Cadre chez Airbus et marraine NQT. Rencontre avec Anne Lamadon

AnneLamadonPaysage
Suite de notre présentation du dispositif NQT à travers l’entretien avec une marraine, Anne Lamadon, venue témoigner de son expérience devant le personnel de l’EPA Paris-Saclay.

- Si vous deviez vous présenter…

J’ai 45 ans et je travaille depuis 17 ans dans une filiale d’Airbus Group, Secure Land Communications, située à Elancourt – elle conçoit des terminaux et des réseaux de télécommunication sécurisés pour la Police nationale, la Gendarmerie, les Pompiers, ainsi que des entreprises de transport (la RATP) ou des aéroports. Mon travail consiste à développer le système qualité et environnemental de mon entreprise, à suivre les projets d’amélioration, notamment en matière de gestion des connaissances, des risques et des opportunités,…

- Comment avez-vous découvert NQT ?

Par le truchement d’un email de la direction de la communication du Groupe Airbus, qui nous informait d’un partenariat avec plusieurs associations dont NTQ (une initiative, qui s’inscrivait dans la démarche Balance for Business visant à promouvoir la diversité et la mixité au sein du groupe). Pour ma part, je m’étais déjà engagée auprès de l’association « Elles Bougent », qui promeut les métiers scientifiques et techniques auprès des jeunes filles et des jeunes femmes. Mais la démarche NQT m’a paru tout aussi pertinente. Elle revient à donner un petit coup de pouce à de jeunes gens, qui ont consenti beaucoup d’efforts pour faire des études supérieures, mais qui peinent à trouver un emploi faute de maîtriser encore tout à fait les codes d’un milieu professionnel ou de bénéficier d’un réseau. De par ma fonction d’encadrement (je suis à la tête d’une petite équipe), j’ai l’habitude de manager des jeunes et, donc, de leur prodiguer des conseils.

- Depuis quand êtes-vous marraine ?

Depuis l’an passé. C’est donc tout récent. Mais l’expérience me procure déjà beaucoup de motifs de satisfaction.

- Quel est le profil de votre filleul/le ?

C’est une filleule : Fatima, dont j’ai fait connaissance à la fin du mois de janvier. Elle est titulaire de deux Masters, l’un en chimie, un autre spécialisé en gestion de l’environnement et sécurité. Elle aspire à intégrer une équipe au sein d’un grand groupe, dans les secteurs du retraitement des eaux ou des déchets, de l’énergie, etc.

- Comment s’est fait le choix de ce « talent » ?

C’est l’association NQT qui nous a mis directement en contact en prenant en compte une double proximité : métier et géographique. De fait, Fatima n’habite pas très loin de chez moi, ce qui ménage la possibilité de nous voir plus facilement. Nous avons d’abord eu un échange téléphonique pour faire connaissance et fixer un premier rendez-vous. Nous nous sommes rencontrées un samedi. L’entretien qui devait durer une heure et demie a duré près du double. C’est que nous sommes l’une et l’autre des personnes passionnées par ce que nous faisons et, donc, un peu bavardes ! Mais c’est surtout que le courant est très bien passé.

- Dans quelle mesure pensez-vous pouvoir l’aider ?

Par chance, dans mon environnent professionnel, je connais deux personnes qui travaillent au sein d’un de ces grands groupes que j’évoquais tout à l’heure. Je la mettrai donc en contact avec eux. Par ailleurs, je l’invite aussi à ne pas s’autocensurer quand elle examine des offres d’emplois. Au prétexte que son niveau d’anglais ne serait pas suffisant, elle hésitait à répondre à certaines d’entre elles. Je mets aussi en valeur ses atouts : sa formation, de très bon niveau, et l’expérience professionnelle qu’elle a déjà acquise à l’occasion d’un CDD.

- Bien que votre rencontre soit récente, on vous sent déjà enthousiaste…

Oui. Comme je le disais, le courant passe très bien entre Fatima et moi. Depuis notre première rencontre en face à face, nous avons continué à échanger beaucoup par emails ou pas sms, autour des offres d’emplois qui se sont présentées à elle. Je prends le temps de relire ses lettres de motivation, pour m’assurer qu’elles sont bien ciblées ou de m’entretenir avec elle avant un entretien d’embauche. Prochainement, nous ferons une simulation par téléphone et en anglais, de façon à lui redonner un peu confiance de ce côté-là.

- Jusqu’à quand pensez-vous pouvoir la « marrainer » ?

Jusqu’à ce qu’elle trouve son premier emploi en CDI.

- Vous avez bon espoir ?

Oui. Au vu de son dynamisme et de son parcours, je ne suis pas inquiète pour elle. Son CV est attractif et elle a d’ailleurs déjà eu plusieurs propositions de postes, sans même avoir eu besoin de poser sa candidature. Fatima sait en outre ne pas mettre les pieds dans le même sabot. Et si aujourd’hui, elle n’a pas pu se joindre à nous, c’est tout simplement parce qu’elle participe à un salon professionnel pour étayer son réseau.

- Que dites-vous à ceux qui craindraient un engagement chronophage ?

Que l’engagement ne prend pas autant de temps que cela ni autant d’énergie. En fait, les choses se font au fil de l’eau. Il s’intègre donc très bien dans mes journées de travail.

- Sauf que vous avez dû faire l’effort de venir jusqu’au siège de l’EPA Paris-Saclay, à Orsay, pour témoigner de votre engagement… Qu’est-ce qui vous a motivé ?

Je suis très admirative de ce que fait l’association NQT. Son approche est pragmatique et gagne à être connue. Moi-même, au début, je pensais que l’engagement allait me prendre beaucoup de temps. Ce qui n’est pas le cas, comme je l’ai dit. Il m’importait donc de témoigner pour rassurer ceux qui hésiteraient à franchir le pas. J’apprécie aussi d’avoir pu le faire au sein d’un établissement comme l’EPA Paris-Saclay, car l’enjeu ne concerne pas que les entreprises classiques : où qu’on travaille, on peut devenir marraine ou parrain NQT.

A lire aussi l’entretien avec Halim Djaoud (pour y accéder, cliquer ici).

2 commentaires à cet article
  1. Ping : NQT, pour une vraie égalité des chances | Paris-Saclay

  2. Ping : Ce que m’apporte mon parrain « NQT ». Rencontre avec Halim Djaoud | Paris-Saclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>