 93 ICPE dont 62 relèvent du régime de la déclaration « Il ne précise pas qu’il y a donc 31 ICPE soumises à autorisation qui selon la réglementation (page 126) « présentent de graves dangers ou inconvénients pour la commodité du voisinage, la sécurité et la salubrité publique… »
      On constate également que le site de la ZAC est à 2,8 km du CEA, avec un PPI à 2,5km, soit une différence minime de 300m ! On ne peut pas dire qu’il n’y a aucun risque. D’ailleurs,je signale que des simulations d’accidents au CEA, auxquelles j’ai participé, montrent qu’en fonction de la météo et du sens du vent, un rejet de produits radioactifs dans l’environnement  peut atteindre Palaiseau. Dans ce cas, suite à la consultation du public qui se termine, sur le projet du nouveau PPI (un élément du plan ORSEC ), la commune de Palaiseau devrait engager son Plan Communal de Sauvegarde (PCS).

      Le résumé non technique, page 49, indique « Le respect de la réglementation et si besoin un système d’information des riverains limitera le risque technologique » et page 130 « La CLI …a des responsabilités importantes dans la transmission de l’information à la population » Si la CLI a bien un rôle reconnu de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, c’est aux maires que revient la responsabilité d’assurer l’information des citoyens sur les risques auxquels ils sont soumis et de leur expliquer les moyens mis en œuvre pour limiter les conséquences d’un accident. Mais écrire page 49 « qu’un système d’information des riverains limitera le risque technologique » est pour le moins surprenant ! Une bonne information peut limiter les dégâts en cas de crise mais pas limiter le risque lui-même.

      En conséquence, force est de constater que le projet de la ZAC de l’Ecole Polytechnique ne tient aucun compte de la préconisation de la maîtrise de l’urbanisation autour des sites à risques existants et à venir

      Renée Delattre membre de l’IFFO-RME
      CLI des installations nucléaires du plateau de Saclay
      13 chemin de Limon 91430 Vauhallan
      8 mars 2013

      08/03/2013 11:00:20
    • Mery Marie-Claire

      Cette nouvelle concertation sur QEP est prématurée et inopportune pour 2 raisons :
      -elle prend fin le 8 mars alors que des décisions concernant le "Nouveau GPE" viennent d'être annoncées par le Premier ministre le 6 mars;l'enquête publique qui permettra de savoir où passe le "TAL"est prévue pour 2014-2015 et la mise en service éventuelle dans 10ans ;donc les documents qu'on nous a présentés ne sont plus valables;il faudrait faire une nouvelle modification
      -la ZPNAF n'est pas précisément connue puisque l'arrêté n'est pas encore pris
      Il est indispensable de prendre en compte toutes les remarques de l'Autorité Environnementale sur TOUS les points
      Par exemple ,en ce qui concerne la pollution atmosphérique due à la circulation automobile (sous-estimée selon l'Autorité environnementale) ,elle ne peut qu'augmenter dans les prochaines années avec les nouvelles constructions (entreprises,écoles , logements) alors que les seuls transports en commun pour les 10 prochaines années sont des bus(même si ce sont des BHNS!)
      La biodiversité avec la préservation des zones humides (plantes rares et extremement rares des mouilléres) est insuffisamment prise en compte :le déplacement de la mouillère 54E n'est pas satisfaisant ,la suppression de la mouillere du rond-point pour permettre la construction d'un quartier central autour d"une hypothétique gare n'est pas acceptable....
      marie-claire Mery
      Présidente du GRAAL


      -
      11/03/2013 21:52:24
    • Votre participation sera très prochainement publiée.

  • Vos questions

    Pour poser vos questions, lire celles qui ont déjà été posées, ainsi que les réponses apportées par l'établissement public Paris-Saclay, c'est ici.
    Lire la suite

    Le quartier de l’Ecole polytechnique

    16 questions sur cette concertation
    • Conseil de quartier du Plateau de Palaiseau

      Suite à la réunion du 21 novembre 2012 nous aimerions avoir quelques précisions :

      - le projet que nous avions soutenu de station du TCSP à l'entrée nord de l'ONERA devant irriguer le sud du quartier Camille Claudel semble abandonné, quelle en est la raison ?
      - Pour le Transport Automatique Léger nous n\'avons qu'un seul tracé, y a-t-il des alternatives?
      - Dans le projet (04-09-2012) de révision simplifiée du PLU les zones N disparaissent, n\'est-il pas possible de conserver le lac et les parcelles au nord de celui-ci en espaces verts et sportifs?
      - Nous aimerions avoir plus de détails sur la zone de transition entre le nord-est de la ZAC et le quartier Camille Claudel. Qui sera l\'aménageur ?
      - Le Conseil Général prévoyait le réaménagement du diffuseur de Polytechnique, ce projet a-t-il abouti ?
      - Le radar de régulation du trafic aérien d'Orly doit déménager vers le quartier de l'école Polytechnique, quelle sera sa position exacte et sa hauteur ?

      30/01/2013 10:03:36
      • Paris-Saclay

        - Le tracé du TCSP est de la compétence du STIF. Les choix réalisés pour son tracé à l’extérieur de la ZAC concerné sont pris par le STIF, la ville de Palaiseau et la CAPS. En tout état de cause, l’hypothèse d’un tracé à travers la forêt desservant le nord de l’ONERA n’est plus considérée dans le cadre des aménagements du quartier Camille Claudel. - La Société du Grand Paris, maître d’ouvrage du Grand Paris Express a étudié en collaboration avec l’EPPS et les collectivités plusieurs tracés de métro, étudiées également dans l’étude d’impact du quartier de l'Ecole polytechnique. Le tracé présenté est celui qui est privilégié à ce jour puisqu’il permet une desserte au cœur du quartier tout en prenant en compte les spécificités des établissements du quartier. - La révision simplifiée du PLU de Palaiseau est menée par la ville de Palaiseau en collaboration avec l’EPPS. Ce projet fait actuellement l’objet d’une concertation avec des registres en mairies et une réunion publique prévue prochainement lors de laquelle des avis pourront être émis. En tout état de cause, le projet de PLU sur ce secteur a évolué afin de maintenir en partie cette zone N. Le projet du quartier de l’Ecole polytechnique présenté dans le cadre de la concertation liée à la ZAC maintient à cet emplacement des espaces naturels, des espaces boisés et des équipements sportifs. Ainsi, ce secteur articulera une urbanisation permettant de marquer l’entrée de quartier et le lien avec Camille Claudel d’une part et d’autre part la mise en valeur d’espaces naturels avec la création d’un parc ouvert à tous les habitants et usagers du quartier. La forêt domaniale n’est touchée par aucun projet. Concernant l’autre secteur assurant la transition entre le quartier Camille Claudel et le quartier de l’Ecole polytechnique, il n’y a pas encore de projet spécifique à ce stade ni d’aménageur désigné. La ville, dans les réflexions en cours, souhaite créer cependant un lien fort entre les deux quartiers. Le réaménagement du diffuseur de polytechnique est intégré au projet du réaménagement de la RD36 porté par le Conseil Général de l’Essonne qui a fait l’objet d’une DUP. L’EPPS et la CAPS sont en échange permanent avec le Conseil Général de l’Essonne pour veiller à la bonne articulation des projets. Le radar de la DGAC (Direction générale de l'Aviation civile) sera implanté à l’extrême est du quartier de l'Ecole polytechnique, près du stade Yves du Manoir, au croisement du boulevard des Maréchaux et de la voie de la Vauve aux Granges qui traverse la forêt domaniale. Il fera environ 55 mètres de hauteur. Le radar est indiqué sur le plan d’ensemble du projet (p.9 de la présentation).
    • Nom

      Bonjour,

      j'ai lu une annonce parlant d'une mise à disposition ce mois-ci. De quoi s'agit-il?

      Merci
      04/02/2013 14:37:27
      • Paris-Saclay

        L'étude d'impact du projet est mise à la disposition du public du 8 février au 8 mars. Vous pouvez retrouver les documents et formuler vos remarques en mairies de Saclay et au service urbanisme de la mairie de Palaiseau aux horaires habituels d'ouverture, ainsi qu'en ligne sur le site de l'Etablissement public. Les documents (étude d'impact et complément) sont téléchargeables dans la rubrique "les documents de la concertation".
    • Nom

      Il est marqué 2 écoles et 1 crèche : où seront-elles ? Les écoles sont-elles en plus de celles prévues vers le quartier Camille Claudel ?
      08/02/2013 08:59:25
      • Paris-Saclay

        La nature et la localisation exacte des équipements du quartier restent à définir. Ecoles et crèche sont d’ores et déjà identifiées comme indispensables ; elles viendront en plus de celles prévues au quartier Camille Claudel.
    • Le radar de régulation du trafic aérien d'Orly doit déménager vers le quartier de l'école Polytechnique, quelle sera sa position exacte et sa hauteur ?
      08/02/2013 09:08:07
      • Paris-Saclay

        Le radar fera environ 55 mètres de hauteur. Sa localisation prévisionnelle est indiquée sur le plan d’ensemble du projet (p.9 de la présentation).
    • Nom

      Pourra-t-on encore faire de la voile sur le lac ?
      08/02/2013 09:01:46
      • Paris-Saclay

        L’impact du projet de métro sur les pratiques sportives sur le lac n’a pas encore été estimé.
    • Quelle est la hauteur du futur radar ?
      08/02/2013 09:16:33
      • Paris-Saclay

        Le radar fera environ 55 mètres de hauteur. Sa localisation prévisionnelle est indiquée sur le plan d’ensemble du projet (p.9 de la présentation).
    • Les hauteurs d’immeubles annoncées à 40 mètres ne sont pas en cohérence avec les constructions actuelles et prévues du quartier (éco-quartier C.Claudel)
      08/02/2013 09:17:39
      • Paris-Saclay

        Le quartier de l’Ecole polytechnique n’a pas vocation à être uniforme. La plupart des bâtiments du quartier auront une hauteur équivalente à celle des bâtiments existants sur le site, soit 25 mètres au maximum, c’est-à-dire, des immeubles de 7 étages environ. Seules quelques émergences de 13 étages environ ponctuelles seront autorisées à proximité de la gare, dans le centre du quartier.
    • Aujourd’hui, la RD36 est fortement encombrée et un aménagement du rond-point de polytechnique est nécessaire avec une desserte locale maitrisée. Ceci implique de laisser une voie directe entre la liaison RD36/A10 et Saclay.
      08/02/2013 09:20:33
      • Paris-Saclay

        Le projet d’aménagement du quartier va entraîner une mise à niveau du rond-point à l’entrée Nord du site, en lien avec le Conseil Général.
    • Raccordement des rigoles notamment celle des Granges qui est coupée par la liaison RD36/A10.
      08/02/2013 09:21:26
      • Paris-Saclay

        La noue à vocation de corridor écologique qui sera créée au sud du quartier sera en connexion avec la rigole de Corbeville à l’ouest. Sa réalisation constituera une avancée significative vers la reconnexion des rigoles de Corbeville et des Granges. La reconnexion de la rigole des Granges au niveau de la liaison RD36-A10 est programmée par le SYB et fait partie des orientations du quartier Camille Claudel arrêtées par la CAPS.
    • mc Mery

      Gestion de l’eau : il faudrait une légende sur la carte « collecte ». Que représente le trait vert et le trait jaune au sud ? 2ème planche : trait avec flèches au Sud, est-ce la rigole de Corbeville ? Ce n’est pas clair.
      08/02/2013 09:22:22
      • Paris-Saclay

        L’EPPS s’efforce de rendre les présentations du projet aussi accessibles et compréhensibles que possible, mais certains documents techniques restent d’une lecture difficile. Dans le premier plan, le trait vert au sud du quartier représente une noue, fossé humide bordé de végétation situé entre les rigoles de Corbeville (à l’Ouest) et des Granges (à l’Est). Cette noue permet de relier les écosystèmes humides du plateau, et d’assurer leur préservation. Elle participe aussi à la bonne gestion des eaux du plateau, en récoltant les eaux de ruissellement se dirigeant vers la vallée. Dans le plan que vous évoquez, la double flèche verte représente schématiquement les corridors écologiques à préserver dans le cadre de l’arrêté préfectoral de dérogation espèces protégées (n°2012/DRIEE/132). Ce corridor écologique sera composé de noues, de bassins, de mares, d’espaces boisés conservés ou créés ayant pour but de permettre la protection des espèces animales et végétales du plateau.
    • bob

      Où vont se garer les élèves de l'Ecole polytechnique et de l'ENSAE ? Si je vois bien dans les plans minuscules mis à disposition, l'ENSAE est sur le parking élève de l'Ecole polytechnique.
      26/02/2013 21:14:58
    • Corentin Wallez

      Apparemment la CAPS a fait un appel d'offre remporté par Orange afin de fournir internet dans les nouveaux logements. Avec la concentration de capacité technique en informatique sur la future UPSA, ne pensez-vous pas qu'il serait possible de créer un fournisseur d'accès Internet spécifiquement pour celle-ci ?
      Par exemple créer un FAI associatif géré par des chercheurs et étudiants de l'UPSA aurait beaucoup d'avantage :
      - Connexion à moindre coût (~70€ par an contre ~30€ par mois)
      - Support efficace car à proximité
      - Des services plus adaptés au milieu universitaire
      - Cela participerai à la formation des étudiants
      - La bonne presse qui pourrait en découler
      27/02/2013 15:01:41
    • Nicolas THOME

      Bonjour,

      Le tracé actuel du métro aérien prévoit de faire passer celui-ci au-dessus de la partie large du lac de l'Ecole Polytechnique. Pourquoi avoir choisi un tel tracé, qui coûte beaucoup plus cher au contribuable que de contourner le lac, et qui signera l'arrêt de toutes les activités nautiques (aviron, voile...) pour les étudiants, chercheurs, salariés ?

      Le projet prévoit également de supprimer de nombreux terrains de sport de l'Ecole Polytechnique, pour y construire des logements. Or la volonté de faire du quartier de l'Ecole Polytechnique un espace intégré à son environnement et mettre la nature au centre de la ville semble en contradiction avec cette démarche. De plus, ces terrains pourraient favoriser davantage de rencontres entre étudiants, chercheurs... qui pratiquent les mêmes sports. Qu'en est-il ?

      En vous remerciant
      06/03/2013 18:13:49
    • Dufour

      Transports routiers : rares sont les routes qui relient le centre-ville de Palaiseau, dans la vallée, et la plateau (rues Maurice-Berteaux et Denfert-Rochereau). Les voitures qui veulent quitter le plateau pour se rendre à Massy ou aller vers Paris n'ont actuellement que l'autoroute ou la rue Maurice-Berteaux pour le faire, or ces axes sont déjà souvent embouteillés, notamment aux heures de pointes. Qu'est-il prévu pour fluidifier la circulation, qui ne pourra qu'augmenter à cause du développement du plateau et du quartier Camille-Claudel ?
      07/03/2013 12:10:18
    • Vincent Schaeffer

      Bonjour,

      Actuellement, il n'y a pas d’accueil à l'Ecole Polytechnique. Les nouveaux arrivants se perdent souvent lorsqu'ils arrivent. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de guider des personnes arrivant à pied ou en voiture, que ce soit en journée ou à la nuit tombée, que ce soit en semaine ou le week-end.

      L'avancement du projet amènera de plus en plus de monde sur le campus.

      Le projet prévoit-il de créer un accueil à l'Ecole Polytechnique (propre à l'Ecole, ou commun à toutes les infrastructures) pour guider les nouveaux arrivants ?

      Merci.

      Cordialement,

      Vincent Schaeffer
      07/03/2013 16:28:21
    • Sylvie BENEY

      Je viens de m'apercevoir que la concertation se termine ce soir !
      Pourquoi n'avons-nous pas une seconde réunion publique comme pour la précédente concertation QOX+X ?
      Cet aménagement va profondément modifier le Plateau avec l'arrivée de 10 000 habitants sur la commune de Palaiseau !
      Un nouveau débat public donnant les derniers arbitrages du projet est indispensable ...
      11/03/2013 15:13:33
    • Votre participation sera très prochainement publiée.